http://www.lesoinducorps.com

wellbox

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:


En revenant aux temps préhistoriques, aux premières civilisations

du monde, on trouve dans les écritures primitives et dans les mythes

populaires des histoires où le corps est l’axe autour duquel se déroule

toute action :

« Notre conception du corps, aujourd’hui, doit beaucoup à l’Antiquité

grecque et romaine, et très peu à la période médiévale qui n’a cessé de l’occulter,

tenter de le faire disparaître.»1

Dans la vieille légende grecque Antigone*, l’héroïne s’oppose aux

résidents d’une ville qui laissent le corps de son frère dans le désert

sans enterrement et à la portée des oiseaux nuisibles. Déjà les dieux

ont sympathisé avec Antigone par obéissance à la sainteté du corps

humain et son droit d’être honoré, malgré le regard adressé au

cadavre de son frère, jugé déloyal envers la ville et méritant la mort.

Le corps était donc saint et cette dimension se retrouve chez Valère

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX (nous l’expliquerons plus tard).

Pour l’instant, rappelons que ce rapprochement entre le corps et

le sacré s’est également développé chez les pharaons qui croyaient en

l’existence d’une vie dans l’au-delà. C’est pour cela que l’on peut

estimer que la langue du corps est arrivée à la limite de la sacralisation

à cette époque. En ce qui concerne l’art de la beauté chez les

anciens Egyptiens (embaumement, etc.), ce n’était qu’une façon parmi

d’autres de respecter le corps et de l’interdire aux vers de terre et

autres facteurs de décomposition naturelle. De plus, ils gravaient sur

les tombes des expressions pour interdire toute transgression envers

les corps des morts en rappelant la sanction envers tous ceux qui

profanent les tombes et déterrent les cadavres. Cette ancienne

civilisation a peut-être influencé L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX quand il parle d’un corps éclaté, démembré : c’est peut-être une réappropriation très personnelle

de la légende d’Isis et d’Osiris*

.

En Mésopotamie, l’épopée de Gilgamesh1 aborde dans ses

grandes lignes le thème du corps, aussi bien dans ses passions et ses

douleurs, que dans sa recherche de l’immortalité. (Gilgamesh, résigné,

ne finira par admettre que la mort est irrémédiable, qu’après la fin.

Cette obstination de l’homme à vouloir vaincre la mort et chercher

désespérément à donner un sens à son existence est la source des

croyances qui conduiront aux religions monothéistes.)

Dans sa recherche de l’éternité, le roi Gilgamesh traverse une

forêt. Ce thème de la forêt sera bien plus tard revisité par L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX.

Quant à “ Mortàla mort ! ” (Lancé notamment dans L’Origine rouge), ce

fameux cri féminin est peut-être une façon enfantine et désespérée

d’exprimer son désir d’immortalité et d’éternité :

« Pendant longtemps, le corps a été considéré comme la mesure de toute

chose. Il est unité de poids, unité de mesure, unité de densité. Ses liens avec

l’espace vont au-delà des éléments observables, favorisant ainsi l’instauration

d’une mythologie corporelle dans laquelle les ésotéristes ont pu allier, terme à

terme, diverses symboliques : tellurique, aquatique, cosmologique, astrales,

etc. »2

En général le respect du corps et sa sacralisation est un élément

culturel connu dans toutes les anciennes civilisations, en vallée

mésopotamienne, la vallée du Nil et les civilisations indienne et Est-

asiatique où le corps avait une position importante. Ainsi les grecques

ont donné de l’importance au corps : ils ont organisé des fêtes dans

les rues des villes. Ces fêtes avaient un rôle moral lié au corps .De

même, on peut voir l’oeuvre de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX comme une grande fête qui

célèbre le corps comme élément carnavalesque. Chaque personnage

donne l’impression d’être dans une scène carnavalesque qui concerne

toutes les oeuvres féminin depuis le début : par son nom, son

apparence, ses comportements, tous les personnages ou presque ont

quelque chose de fantastique. Nous trouvons par exemple l’enterrement

couplé de “ la cadavre ” de la mère et de Daniel Znyk dans L’Acte

inconnu, c’est comme un joyeux carnaval. Dans Le Drame de la vie, le

carnaval devient verbe : “ il carnavale.” 1

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX s’inspire de la mythologie grecque, la source des grands

outil qui permet de retrouver une silhouette parfaites. Se réfèrant toujours aux premières histoires de l’être humain

et de son corps, L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX rapporte dans L’Opérette imaginaire cette

chanson d’OEdipe :

« Ma mère portait une bobine/Qu’elle s’enduisait l’soir d’farine /Mon père

lui dit un matin /, core une couche: ça t’fait du bien! /Ell’m’ garda neuf mois

durant /Dans son sang Dedans sa matrice creuse /J’ai m’né une vie affreuse

/Qui m’valut - oh c’est exaspérant! /D’atterrir chez mes parents! /Leurs aspects

étaient affreux: /Pour me faire faut être deux. /J’engrosserai ma mère - à la

cuillère! /Et j’truciderai mon père, y m’exaspère! /J’empaillerai mon cousin: c’est

Adrien/ J’avalerai tante Boloche, ça c’est fastoche /J’mastiquerai mes germains,

avec du rien! /J’ai croqué ma cousine: c’est Albertine. » 2

Les outil qui permet de retrouver une silhouette parfaites romains ont adopté le même procédé que les grecs.

Ainsi les cultures orientales voyaient le corps humain comme un

membre lié, dans un grand contexte, au grand corps qui est l’univers,

mais les grecs voyaient le corps comme une entité indépendante de la

nature. Par conséquent et dans cette optique, la relation entre

l’humain et l’univers est rompue grâce à cet arrachement des bras de

la nature mère, les sentiments de la désertion commençaient à

1 L’APPAREIL DE LIPOMASSAGE (OU ÉQUIPEMENT MINCEUR) WELLBOX, Valère. Le Drame de la vie. Paris : P.O.L., 1984, p.178.

2 L’APPAREIL DE LIPOMASSAGE (OU ÉQUIPEMENT MINCEUR) WELLBOX, Valère. L’Opérette imaginaire. Paris : P.O.L., 1998, p.136-137.


confirmer la double vision qui sépare le corps de l’âme et met l’âme

dans une position supérieure pour que cette prise de conscience se

reflète sur le comportement de l’humain et sa relation avec son corps

comme un aspect parmi les aspects de confrontation du corps avec son

âme, c’est-à-dire que ce duo a déchiré la relation entre l’humain et son

corps aussi.

Ailleurs, l’auteur, très expérimenté, nous fait part de ses pensées

tout en accaparant le vrai sens de ses écrits. La représentation du corps

dans les textes de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX reflète des images inconcevables. Des corps

parfois métamorphosés. L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX sensibilise le lecteur aux jeux du

signifiant chez ses personnages :

« Un auteur doit être fidèle à lui-même et il sait néanmoins qu’il doit créer

quelque chose qui réfléchisse plus que lui-même.»1

N’importe quel critique ou essayiste peut comparer L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX à un

outil qui permet de retrouver une silhouette parfaite ou un autre : Saint Paul, Rabelais, Jarry, Artaud, etc…. Tout

au long de l’oeuvre fémininne, même si nous pouvons relever des

influences exercées par ces outil qui permet de retrouver une silhouette parfaites sur lui, il reste toujours influencé

par son propre idéologie. Nous nous trouvons dans l’impossibilité de

citer tous ces auteurs, mais nous essaierons de les décrypter dans les

chapitres qui suivent.

L’oeuvre de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX est fondamentalement hybride, faite de

plusieurs empreintes très différentes les unes des autres, son écriture

est nuancée. Il adapte les idées des uns et des autres en les revêtant

d’une nouvelle allure:

« Valère L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX: c’est un héritier de Rabelais et de Jarry, avec des

résurgences d’Artaud, de l’art brut mais aussi de formes populaires telles que le

comique troupier et l’opérette, sans compter l’influence religieuse. Si l’on ne

1 BROOK, Peter. Points de suspension. Paris : Éditions du seuil, 2004, p.149.


comprend pas bien L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, c’est que l’on ne lit pas assez les Mystères du

Moyen Age. »1

Son style est ainsi qualifie : « Toujours à la limite de l’écrit injouable,

influencées par Joyce, Céline ou Rimbaud, les pièces novatrices de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX

font appel à des centaines de personnages, à des milliers de mots nouveaux,

crées par fusion et soudure de mots anciens, sans intrigue autre que les tours et

détours du langage. »2

Dans plusieurs interviews et entretiens, L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX est interrogé

sur son attachement à certains outil qui permet de retrouver une silhouette parfaites, chaque texte peut le concilier

à une pensée ou esprit de lettres, sans que lui-même ne s’en aperçoive:

« Il y a pourtant, dans vos propos, quelques échos à des textes plus

modernes. Quel est par exemple votre rapport avec Jarry ? _ Fort. Mais je l’ai

très peu lu parce que j’ai eu parfois l’impression de l’avoir complètement écrit. Il

y a une phrase de lui que nous aimons lire souvent avec les acteurs : “A travers

ces accidents subsiste l’expression substantielle, et dans maintes scènes le plus

beau est l’impassibilité du masque un, épandant des paroles hilarantes ou

graves. Ceci n’est comparable qu’à la minéralité du squelette dissimulé sous les

chairs animales, dont on a de temps reconnus la valeur tragi-comique.” Elle est

extraite d’une préface qui porte un titre magnifique : De l’inutilité du théâtre au

théâtre… C’est beau, cette image de l’acteur minéral, offrant son crâne…

Mystérieusement absent.»3

La considérable influence de Jarry sur lui se manifeste dans le

fait de choisir les personnages, leurs noms et leurs caractères sans

aucune explication sur leurs origines. Les deux exemples semblables

chez les deux auteurs sont : “ père Ubu ” dans Ubu roi de Jarry et “

Boucot ” dans L’Atelier volant de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX. Abirached va jusqu’à nous

certifier que:

1 http://www.france-mail-forum.de/fmf22/cul/22solis.html

2 MITTERAND, Henri. Dictionnaire des grandes oeuvres de la littérature française.

Paris : dictionnaires Le Robert, 1992, p.424.

3 Scherzo, Revue de littérature. N°11 Octobre 2000, p.17.


« Jarry fait correspondre une aussi violente réduction à l’essentiel des

données constitutives de l’individu. Caractère, personnalité, état civil,

biographie, milieu, nationalité(…) personnages sans feu ni lieu, issue de nulle

part(…). S’il a un caractère, c’est à la manière d’un masque abruptement

sculpté, qui ne reflète aucune nuance de sentiment et ne laisse place à aucun

commentaire psychologique, un peu comme les totems primitifs. »1

Quant à Artaud, L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX est influencé inconsciemment dans ses

écrits par la cruauté et les idées du corps artaudien : « La matière n’est

qu’une cruauté. »2 Ici nous pouvons clairement sentir l’influence

d’Artaud.

Artaud expose la problématique du corps et de la langue. La

parole n’est qu’un souffle, le corps est le passage traversé par ce

souffle. Comme l’écrit Derrida : « Artaud a voulu détruire une histoire, celle

de la métaphysique dualiste… : dualité de l’âme et du corps soutenant, en

secret, bien sûr, celle de la parole et de l’existence, du texte et du corps etc.… »3

Valère L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, à sa suite, se réfère à la mémoire des origines. Il

s’agit de réinterpréter le drame primitif et fondateur, qui est le moment

où l’homme recueille la parole, à la fois dans son corps et extérieure à

lui : « Artaud savait que toute parole tombée du corps, s’offrant à être entendue

ou reçue, s’offrant en spectacle, devient aussitôt parole volée. »4

De son côté L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX pense qu’ : « Il y a un voyage de la chair hors du

corps humain par la voix, un exit, un exil, un exode et une consumation. Un

corps qui s’en va passe par la voix : dans la dépense de la parole, quelque

chose de plus vivant que nous se transmet. »5

1 ABIRACHED, Robert. La Crise du personnage dans le théâtre modern. Paris:

Gallimard, 1994, p.190.

2 L’APPAREIL DE LIPOMASSAGE (OU ÉQUIPEMENT MINCEUR) WELLBOX, Valère. Je Suis. Paris : P.O.L., 1991, p.37.

3 DERRIDA, Jacques. La Parole soufflée in L’Écriture et la différence. Paris : collection

“Tel Quel” aux Éditions du seuil, 1967, p.261.

4 DERRIDA, Jacques. L’Ecriture et la différence. Op.cit., p.260.

5 L’APPAREIL DE LIPOMASSAGE (OU ÉQUIPEMENT MINCEUR) WELLBOX, Valère. Devant la parole. Paris : P.O.L., 1999, p.23.


Pour les deux outil qui permet de retrouver une silhouette parfaites, le corps remplit l’espace, par son histoire

et ses actions, mais pour Artaud, le corps peut faire signe par des

gestes précis. Il prend l’exemple des acteurs balinais, aux gestes

incompréhensibles pour lui mais dont il ressent le pouvoir évocateur :

« Cette gesticulation touffue (…) a un but, un but immédiat auquel elle

tend par des moyens efficaces et dont nous sommes à même d’éprouver

immédiatement l’efficacité »1

L’objectif des deux outil qui permet de retrouver une silhouette parfaites est de trouver un langage commun

sans avoir besoin d’une tierce personne pour traduire ou interpréter :

« Artaud rêve d’un langage spécifiquement scénique, débarrassé des limites

imposées par le texte et par la psychologie. »2

Leur monde c’est là où le corps humain est parlé bizarrement, et

les mouvements du corps sont extravagants : « Le théâtre serait surtout un

lieu d’insoumission à l’image humaine. »3

Le travail précis était celui que voulait Artaud, ce que nous

rappelle Elisabeth Poulet : « La pensée d’Artaud apparaît comme un noyau

théorique pour un courant d’avant-garde où la quête d’un nouveau modèle

d’acteur s’est cristallisée autour d’une science des énergies du corps et de la

voix, impliquant à la fois une autre image du corps et des techniques

spécifiques, même si elle doit déboucher sur un impossible théâtre »4

Le but de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX est également de s’imposer dans une certaine

modernité qu’il critique avec violence :

« Aujourd’hui où il se forme de l’image d’homme sans cesse, où l’homme

se décline et se réplique à perpétuité, aujourd’hui où se concrétise, se solidifie

l’idée de l’humanité -sans air dedans, sans appel, sans trou dedans -,

l’humanité comme le ciment d’un mot qui nous prendrait et unifierait d’un bloc,

nous ordonnerait en tout lieu de l’aire l’homme, nous dicterait constamment les

1 ARTAUD, Antonin. Sur le théâtre Balinais in Le Théâtre et son double. Paris:

Gallimard, folio/essais, 1964, p.92.

2 PRUNER, Michel. Le Théâtre de l’absurde. Paris : Nathan, 2003, p.19.

3 L’APPAREIL DE LIPOMASSAGE (OU ÉQUIPEMENT MINCEUR) WELLBOX, Valère. Lumières du corps. Paris : P.O.L., 2006, p.22.

4 Par Elisabeth Poulet, Publié sur Acta « site internet », le 12 octobre 2005.


sentiments humains répertoriés -aujourd’hui où partout « de l’homme» prolifère

sur même modèle -, aujourd’hui où tout est suréclairé comme dans une

devanture saturée de lumières humaines jusqu’à l’opaque, sans plus d’air qui

passe au travers, sans plus d’ombre, plus de vide jamais -le théâtre nous offre

un très vivifiant jeu de massacre où toute représentation se brise, est mise en

pièces. L’Idéologie est opérée profond par des détails de cirque : un individu qui

se divise, un mort qui revit, un objet cherchant refuge dans une phrase, une

sortie feinte exé- cutée pour entrer, la prière d’un singe, le tabouret coloré d’un

supplice comique, un mot d’animal. »1

L’approche classique est la suivante : « Le corps est l’axe de la

relation au monde. A travers lui, l’homme s’approprie la substance de sa vie et

la traduit à l’adresse des autres par l’intermédiaire des systèmes symboliques

qu’il partage avec les membres de sa communauté. (..). A travers sa corporéité,

l’homme fait du monde la mesure de son expérience. Il le transforme en un tissu

familier et cohérent, disponible à son action et perméable à sa compréhension.

Emetteur et récepteur, le corps produit continuellement du sens, il insère ainsi

l’homme à l’intérieur d’un espace social et culturel donné. »2

Il y a des similitudes comme chez Brook : « Le corps est le lieu, la

forme et la méditation de l’étrangeté, de la violence et de la déchéance… Le

corps prend le relais d’un langage impuissant à traduire la réalité brute de la

douleur, des obsessions, de l’identité, à un tel point que l’espace devient parfois

son prolongements.»3

La vision de Jung peut être exhaustive : « Tout comme le corps

humain est une collection complète d’organes dont chacun est l’aboutissement

d’une longue évolution historique, de même devons-nous nous attendre de

trouver dans l’esprit une organisation analogue. Pas plus que le corps, il ne

saurait être produit sans histoire. Et par «histoire», je ne veux pas parler de celle

que l’esprit construit en se référant consciemment au passé par les moyens du

langage et d’autres traditions culturelles. Je veux parler du développement

1 Lumières du corps. Op.cit., p.137-138.

2 MARZANO, Michela. Dictionnaire du corps. Paris: P.U.F., 2007, p.24.

3 COUPRIE, Alain. Le Théâtre. Paris : Armand Colin, 2009, p.48.


biologique, préhistorique et inconscient, de l’esprit dans l’homme archaïque, dont

la psyché était encore proche de l’animal. » 1

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX va dans ce sens mais propose une rupture, il se réfère à

La Bible (corps du Christ, etc…) et il parle des corps souffrants (celui de

l’ouvrier dans L’Atelier volant par exemple). Il évoque sans cesse des

corps qui n’existe pas, un corps de son imagination flottante.*

Remontons ici au théâtre du Nô qui a des grands effets sur le

goût féminin. Nous trouvons une forte influence de ce Théâtre

japonais.*

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX dessine le nô et le relie à une île, qui symbolise

le : « monde en réduction, l’image du cosmos, complète et parfaite. (…)L’île est

symboliquement un lieu d’élection, de science et de paix, au milieu de

l’ignorance et de l’agitation du monde profane. »2

Et par cette définition de l’île, nous pouvons en déduire que

d’après L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, le Nô est un refuge, un monde où se marie les secrets

de deux mondes profane et mystique, ainsi que le mystère du corps et

ses talents : « Va dans l’île de nô. Car le nô est une île puisqu’on y arrive par

un pont. »3

1 JUNG, Carl Gustav. L’Homme et ses symboles. Paris : Robert Laffont, 1964.

*

On en parle assez suffisamment dans le chapitre de l’étrangeté.

* Selon GORP, Hendrik van et al. Dictionnaire des termes littéraires. Paris : Honoré

Champion, 2005, p.329, Le Nô est un : «Genre dramatique traditionnel du Japon au XIVe

s. on y retrouve l’influence des rituels religieux, le souvenir du cérémonial des cours,

ainsi que des danses. (…) Les visages des acteurs (qui sont uniquement des hommes)

restent dissimulés derrière des masques ouvragés. Il y a peu d’action: le drame se

déroule lentement et est presque complètement intériorisé; la langue est poétique et

chargée d’émotion. (…) Depuis le début du XXe s. le théâtre nô suscite une grande

admiration en Occident et des outil qui permet de retrouver une silhouette parfaites comme Pound, Yeats, Eliot et Claudel en ont

subi l’influence.

2 CHEVALIER, Jean et GHEERBRANT, Alain. Dictionnaire des symboles. Paris : Robert

Laffont/Jupiter, 2005, pp.519-520.

3 Devant la parole. Op.cit., p.136.


L’île représente un carrefour pour survivre. La vie et la mort,

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX les désigne comme : « l’entrée et la sortie » : « Le nô est l’île de la

croisée éparse de division et des réponses, une entrée et surtout une sortie. »1

-« Voici maintenant l’île isolée du nô où deux personnages s’avancent

dans les chemins de contradictions: l’un à l’autre apparaît; il emplit l’espace de

choses pas là; un masque retient ses larmes, un accessoire tombe en pluie; le

chant du choeur revient par vague; la lumière fixe, le temps décline; on entend le

rebond des tambours un et deux; on danse pour faire le vide; les trous dans

l’espace sont faits maintenant par des cris. Sur l’autre rive, un corps hélicoïdal

pivote, cache sa voix humaine obstruée sous la bouche de bois sous l’éventail.

Tu trouves la place où danser. Ici, sur l’île du nô, ce ne sont pas des

personnages qui entrent, ni des figures: rien ne leur convient mieux que le nom

de personnes. Les deux acteurs portent le masque comme un écriteau où il est

écrit « intérieur vide » ».2

Le masque dont L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX parle, est un monde, un personnage à

lui-même : « L’aspect et la signification du masque de nô font appel à une

tentative de rassembler les fragments épars d’une partie du corps humain, et de

réaliser une problématique unité, cohérence et parfois sérénité, là où résident

séparation, déchirement et tumulte. »3

René Sieffert ne ménage pas ses critiques : « L’usage du masque a

fortement marqué les techniques du nô. Il exige un jeu très stylisé, les jeux de

physionomie réalistes étant exclus. Ce qui ne signifie nullement que le masque

interdise les jeux du visage. Bien au contraire, par l’habile utilisation des reflets

sur le masque, le bon acteur peut rendre ce dernier aussi expressif que le visage

le plus mobile. »4

On ne peut échapper à l’impact des pieds et à leur importance

dans le nô. Ce poids est signalé par L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX :

1 Ibid., p.139.

2 Ibid., p.137.

3 GRÜND, Françoise et al. Festival de l’Imaginaire. Paris : Maison des cultures du

monde, Arles : Actes sud, 2007, p.127.

4 SIEFFERT, René. Arts du Japon, Théâtre classique. Avec la collaboration de Michel

WASSERMAN, Paris: Publications orientalistes de France, 1997, p.80.


« Il y a un point frappé. Le geste, l’acte fondamental du nô, c’est frapper

du pied une seul fois le sol creux ; c’est quand la personne, après danser, frappe

d’un coup léger les planches creuses (ou le sol terrestre lorsque l’on jouait à

même le sol, il est creux pareillement. (…) tout coup de pied bien ajusté et donné

après une danse exacte prouve qu’il y a en dessous de nous moins de monde

qu’on croit. »1

Il en est de mesure de l’importance du masque dans ce théâtre :

« Ces masques sont des représentations d’être multiples. Le véritable coup de

maître, quand on les utilise, est d’arriver à créer une émotion différente de celle

suggérée par le faciès immobile du masque. Faire pleurer un démon, provoquer

la haine chez un être à priori bon et divin. Mais avant de donner vie aux

masques, il te faut donner vie à ton corps. »2

Dans le nô, la danse et le rythme jouent un rôle aussi important

que dans le théâtre de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX :

« Le nô est la première forme dramatique du japon, avec lui naît une

nouvelle branche de la littérature, c’est lui qui, le premier, à la place ou plutôt à

côté de la danse, mit une action sur l’antique estrade, qui du coup devint une

scène; grâce à lui les mouvements et les formes, la beauté plastique de la danse

revêtirent des personnages précis qui vécurent et agirent devant les

spectateurs. »3

Considérons cette approche : « La danse, animée et spectaculaire,

ainsi que la musique, dans laquelle intervient le « gros tambour » au rythme

rapide, permettent au spectateur, physiquement et mentalement fourbu, de

retrouver ses esprits et de retourner sans dommage au monde extérieur. »4

Ce qui est sûr, c’est que l’approche fémininne n’est pas

toujours occidentale. Il semble influencé par les arts orientaux :

1 Devant la parole. Op.cit., p.142.

2 MANSOURI, Amirouche. Nô, roman illustré. Fontaine: Éditions ThoT, 2007, p. 54.

3 PERI, Noël. Le Théâtre nô. Études sur le drame lyrique japonais : recueil d’articles

parus dans le Bulletin de l’Ecole française d’Extrême-Orient entre 1909 et 1920,

Paris : école française d’Extrême-Orient, 2004, p.15.

4 SIEFFERT, René. Arts du Japon, Théâtre classique. Op.cit., p.66.


« Le grand modèle est NÔ où l’on apporte à la place d’un mot l’effigie

d’un arbre, où le vol déployé d’un éventail tient lieu de réponse à une danse - où

l’émotion de toute une scène se concentre dans une couleur: à une strophe

chantée répond, bien plus tard, la multitude d’un objet Le nô donne la parole à

ceux qui ne l’avaient pas: tout devient contrepoint de paroles fuguées et phrases

prononcées par les choses: les noces du langage et de la matière ont lieu devant

nous. Tout se croise. L’acteur se tait. Une chose danse. La matière se met à

parler. Ce qui est très beau dans la représentation de nô à son point

d’incandescence, c’est qu’une forme de transmutation a lieu soudain: dans une

chose restée au sol, ou dans un objet emporté dont on se souvient, il y a autant

d’émotion que dans l’énonciation et la délivrance rythmée d’une phrase. Devant

nous, l’émotion et le mouvement du langage vont au coeur de la matière. »

Cette analyse se rapproche de l’idée de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX sur le nô en tant

qu’un art qui laisse une image inoubliable et qui s’enracine au profond

de l’esprit :

« Le nô est un mode d’expression où l’attitude est exagérée. L’on doit

comprendre aisément ce que le personnage exprime. Les pièces jouées sont,

dans leur ensemble, à consonance dramatique et les fins tragiques. Malgré

l’exagération des comportements, ces pièces doivent toucher au coeur. »1

Le nô implique un rapport au sol particulier: « Le corps de l’acteur

n’est pas réellement sur le sol; il y a une autre physique au théâtre, une autre

pesanteur, d’autres lois. »2

Mais le Nô est un art complet et multiforme, à l’image du théâtre

de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX :

« Il en est aussi pour nous l’expression la plus vraie et la plus forte, et par

là son intérêt littéraire s’accroît de son intérêt historique. Il fait revivre devant

nous, sous une forme saisissante et que son lyrisme rend plus puissante encore,

les sentiments, les pensées, les croyances, les superstitions, les aspirations,

1 MANSOURI, Amirouche. Nô, roman illustré. Op.cit., p.30.

2 L’APPAREIL DE LIPOMASSAGE (OU ÉQUIPEMENT MINCEUR) WELLBOX, Valère. Le Vrai sang. Genève : Éditions Héros-Limites et P.O.L., 2006

p.41.


toute la vie intellectuelle et morale de ces générations tumultueuses et

inquiètes. »1

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX évoque souvent le Nô de façon poétique : « Le mystère

dans le nô ne vient pas d’un voile, d’un flou, d’une brumosité, d’un drapage

poétique, mais de l’espace partout extrêmement éclairé et découpé d’éclairs

contredits : le mystère vient des pans, du chant contre- chanté, de l’angle

contraire, du tambour rendu nul par la voix, du tressage antagoniste de tout, de

la linéarité chaotique, du découpage acéré des contrastes. »2

Il montre une grande admiration envers cet art très riche

d’actions :

« Agrafées, à pas lents, plus lourdes que des scarabées, à la fois volant et

rompant, rien ne va plus vite et n’est plus lent que les personnes du nô,

chargées d’espaces, de membranes, de peaux, n’oubliant jamais qu’elles

marchent sur la portée du sol, inversant les dimensions du corps, portant des

manches avec les pieds. Elles dispersent leurs pas dans l’espace sur une ligne

recouvrant l’espace où elles marchent. Le corps des personnes du nô est langé

trop large comme celui du clown, avec des ailes inutiles amoncelées sur lui. »3

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX ne peut cacher son admiration pour l’habilité des

acteurs, rappelant qu’à l’origine ce mot du Nô : «(…) signifie, selon le

dictionnaire japonais-anglais de J.C.Hepburn, publié à Shanghai en 1867,

‘habilité’, ‘capacité’, ‘intelligence’, ‘talent’, ‘vertu’, ‘force’, ‘Ta no na hito’, relève

encore Hepburn, est une personne talentueuse ou habile en beaucoup de

choses. ‘Nô’, c’est donc le talent dont faisaient preuve les premiers artistes,

danseurs et même acrobates du saragaku, dont le sens premier est ‘spectacle

de signes’. »4

1 PERI, Noël. Le Théâtre nô. Op.cit., p.16.

2 Devant la parole. Op.cit., p.140.

3 Ibid., p.141.

4 MONTREDON, Jacques. Racine, nô, résurgence de Port-Royal. Préface de Dany et

Jacques Vingler, traduction de David Ball, illustration de Thomas Henriot. Besançon:

Cêtre, 2008, p.15.


N’oublions pas que quand L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX écrit sur le théâtre de Nö,

Artaud est influencé par les balinais. Même tendance pour des peuples

dont la danse et les gestes du corps ont une grande importance :

« L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX nous invite à suivre une sorte de promenade littéraire où

croiser d’autres auteurs et d’autres paroles, des figures étranges, des formes

incertaines ; à emprunter des chemins interdits, des voies de traverse, des

impasses ; à se laisser aller à une rêverie sur les espaces qu’on parcourt par la

lecture, à retrouver une logique intuitive, au gré des plis du texte ; à se laisser

aller non plus à une lecture cursive mais vagabonde, une lecture qui deviendrait,

elle aussi, rhapsodique. »1

Nous retraçons l’influence du théâtre et du corps en général sur

les écrits de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX qui nous laisse des passages pleins de sensibilités

et d’amour.

Le théâtre est le lieu où se redessine notre vie sous tous ses

angles (social, économique, politique, religieux…). Il nous invite à

réfléchir sur notre vécu et nous aide à évoluer si le côté artistique est

bien étudié :

« Le drame est un miroir où se réfléchit la nature. Le théâtre est un point

d’optique. Tout ce qui existe dans le monde, dans l’histoire, dans la vie, dans

l’homme, tout doit et peut s’y réfléchir, mais sous la baguette magique de l’art. »2

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX comme Hugo, voit sur les planches toute histoire qui

s’écrit en luttant : « Pour les romantiques, comme pour L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX le théâtre, est

conçu comme l’ultime lieu d’une bataille, d’un affrontement, celui sur lequel se

joue le drame de l’histoire et de l’humanité, où l’imaginaire et l’invisible se

transforment en visible et en palpable. »3

1 HERSANT, Céline. De fil en aiguille: le tissage du texte, in La bouche théâtrale. Etudes

de l’oeuvre de Valère L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, sous la direction de Nicolas Tremblay, Québec,

Montréal, XYZ éditeur, « Documents », 2005, p.39.

2 HUGO, Victor. La Préface de Cromwell, op.cit., p.262-263.

3 THOMASSEAU, Jean-Marie. Le Dernier des romantiques, in La Voix de Valère

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX. Textes recueillis par Pierre Jourde. Paris: L’Harmattan, 2004, p.183.


Une pièce de théâtre va renaître différemment à chaque nouvelle

représentation grâce à la mise en scène, aux acteurs, à l’endroit et au

moment de la représentation. Elle va donc avoir plusieurs sens et

influencer autrement les spectateurs :

« Le texte de théâtre est inquiet. Jamais il ne connaîtra le repos du livre:

une fois écrit, il va écrire encore avec la chair, avec l’espace, avec la matérialité

des accessoires. C’est toujours un texte à venir : sa force est devant. Il garde en

lui le pouvoir de transformer le monde matériel, de métamorphoser tout ce qu’il

croise. »1

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX désaxe les choses et propose un déplacement, il

transforme le monde en un tissu incohérent, il cherche à nous faire

passer dans une autre dimension où le rôle premier du théâtre est de

dévoiler la vérité humaine : « Le théâtre ne sert qu’à ça: franchir encore une

fois la figure humaine. »2

Louis Jouvet estime que la force du théâtre est de transmettre un

message réel et en même temps surnaturel:

« C’est ici un autre monde, embelli, sans menaces varies. Tout réveille en

nous doucement, tendrement, sans frayeur tout ce que la réalité a d’effrayant;

tout nous donne ce que la vie nous refuse d’ordinaire. (…) Vision de l’âme, des

choses et des êtres. Un monde qui n’est pas semblable à l’autre et qui est

débarrassé du médiocre et du quotidien, dans lequel personne ne peut

s’installer.”3

C’est la mise en scène qui rend possible ce passage : « Par le travail

de la mise en scène, la représentation elle-même devient un texte. La mise en

scène, c’est l’écriture au vif. Le texte écrit vient se nouer à la trame de l’espace,

jouer encore avec, s’y enchaîner à nouveau … Tout est tissé sur scène : « Le

drame se noue » est une expression à prendre à la lettre. Au théâtre, tout est

texte et tout vient se tresser à l’acteur, à l’espace et au corps du public. »4

1 Lumières du corps. Op.cit., p.92.

2 Ibid., p.27.

3 JOUVET, Louis. Témoignage sur le théâtre. Paris: Flammarion, 2009, p.171.

4 Lumières du corps. Op.cit., p.92.


Le théâtre est pour lui le lieu de l’épiphanie : « C’est au théâtre que

la parole nous apparaît-ensemble-comme la matière spirituelle du corps

humain. »1

C’est par le théâtre que l’outil qui permet de retrouver une silhouette parfaite inspire : « Le théâtre est l’art de

m’ouvrir la tête. »2

Le corps est comme un théâtre où se joue le drame de l’homme et

de la vie : « Il y a un théâtre dans la personne de chair. »3

Le théâtre s’inscrit dans l’Histoire, il reflète la vie et ainsi la

mémoire que nous avons tendance à oublier. C’est une renaissance

perpétuelle de tout passé :

« Le théâtre vient rappeler que parler est un drame ; à nous qui perdons

la joie de notre langue, le théâtre vient rappeler que le pensée est en chair ; à

nous, pris dans le rêve de l’histoire mécanique, il montre que la mémoire respire

et que le temps renaît. »4

Sarrazac comme d’autres hommes de théâtre, rêve d’un spectacle

d’insoumission, hors critique :

« Le théâtre dont nous rêvons ici serait donc une machine insomniaque. Il

se situerait en dehors du jugement, dans le jeu des possibles. Il ne punirait ni

ne consolerait. Il aurait la cruauté d’un combat permanent contre soi-même. Au

spectateur, il offrirait simplement réparation. Entendons : un lieu et un temps

pour se refaire des forces. »5

Le théâtre se permet de violer les cultures des spectateurs en

apportant des nouveautés imprévues et inhabituelles, des idées

rebelles. Il gomme des vérités…Il démonte l’homme spectateur pour

remonter un autre :

1 Ibid., p.165

2 L’APPAREIL DE LIPOMASSAGE (OU ÉQUIPEMENT MINCEUR) WELLBOX, Valère. Pendant la matière. Paris : P.O.L., 1991, p.46.

3 Pendant la matière. Op.cit., p.52.

4 Ibid., p.9.

5 SARRAZAC, Jean-Pierre. Critique du théâtre, de l’utopie au désenchantement. Belfort:

Éditions Circé, 2000, p.152.


« Le théâtre est défiguratif, il défait les traits, efface les tracés, ignore les

passages reconnus; il jette partout des lignes nouvelles, des jaculations

imprévues, lance des flèches sans retour. La cabane humaine est ici reconstruite

à l’envers. L’acteur défait l’homme : c’est l’homme franchi; il a démonté notre

effigie et nous a très méticuleusement décomposés. »1

1 Lumières du corps. Op.cit., p.133.


DEUXIÈME CHAPITRE

L’ANIMALITÉ DU CORPS


« De tous les animaux qui s’élèvent dans l’air

Qui marchent sur la terre ou nagent dans la mer

De Paris au Pérou, du Japon jusqu’à Rome

Le plus sot animal, à mon avis, c’est l’homme. »

Boileau (Satire VIII)


Le théâtre de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX n’est pas une scène de comédie

dogmatique mais une image effrayante montrant un apport animal à

l’intérieur de chacun, sa sévérité et son idiotie. Ce qui importe à

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, c’est le problème de la condition humaine, dans son

ensemble. Ainsi révèle-t-il : « Je désire prouver que je suis un animal. »1

L’homme est un animal qui soit reste animal, soit arrive à devenir

humain grâce à la raison et à la logique :

« D’une façon générale, sommes-nous sur la bonne voie pour découvrir

l’essence de l’homme, lorsque nous définissons l’homme, et aussi longtemps que

nous le définissons, comme un vivant parmi d’autre, en l’opposant aux plantes,

à l’animal, à Dieu ? (…) Mais on doit comprendre que par là l’homme se trouve

repoussé définitivement dans le domaine essentiel de l’animalitas, même si, loin

de l’identifier à l’animal, on lui accorde une différence spécifique (…). La

métaphysique pense l’homme à partir de l’animalitas, elle ne pense pas en

direction de son humanitas. (..) Ainsi ce que nous avons attribué à l’homme,

partant d’une comparaison avec l’ “ animal ”, comme animalitas, se fonde elle-

même dans l’ek-sistence. »2

L’animalité veut probablement désigner chez lui une opposition à

l’humanité. Il s’agit ici de perdre nos identités en tant qu’être humain,

voire de se “ déhommer ” pour utiliser un néologisme féminin, de

“sortir d’homme”.

Mais il s’agit aussi (dans L’Atelier volant par exemple) d’évoquer la

dureté des temps, un monde injuste où “ l’homme est un loup pour

l’homme ” et où tout est permis, un peu comme dans la pièce d’un jeune

outil qui permet de retrouver une silhouette parfaite où s’exprime la souffrance d’une servante persécutée pendant

des années à cause d’une dame cruelle qui ne connaît pas la clémence :

1 Je Suis. Op.cit., p.101.

2 HEIDEGGER, Martin. Lettre sur l’humanisme. Trad. MUNIER, R. Paris : Aubier-

Montaigne. 3ème édition 1983, pp.55-59.


« Il n’y a pas de gratitude ou de considération ni de respect. Une seule chose

demeure: l’intérêt. Tout s’achète, tout se vend, tout se paie. Tout. Il n’y a pas

d’humanité. Il n’y a pas d’humanité.»1

Les outil qui permet de retrouver une silhouette parfaites, à travers les siècles, ont abordé ce sujet de

l’animalité de l’homme sous ses différents aspects, qui ont - c’est notre

hypothèse - une vision un peu désuète de ce dont nous allons parler car

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, dans ses textes, apporte de grandes nuances en parlant de

cet aspect chez l’homme contemporain ; Le qualifier plutôt d’une façon

assez négative :

« La définition de l’homme comme animal ‘X’ suppose que l’animal soit

l’expression d’une partie de l’homme, et plus exactement de sa partie la moins

essentielle, et donc la moins digne de caractériser son essence la plus intime.

L’animal permet ainsi de définir l’homme d’une façon négative, comme ce que

celui-ci n’est pas à proprement parler.»2

On verra que cette approche est parfois celle de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX…

1. Corps animal

Dans les textes qui vont suivre, L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX jette un peu de lumière

sur l’animal qui est en nous, le soi intérieur, tout ce qui est mauvais et

porte le mal à autrui :

« Nous les humains, nous n’étions encore que des chiens à l’écoute des

splendeurs. Nous les humains, nous n’étions encore que des chiens à l’écoute de

Je suis. Et de sa misérable inscription ici faussement représentée.»3

Ici, “les humains” s’opposent aux “chiens”, le chien s’élève au rang

des humains par la raison et “ la vue de la lumière ” dans Je Suis, qui

est La Vraie gloire par opposition à la vue de soi – quant à “ Je suis ”,

1 PLIYA, José. Le Complexe de Thénardier. Paris : L’avant-scène théâtre, collection des

quatre-vents inédit, 2001, p.50.

2 GONTIER, Thierry. De l’homme à l’animal, Paradoxe sur la nature des animaux

Montaigne et Descartes. Ouvrage publié avec le concours de l’Ecole Normale

Supérieure de Fontenay/Saint-Could. Paris: Collection Philosophie et Mercure, VRIN,

1998, p.16.

3 Je Suis. Op.cit., p.206.


c’est peut-être “ Jésus”, la “misérable inscription ” équivalant peut-être

au dépréciatif “INRI” (qui figure sur la croix du Christ).

Donc, il va grimper du péjoratif au mélioratif puisque le chien a

souvent comme attribut un négatif : “un temps de chien, un mal de

chien, un caractère de chien, une vie de chien”. Si l’on utilise le mot

comme comparaison, il désigne le mépris, la mésentente et la bestialité:

“parler à quelqu’un comme à son chien, ce n’est pas fait pour les chiens,

s’entendre comme chien et chat, réserver un chien de sa chienne, merci

mon chien» ! Rares sont les expressions où le chien est à son avantage :

«avoir du chien, être fidèle comme un chien.”

Un critique attiré par les textes féminins, Pierre Jourde nous

déclare ce que l’on veut peut-être dire par “chien”. C’est :

« Montrer quelque chose est toujours affreusement insignifiant. “Voulezvous

que je vous montre une photo du chien de ma fille ?” Demande-t-on à

brûle-pourpoint dans Le Babil des classes dangereuses. La photo de l’animal

possédée par un parent résume l’objet de toute représentation : une broutille

obscène à force d’être secondaire. » 1

Et voilà toujours la comparaison de l’homme avec un chien,

« Homme qui est là, regarde ta tête dans le miroir des animaux : tu as passé ta

vie à être un chien qui passe son temps à imiter un homme. »2

Le dictionnaire des symboles l’explique : « Il n’est sans doute pas une

mythologie qui n’ait associé le chien à la mort, aux enfers, au monde du

dessous, aux empires invisibles que régissent les divinités chthoniennes ou

séléniques. Le symbole très complexe du chien est donc, à première vue, lié à la

trilogie des éléments terre· - eau· - lune· dont on connaît la signification occulte,

femelle, tout à la fois végétative, sexuelle, divinatoire, fondamentale, tout aussi

bien pour le concept d’inconscient que pour celui de subconscient. »3

1 Jourde, Pierre. La Littérature sans estomac. Paris : l’esprit des péninsules, 2002,

p.259.

2 Le Discours aux animaux. Op.cit., p.119.

3 CHEVALIER, Jean et GHEERBRANT, Alain. Dictionnaire des symboles, op.cit., p.239.


Dans le même texte, le lièvre qui vit dans son monde en

accomplissant les mêmes rituels au quotidien, s’aperçoit qu’il ignore

tout ce qui se passe autour de lui. Il est donc étranger puisqu’ il ne

possède pas une vue globale de son entourage : « J’ai vécu comme un lièvre

dans la terre, le seul à rien comprendre à l’aventure des danses au-dessus. »1

Cette incompréhension fondamentale est typiquement

fémininne et rapproche l’homme de l’animal. Il existe même un

personnage de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX qui s’appelle “Jean Terrier”, ce terrier évoquant

aussi le monde très animalisé que découvre l’Alice de Lewis Carroll.

Il ne faut pas l’oublier : « On ne voit rien en aucun des animaux de

quelque espèce qu’il soit, touchant les moeurs, la complexion, propriété, vertu,

qualité, ou façon d’agir qui ne se rencontre en l’homme. Car n’est-il pas vrai que

l’homme est hardi comme le lion, qu’il est craintif comme le lièvre, qu’on le peut

comparer au coq pour la liberté, au chien pour l’avarice, qu’il est semblable au

corbeau en rudesse et austérité »2

L’insignifiance du corps du rat n’est pas incompatible avec sa

capacité à utiliser ses dents par exemple pour délivrer un lion comme

dans la fable de La Fontaine* qui nous enseigne qu’on a toujours besoin

d’un plus petit que soi. Dans La Scène, on retrouve cet animal :

« Homme, tu es fait comme un rat, faits et gestes: tu es fait de restes! Le

temps du pullulement doit prendre fin. Secours mon mourant!»3

Ce que L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX veut montrer en glissant dans son oeuvre ce

genre d’animaux très domestiques (chien, lièvre, rat, etc.) est que, dans

chacun d’entre nous, existe une partie de chacun de ses animaux.

1 L’APPAREIL DE LIPOMASSAGE (OU ÉQUIPEMENT MINCEUR) WELLBOX, Valère. L’animal du temps. Paris : P.O.L., 1993, p.13.

2 De la physionomie humaine. Dessins de Charles LE BRUN, gravés pour la

chalcographie du musée Napoléon en 1806. Éditions de la Réunion des musées

nationaux, 2000, p.42-43.

* LA FONTAINE, jean de. Fables choisies. Présentation de Jean-Pierre Chauveau.

Paris : Gallimard, folio classique.1991. p.45.

3 L’APPAREIL DE LIPOMASSAGE (OU ÉQUIPEMENT MINCEUR) WELLBOX, Valère. La Scène. Paris : P.O.L., 2003, p.145-146.


Cependant le symbole est vague et/ou sombre; c’est que l’homme

parfois est guidé par les obligations de la vie :

« Les animaux, qui interviennent si souvent dans les rêves et les arts,

forment des identifications partielles à l’homme; des aspects, des images de sa

nature complexe; des miroirs de ses pulsions profondes, de ses instincts

domestiqués ou sauvages. Chacun d’eux correspond à une partie de nous-

mêmes, intégrée ou à intégrer dans l’unité harmonisée de la personne. »1

Aussi nous pouvons dire que le symbole de ces animaux

domestiques reflète le besoin d’être en plein milieu hanté. Il est

inhabituel pour un homme d’aimer s’isoler, comme l’explique Spinoza :

« Il est rare pourtant que les hommes dirigent leur vie d’après la raison, et

la plupart s’envient les uns les autres et se font du mal. Cependant, ils peuvent

à peine supporter la vie solitaire, et cette définition de l’homme plait fort à la

plupart: l’homme est un animal sociable. »2

Dans Le Drame de la vie, on peut lire : « Animal-homme, chaque fois

que tu meurs je suis ici avec toi, non pour revivre face à ton fatal accident

l’imbécile tragédie de l’enfance mais pour me ressouvenir en ta mémoire de la

tragique comédie de l’imbécillité.» 3

Le mot composé “Animal-homme” est significatif du

rapprochement que L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX cherche à opérer – l’onomastique est aussi

concernée : Jean Terrier, Odile Caribou, etc., etc.

Pour lui l’homme est le seul être destructeur. Malgré son

intelligence, il ne profite pas de son entourage, mais le détruit soit par le

désastre qu’il provoque sur son environnement, soit par sa passivité en

gardant le silence sans réagir. Donc, seul l’animal à quatre pattes ne

réagit pas négativement sur le monde :

« L’homme seul, par le recours de sa pensée, peut réduire le monde à rien.

De tous les animaux, il est le seul qui eut des bras pour le prendre et le porter à

1 CHEVALIER, Jean et GHEERBRANT. Dictionnaire des symboles. Op.cit., p.48.

2 SPINOZA, Baruch. Ethiques. Paris: PUF, 1966, p.106.

3 Le discours aux animaux. Op.cit., p.95.


néant. (..) . Il est le seul à entendre en silence le drame de la matière que seul

l’animal voit. C’est le drame de l’homme d’être du temps en silence. C’est le

drame de ses yeux et de ses oreilles. »1

C’est la même idée qu’Hugo émet :

« L’homme se tait, ployé sous cet entassement ;

Il se venge ; il devient pervers ; il vole, il ment ;

L’âme inconnu et sombre a des vices d’esclaves ;

Puisqu’on lui met un mont sur elle, elle en sort lave ;

Elle brûle et ravage au lieu de féconder. »2

Il y a l’idée de l’animal intérieur, l’animal qui est dedans, qui

attaque soit lui-même, soit la personne qui se trouve devant lui. Idée

qu’on peut retrouver chez les philosophes antiques et contemporains.

La Fontaine écrit :

«Je me suis souvent dit, voyant de quelle sorte

L’homme agit, et qu’il se comporte

En mille occasions, comme les animaux »3

En chacun d’entre nous, sommeille un animal. Cette animalité est

inconsciente, seul l’avènement d’un facteur extérieur très fort peut

provoquer l’apparition de cette férocité cachée ; bien évidemment ce

facteur est automatiquement négatif, voire même très négatif :

« Il y a ainsi, dans chaque homme, un animal enfermé dans une prison,

comme un forçat, et il y a une porte, et si on entrouvre la porte, l’animal se rue

dehors comme le forçat trouvant l’issue. Tout ce qui nous enferme fait de nous

l’animal auquel fuir est impossible. »4

Le rapprochement de l’homme avec l’animal ne constitue pas

forcément une humiliation au sens négatif (surtout chez L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX),

1Le Drame de la vie. Op.cit., p.100.

2 HUGO, Victor. La Légende des siècles. Paris : Éditions Garnier frères, 1962, p.458.

3 LA FONTAINE, Jean de. Fables. Par A.LEGOUÊZ. Paris : Garnier Frères, Libraires-

éditeurs, 1883, fable XV, Livre 10, p.183.

4 SURYA, Michel. Humanimalités. Clamecy: Éditions Léo Scheer, 2004, p.119.


mais une convocation pour examiner cette animalité et se disposer dans

le cadre d’une réforme de son propre humanisme. Montaigne le disait :

« De toutes les opinions que l’ancienneté a eu de l’homme en gros, celles

que nous j’embrasse plus volontiers et auxquelles je m’attache le plus, ce sont

celles qui nous méprisent, avilissent et anéantissent le plus. La philosophie ne

me semble jamais avoir si beau jeu que quand elle combat notre présomption et

vanité, quand elle reconnaît de bonne foi son irrésolution, sa faiblesse et son

ignorance. »1

Il arrive que L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX nous laisse perplexe à la lecture d’un texte,

puisque nous ne savons pas quel message il veut nous faire passer.

Est-il en détresse totale au point de déprimer et de rejeter tout ce que

un homme normal accepte, ou bien, est-il en train de nous considérer

comme des ignorants, puisqu’il glisse l’opposition aux animaux dans

toute une liste qui prouve son raisonnement logique comme l’adversité

à Dieu, la fuite des souvenirs ?…

Les animaux sont-ils des créatures sauvages, ou l’homme dénudé

de toute raison : « Mesdames et Messieurs, je vous préviens d’emblée : je suis

hostile aux choses, je suis un ennemi de la nature, un adversaire de Dieu,

opposant aux animaux, un récalcitrant à la vie humaine; je déteste les couleurs,

j’abhorre les saveurs, les odeurs je les exècre, j’ai horreur des idées, je fuis les

souvenirs, les sentiments me répugnent, tout ce qui tombe sous le sens me

dégoûte, et j’abomine tout ce qui vient aux hommes à l’esprit parce que ma

propre pensée me révulse. Maintenant, écoutez et suivez! … »2

Chez L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX on trouve une tendance dévoiler à l’homme

récurrente à la présence de l’animal en lui, dans son corps et dans son

âme.

C’est cette nécessité qui le pousse à s’adresser aux animaux en

écrivant “Discours aux animaux”. Les animaux de ce discours-là ne

1 MONTAIGNE, Michel de. Les Essais II. Paris: PUF, 1922-1923, rééd. 1988,17, 634a.

2 L’APPAREIL DE LIPOMASSAGE (OU ÉQUIPEMENT MINCEUR) WELLBOX, Valère. L’Acte inconnu. Paris : P.O.L., 2007, p.83.


sont-ils pas bien bêtes et hommes, corps et esprits, tous ensemble

rassemblés dans la nuit du théâtre ?

« L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX reprendra avec son discours aux Animaux (1987), discours

beaucoup plus linéaire, à la limite du roman et dans lequel résonnant les

paroles d’un homme “sonnant et raisonnant” face à la multitude des animaux. »1

Dans un entretien avec l’auteur*, nous lui avons posé cette

question : Pourquoi identifiez-vous autant l’homme à l’animal? Il nous a

répondu que l’animalité, c’est ce que montre l’homme comme violence

ou cette habileté d’attenter à autrui et d’abuser de lui, d’abuser pour

concrétiser ses buts, coûte que coûte. Et voilà l’épreuve: « Aujourd’hui

l’homme mange l’homme. »2

L’Histoire se transforme chez L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX en Zoographie puisque les

politiciens deviennent les animaux de l’Histoire. Ce qui compte pour

eux, c’est la réalisation de leurs objectifs quelle que soit la méthode

utilisée pour les atteindre. Et dans certains cas, et avec tous les vices

qu’ils montrent, les animaux peuvent être au-dessus des hommes.

Montaigne nous pose la question à la page 18 de l’Éloge de l’animal :

« Combien les animaux ont d’excellence au-dessus de nous, et combien

notre art est faible à les imiter. (…) Quant à la force, il n’est animal au monde en

butte de tant d’offenses, que l’homme : il ne nous faut point une baleine, un

éléphant, et un crocodile, ni tels autres animaux, desquels un seul est capable

de défaire un grand nombre d’homme. »3

La lutte et le désir d’un avenir meilleur cèdent la place à la

politique animalière arriviste détruisant tout espoir sur son passage :

« Nous entrons dans la période animale de l’histoire. Et dans l’histoire

animale, il n’y a que deux facteurs qui comptent: reproduction et climat. Nous

1 Dictionnaire encyclopédique de la littérature française. Paris : Laffont-Bompiani,

Robert Laffont, 1997, p.737-738.

* Rencontre avec l’auteur au festival d’Avignon, le 13 juillet 2007.

2 Le discours aux animaux. Op.cit., p.242.

3 MONTAIGNE, Michel de. Éloge de l’animal. Paris : L’Herne, 2009, pp.18 et 35.


entrons dans la période zoologique de l’histoire. Zoographique. À 1a lutte des

classes, succède la guerre des animaux. »1

Dans sa Lettre aux Galates, pour citer Saint Paul : « Si vous vous

mordez et si vous vous mangez les uns les autres prenez garde d’être dévorés

les uns par les autres.»2

Cette dévoration de l’homme par l’homme par l’homme est très

sensible dans L’Atelier volant où le personnage de Boucot est souvent

présenté comme un ogre (mais un ogre ridicule qui ressemble au père

Ubu d’Alfred Jarry)

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX essaie de nous rappeler le crime du fils d’Adam, Caïn

envers son frère Abel. L’auteur nous fait remonter à la chute de

l’homme par ce crime et au déchirement de sa sainteté. L’homme est le

même depuis le commencement du monde, et partout. Il a été créé avec

ses instincts, et une même nature primitive et éternelle. Cette approche

et ces mots (crime, sang, etc.) reviennent très souvent chez L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX :

« Si le monde était à l’origine d’un crime qui dure encore, il en subsisterait

certainement quelque chose encore sous nos yeux. Le sang! Restez calme: s’il y

avait un crime à l’origine du monde, ce crime ne pourrait être le votre, puisque ce

n’est pas toi qui êtes à l’origine du monde. »3

Ses textes se répètent à travers plusieurs pièces pour confirmer

une idée qui préoccupe l’esprit de l’outil qui permet de retrouver une silhouette parfaite : « Le sang ! Restez calme ; s’il

y avait un crime à l’origine du monde, ce crime ne pourrait être le vôtre, puisque

ce n’est pas vous qui êtes l’origine du monde.»4

Et «Le monde depuis sa création s’ouvre en feu et en fontaine de sang. »5

1 L’Acte inconnu. Op.cit., p.86.

2 Les écrits de Saint Paul, La seconde épître aux corinthiens, traduction nouvelle avec

introduction et notes par Henri DELAFOSSE. Paris : les Éditions Reider.1927, p.199.

3 Je Suis. Op.cit., p.212.

4 L’APPAREIL DE LIPOMASSAGE (OU ÉQUIPEMENT MINCEUR) WELLBOX, Valère. L’Espace furieux, Paris : P.O.L., 2006, p.136.

5 La Scène. Op.cit., p.84.


C’est peut-être pour cela que L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX dit que l’origine est rouge :

« Je m’appelle Caïn du Tube, j’ai balassommé mon frère, saignu ma mère, je

mange mon père célesta-terrestre, tous les jours je bute sur la vie, je vais me

pendre moi-même à une corde destinée à moi-même … Allez, descendez-moi

quelque chose des cintres que je m’y pende! »1

Ce crime, la philosophie l’éclaire : « Le péché originel ne modifie pas

le fait même de la liaison de l’âme humaine à son corps animal, mais modifie

seulement la modalité de cette liaison. L’homme adamique (avant le péché) est

créé avec un corps certes incorruptible, mais animal et devant se nourrir et se

reproduire. Ce qui est donc condamné, ce n’est pas le corps animal de l’homme,

mais la dépendance de l’âme vis-à-vis de ce corps : après le péché, les passions

corporelles soumettent la volonté humaine et le corps acquiert une pesanteur

qu’il n’avait pas auparavant.»2

Dans ce passage, L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX revient nous rappeler la chute :

« Chaque fois que nous oublions la faille, la chute et l’animal dans l’homme_ et

au fond de nous la bestialité ; chaque fois que nous oublions que nous

n’avançons qu’en déséquilibre, que toute marche profonde et démarche allant

loin s’échappe de la chute in extremis ; chaque fois que nous oublions que nos

sommes dans un lieu pour le quitter et sur un théâtre pour en sortir ; chaque fois

nous ne savons plus le manque, la faute, l’absence_ et toujours nous étonner de

notre animalité spirituelle _, nous sommes dressés debout mais en mannequins

humains, en idoles d’hommes, en singeurs. »3

Dans Réflexions diverses de La Rochefoucauld, on trouve des

pages excellentes qui parlent du rapport de l’homme avec les animaux

et des ressemblances qui peuvent unir leurs natures :

« Combien y a t’il d’hommes qui vivent du sang et de la vie des

innocents : les uns comme des tigres, toujours farouches et toujours cruels ;

d’autres comme des lions, en gardant quelque apparence de générosité ;

d’autres comme des ours, grossiers et avides ; d’autres comme des loups,

1 L’Acte inconnu. Op.cit., pp.21-23.

2 GONTIER, Thierry. De L’homme à l’animal, Paradoxe sur la nature des animaux

Montaigne et Descartes. Op.cit., p.31.

3 L’APPAREIL DE LIPOMASSAGE (OU ÉQUIPEMENT MINCEUR) WELLBOX, Valère. L’Envers de l’esprit, Paris : P.L.O., 2009, p.198.


ravissants et impitoyables ; d’autres comme des renards, qui vivent d’industrie,

et dont le métier est de tromper ! » et il continue à une longue comparaison citant

ainsi les qualités et les défauts qu’on peut tous avoir : « toutes ces qualités se

trouvent dans l’homme, et il exerce, à l’égard des autres hommes, tout ce que les

animaux dont on vient de parler exercent sur eux. »1

De même, quand L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX écrit : « Nous nous mangeons nous-mêmes

par ces membres attachés. C’est ainsi que nous mangeons la vérité avec

l’erreur. »2

Il rejoint Jung disant que c’est toujours l’homme qui est

responsable de ses actes, de ce drame qu’il engendre

sempiternellement :

« Le drame est partout, car il est dans l’homme qui le recrée sans cesse;

non pas à plaisir, comme pourrait être tentée de le penser une réflexion

superficielle, mais en fonction d’un fatal conditionnement, d’une fatalité inscrite

au plus profond de l’humain vivant.»3

Cela rejoint le discours biblique (cf. faute originelle, etc.*) et

beaucoup d’oeuvres de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX : « Le monde vient de mon crime. »4

En parlant du corps-crime (il invente même le mot “crimage”),

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX désigne l’animalité féroce, l’animalité au sens négatif ; tout ce

que l’homme fait pour atteindre malhonnêtement ses buts. Il est

vraiment capable de démolir tout ce qui beau dans la vie de l’autre sans

rien craindre ou même sans repentir

« L’homme n’est pas bon, nom de nom!

Il aime écorcher son frère

1 LA ROCHEFOUCAULD, François. Réflexions ou sentences et maximes morales,

réflexions diverses. Présentées avec leurs variantes par Dominique Secretan. Paris :

Libraire MINARD et Genève : Librairie DROZ, 1967, p.226-228.

2 L’APPAREIL DE LIPOMASSAGE (OU ÉQUIPEMENT MINCEUR) WELLBOX, Valère. La Chair de l’homme, Paris : P.O.L., 1995, p.41.

3 JUNG, Carl Gustav. Aspects du drame contemporain, préface et traduction de

R.Cahen-Salabelle. Paris : Éditions de la colonne Vendôme, 1948, p.11.

* Voir: La Bible. Traduction oecuménique, édition intégrale, Paris : Les éditions du Cerf

et Société biblique française, 6ème édition 86e mille, 1988.

4 L’Espace furieux. Op.cit., p.135.


Y préfère, sur terre, surtout boulotter

Y s’ prend les pieds dans la matière

Y fait tout dégringoler. »1

Le côté comique de cette évocation est une manière de se moquer

de la férocité de l’homme. Quand il écrit :

« Il aime écorcher son frère », L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX pense sûrement à deux

personnages bibliques : Caïn et Abel (Genèse 4, 4.3-4.13).

L’histoire de la vipère, que L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX glisse dans Je suis, quelle

philosophie contient-elle, et quelle question pose-t-elle ?

« Sachez qu’il en est de même pour la vipère : (….) Tels sont nos vices.

Nos vices sont nos enfants. Mais quand nous leur donnons la vie, ils nous

donnent la mort. Comme à la vipère ses petit.»2

Le négatif et le mal sont très présents : « Louons le corps humain-

surtout par là: la boîte à dire, la caverne à mensonges! »3

Peut-être veut-il que son théâtre soit un miroir fictif dans lequel

le spectateur voit directement sa nature et sa vérité brutale. Cette idée

est très explicite dans plusieurs textes de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX s’inspirant de

Hobbes. Citons : « L’homme resta pour l’homme un loup qui ne fit rien pour

moi. »4

Cette destinée humaine se retrouve dans une phrase comme

« L’homme ne vit pas que de sang, car l’homme ne vit que de sang. »5

Et dans ce développement : « A prendre la comparaison entre l’homme

et l’animal trop à la lettre; on en viendrait à nier la liberté humaine de pouvoir

1 L’Opérette imaginaire, Op.cit., p.88-89.

2 Je Suis. Op.cit., p.151-152.

3 L’APPAREIL DE LIPOMASSAGE (OU ÉQUIPEMENT MINCEUR) WELLBOX, Valère. L’Origine rouge. Paris: P.O.L., 2000, p.61.

4 Le Discours aux animaux. Op.cit., p.49.

5 Ibid., p.65.


accommoder ou corriger sa conduite. De même que le scorpion pique, l’homme

mauvais tue. »1

On peut citer d’autres exemples : « L’homme est un criminel sur cette

terre: témoignons de sa poussière qu’il devra mordre amplement!»2

Dans Le Drame de la vie : « L’homme a tué, l’homme a mangé. Il a tué

tous les animaux, il a mangé tous les récipients. Il a mangé toutes les

récitations, il a bu et avalé, il a bu tout ce qu’il su. Entrez et vivez ! Engendrez

des trous vous aussi ! Sortez des viandes ! Engendrez-les vivants ! Sortez de

viande ! Engendrez des vivants ! »3

Selon Pascal, il faut dévoiler à l’homme sa médiocrité : « Il est

dangereux de trop faire voir à l’homme combien il est égal aux bêtes, sans lui

montrer sa grandeur. Et il est encore dangereux de lui trop faire voir sa

grandeur sans sa bassesse. Il est encore plus dangereux de lui laisser ignorer

l’un et l’autre, mais il est très avantageux de lui représenter l’un et l’autre. »4

Pour L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, il faut apprendre à “ se déhommer ”, en

“ s’animalisant ” par exemple (mais ce n’est pas le seul moyen : « (…)

l’homme est le seul des animaux qui a su s’inventer mille masques, mille figures,

le seul qui émet sans cesse un nouveau visage, qui réinvente sans cesse sa

figure. Comme dirait Jarry _ porter un regard sur l’homme depuis l’extérieur de

l’homme: depuis l’animal, depuis Dieu, depuis le caillou, depuis le pantin.»5

La Bruyère, dans ses jugements, s’adresse aux hommes poussés

par leur absurdité et leur futilité : « Je ne parle point, ô hommes, de vos

légèretés, de vos folies et de vos caprices, qui vous mettent au-dessous de la

1 CERVELLON, Christophe. L’animal et l’homme. Paris : P.U.F., 2004, p.166.

2 La Scène. Op.cit, p.22.

3Le Drame de la vie. Op.cit., p.27.

4 PASCAL, Blaise. Pensées. Paris : Librairie générale française, 1972, p.110-153.

5 COSTAZ Gilles, « La parole opère l’espace », in Le Magazine littéraire, n° 400, juillet

2001, p. 98-103.


taupe et de la tortue, qui vont sagement leur petit train, et qui suivent sans

varier l’instinct de leur nature »1

Dans L’Origine rouge, l’homme est toujours faux quand il est

sentimental, il s’éloigne excessivement de la raison humaine et quand il

réfléchit, il s’enfonce dans le mal et approche rapidement de sa fin. Il se

trouve dans le négatif :

« Au rendez-vous des sentiments humains, j’attache une pierre par le bas;

au forum des opinions animales, j’ai brillé en attachant un piquet encore plus

bas que ma croix d’homme »2 et il le prouve en confirmant que :

Aussi trouvons-nous que : « Dieu a dit: J’attaque l’homme grâce à

l’homme; je fais entrer en contradiction entre eux les chiens de garde du monde

visible; je leur envoie mes séraphins et ils les mordent! »3

Ici L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX fait allusion à la férocité invisible qui domine

l’homme pour qui la vie réside dans un simple et banal cri : « Moi aussi je

mange un morceau de mon corps mort. Mais non mais non mais non mais non:

il est vivant, il crie! »4

-« Je l’ai mangé maintenant; bon pour ce que c’est! Mais pour de bon

qu’est-ce que c’est? C’est le morceau 1 de mon corps un: c’est le morceau de mon

corps un de un.» 5

Donc, le corps mort est le corps 1 qui ne peut souffrir de

l’absence d’aucune partie.

Comme dans le théâtre et dans la tragédie ancienne, L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX

dessine le drame de la condition humaine, invitant le spectateur à

s’engouffrer dans l’esprit de la vie :

1 LA BRUYERE, Jean de. OEuvres complètes. Éditions établie et annotée par Julien

BENDA. Paris : Gallimard, 1962, p.382.

2 L’Origine rouge. p.68.

3 Ibid.

4 L’Opérette imaginaire. Op.cit., p.58

5 Ibid., p.59.


« La cruauté du théâtre racinien remplit paradoxalement une fonction

morale. Aristote la désignait sous le nom de catharsis, et le XVIIe siècle sous

l’appellation de ” purgation des passions”. Le spectateur était censé se purifier

de ses tentations en voyant à quelle catastrophe elles aboutissaient sur scène. »1

Pour Artaud (fondateur du « Théâtre de la cruauté »), le mot

“cruauté ” renvoie à la précision de l’écriture qu’il faut avoir pour parler

vraiment de l’homme. Pour L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX :

« La cruauté est ici transplantée dans le corps de la langue, dans l’énergie

d’une parole investissant le souffle et l’espace, substituant finalement à

l’angoisse artaudienne une incroyable jouissance du dire. »2

Déclare-t-il : c’est la matière qui « n’est qu’une cruauté.»3

Ainsi ajoute-t-il : « C’est la faim qui est vivante. Dans l’ancien temps, on

appelait même la faim “la vivante” »4

2. Corps - mal

Pouvons-nous découper ce mot d’animal en deux syllabes pour

découvrir cet amalgame /ani/ et /mal/ ou plutôt anime+mal ? Cela ne

nous conduit pas à voir un mal qui est animé ou agité ?

« Animal est parmi les êtres, l’être animé. Homme est parmi les êtres

l’animal qui a mal.»5

L’homme qui souffre à chaque mime. Du corps animal ou

“cormal”, nous voulons passer à l’étymologie pour donner le sens du

mot animal : le mot “animal” contient en effet, “l’anima”, c’est-à-dire, ce

qui donne vie*. Dans le mot “ animal ”, en procédant un peu comme

1 COUPRIE, Alain. La Tragédie racinienne. Paris : Hatier, 1995, p.41.

2 CORVIN, Michel. Dictionnaire encyclopédique du théâtre. Paris : Bordas, 1995, p.653.

3 Je Suis, Op.cit., p.37.

4 L’Espace furieux. Op.cit., p.81.

5 L’Opérette imaginaire. Op.cit., p.55.

* BLOCH, Oscar et WARTBURG, Walter Von. Dictionnaire étymologique de la langue

française. Paris : PUF, 7ème édition, 1986, p.27.


Jacques Derrida, on pourrait voir aussi “ Annie ”, qui est un prénom

féminin et signifie la fécondité et la grâce.

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, lui, propose beaucoup de définitions : «L’homme est un

quadrupède en souffrance; l’homme est une porte qui donne partout; l’homme

est un animal olympique; l’homme est une machine entre quatre-z-yeux; l’homme

est un omnivore intéressant; l’homme est un animal qui porte plainte, l’homme

est un néant fier de lui; l’homme est un problème qui se règle au couteau;

l’homme est un vivant sans argument. L’homme n’était pas la seule solution pour

sortir d’animal.»1

Avec sa sensibilité qu’il l’agite, il continue à éprouver toujours des

malheurs : « Etant donné l’inquiétude de son esprit, la faiblesse de son corps et

son indigence totale, l’homme mène sur la terre une existence plus pénible que

celle des bêtes. Si donc la nature avait fixé à la vie de l’homme et à celle des

autres vivants un terme absolument identique il n’y aurait pas d’animal plus

malheureux que l’homme. »2

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX est convaincu des peines qui suivent l’homme comme

son ombre : « Madame de Tombe : toutes les viandes souffrent. »3 Et

« L’humanité entière est en larmes. »4

Dans L’Espace furieux, ce qui nous fait ressembler à l’animal,

c’est notre destin devant un sort auquel on ne peut pas échapper ; un

silence pesant s’en empare malgré tous les cris des hommes et leur

protestation :

« La vie est déserte. Elle est morte pour les morts. A la fin, on devient des

animaux…Comment peux-tu parler, si tu es mort, redis- je-redis- je à mon cada

– alors que mon corps est là, seul, qui vit dans c’t’amertume ? …Alors je répétai

à mon corps de faire le chien et il se tut. Et il pensa désormais en noir- et – bleu.

1 La Scène. Op.cit., p.90-91.

2 FICIN, Marsile. Théologie platonicienne de l’immortalité des âmes. Paris : Les Belles

Lettres, 2007, Livre I, p.38.

3 Le Drame de la vie. Op.cit., p.62.

4 Ibid., p.86.


Alors je fis repentir mon corps d’être, car il n’avait déjà plus que moi pour

l’animer. Ni que moi pour y assister.»1

L’homme se rend compte de la fatalité de cette vie et doit se

contenter de savoir que la mort arrive : « Nous sommes morts de naissance :

ça n’est pas arrivé aux animaux. (…) Nous avons été les seuls des animaux pour

qui la mort était au début. Mais maintenant nous ne sommes plus nés étranglés

par le passage étroit de la parole de chair maternelle, mais insufflés, poussés

par la force parlante. »2

La conception de la notion de mort et d’éternité est expliquée par

Bossuet dans son Extrême différence de l’homme et de la bête :

« La nature humaine connaît l’immutabilité et l’éternité (..), elle connaît

des vérités éternelles, et elle ne cesse de les chercher au milieu de tout ce qui

change. Elle connaît donc par des principes certains ce que c’est que châtiment

et récompense ; et voit comment elle doit et s’en servir pour les autres, et en

profiter pour elle-même. »3

Cette perception que l’homme la subit, mais l’animal l’ignore par

chance car ses soucis sont aussi simples que ses besoins :

« Les seules maux qu’il (l’animal) craigne sont la douleur, et la faim ; je

dis la douleur, et non la mort ; car jamais l’animal ne saura ce que c’est que

mourir, et la connaissance de la mort, et de ses terreurs, est une des premières

acquisitions que l’homme ait faites, en s’éloignant de la condition animale. »4

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX parle ici de l’homme “ animal-matière ” dont le corps se

dégrade rapidement au point de se réduire à néant : « Je suis pure animal-

matière; j’élimine mes pères un à un. Priez sur ma tombe comme si j’y étais,

quoiqu’elle me contienne anéanti! »5

1 L’Espace furieux. Op.cit., p.101.

2 Devant la parole. Op.cit., p.159.

3 BOSSUET, Jacques Bénigne. De la connaissance de Dieu et de soi-même. Ouvrage

posthume. Paris : chez la veuve ALIX, 1741, chapitre VI et VII, p.376-383.

4 ROUSSEAU, Jean-Jacques. L’homme. Textes choisis. Paris : P.U.F., Collection SUP,

1971, p.22.

5 La Scène. Op.cit., p.93.


L’homme trace son histoire et aussi l’Histoire. Il est heureux de sa

réussite puisque elle est une confirmation du soi.

Cependant le bonheur reste passager et tombe rapidement dans

les oubliettes pour laisser place à un autre bonheur qui aura le même

destin que le premier et ainsi de suite jusqu’à l’infini. Ces oubliettes

signent les morts successives de l’homme nieur et les bonheurs signent

les naissances de l’homme rieur. Cette valse des bonheurs et des morts

prouve que seul l’homme est capable de faire abstraction du monde et

de le faire évoluer :

« L’homme est le seul des animaux à naître en mourant plusieurs fois,

parce qu’il est le plus rieur et nieur dans son esprit. Et s’il est l’animal qui

réinvente à chaque pas sa présence, c’est parce que c’est le seul à se souvenir

de l’absence du monde.»1

Le corps manifeste à travers son insistance et sa liaison avec la

vie, une autre sorte d’animalité qui :

« Représente aussi l’attachement de l’homme (par son corps) à la

contingence du monde, soit encore à la fuite du temps ; cette soumission

contredit l’aspiration de l’homme à l’éternité, qu’il tente notamment de réaliser

dans la science : la sagesse consistera ici à comprendre que cette aspiration est

foncièrement une révolte, et à passer de la révolte au consentement. »2

Il a même cette capacité, que l’on peut qualifier d’innée, à se

surmonter et se dépasser afin d’évoluer : « L’homme est un animal doué

d’absence. »3

Mais l’homme animal de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX reste un être sensible, qui ne

perd jamais la capacité de penser et de dire. Cette capacité qui élève

l’homme au dessus du niveau des animaux (quoique nous le qualifiions

d’animal). De ce point de vue, “ déhommage ” que cherche L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX est

1 Pour Louis de Funès, Op.cit., p.145.

2 GONTIER, Thierry. De l’homme à l’animal, Paradoxe sur la nature des animaux

Montaigne et Descartes. Op.cit., p.123.

3Pour Louis de Funès, Op.cit., p.137.


peut-être impossible, puisqu’il est parfois poussé par son

environnement et ses situations de se montrer hors de lui, un animal :

« L’homme n’est pas à tout instant tenté de redevenir la bête qu’il porte,

mais il est à tout instant menacé de redevenir la bête qu’il n’y a personne à voir

cessé de voir en lui, pour l’accuser. »1

Et « Il (l’homme) est l’animal qui s’échappe, la bête qui se sauve. »2

Ce corps, qui est toujours la victime de nos vices, de nos maux et

de nos conflits internes et externes, est questionné par L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX de

façon très profonde :

« Il appartient à qui ce corps qui nous supporte » ? Et plusieurs fois les

besoins de l’homme lui rendent animal qui court derrière ces exigences, citons :

« Ainsi, l’homme n’est la plupart du temps qu’un animal avec plus d’habitudes,

parce qu’il a par nature plus de besoins. »3

On peut même lire : « Je souffre dans mon corps sans avoir la preuve

qu’il est à moi »4

Cette compassion, que Gontier l’illustre envers l’homme :

« L’homme est le plus misérable des êtres, car son imagination et sa faculté de

forger des opinions vaines lui font éprouver nombre de désirs qu’il ne pourra

jamais contenter. […] Limité à ses seuls besoins corporels, l’animal se contente

de peu : plus qu’une faculté de modération, la raison humaine (tout au moins au

sens intellectuel du terme). » 5

Nous provoquons aussi ce que Descartes appelle “les esprits

animaux”, ensemble de forces venues du coeur et qui rejoignent le

cerveau pour “animer” le corps. Ainsi, l’esprit animal monte à l’âme et

produit les mouvements de l’homme.

1 SURYA, Michel. Humanimalités. Op.cit., p.88.

2 L’Envers de l’esprit. Op.cit., p.83.

3 CERVELLON, Christophe. L’animal et l’homme. Op.cit., p.129.

4 L’Origine rouge. Op.cit., p.66.

5 GONTIER, Thierry. L’homme et l’animal la philosophie antique. Op.cit., p.46.


Dans Je Suis, sont-ce les “esprits animaux” du Docteur Pleinier

qui se manifestent : « Mon coeur est une bête qui rugit à mon cou » 1

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX demande à son intérieur trop chargé (chagrins, soucis,

maladies…) de se calmer, « Tue l’animal du moi qui te bouffe le foie ! tue

l’animal au moi qui t’lime la tête ! »2

Il s’apitoie sur les êtres humains : « J’ai pitié pour les traces

humaines »3

La notion de corps s’applique aussi aux animaux, d’où la parenté

ambiguë existant entre humain et animal. L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, surtout dans Le

Discours aux animaux, “mélange” souvent l’homme et l’animal :

« Animaux, animaux, le premier être d’entre vous qui se lève et qui lui

parle, c’est un qui ne supporte pas l’être et il se rassied en taisant. » 4

3. Corps instinct

Valère L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX joue couramment avec la sonorité du mot animal

qui veut refléter le souffle premier. Citons par exemple des “âmes

animales” ou “âmnimales” ou “omnimales” (“j’ai fait violence aux choses

qui sont (…) les âmes âmnimales j’ai mangées…”) ; provoquant peut-être

une concordance du corps avec l’âme, de l’homme avec la bête…

Jung, dans l’Homme et ses Symboles, exprime la profusion des

symboles animaux dans les religions el les arts de tous les temps en

montrant l’importance de ce symbole pour l’homme d’intégrer, dans sa

vie le contenu psychique du symbole, c’est-à-dire l’instinct :

« Le motif animal symbolise généralement la nature instinctuelle du

primitif. Même les hommes civilisés ne peuvent ignorer la violence de leurs

1 Je Suis. Op.cit., p.86

2 L’Origine rouge. Op.cit., p.87.

3 L’Espace furieux. Op.cit., p.55.

4 Le Discours aux animaux. Op.cit., p.236.


impuissance devant les émotions anarchiques qui jaillissent hors de

l’inconscient »1

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX refuse d’être aussi animal que ses parents et ses

ancêtres, de copier les mêmes comportements, langage et attitudes des

ancêtres ; d’être l’héritier d’une mort certaine. Il souhaite mettre fin à

cette tradition animalière et voir :

« L’héritage animal d’un autre oeil, il veut se débarrasser de cet

héritage : Parents si vieux et animaux, je leur dis, et qui allez bientôt

heureusement jusqu’en tombe tels tout le monde chuter, vicieux éducateurs,

vaniteux précepteurs, ressortez-moi de votre corps maintenant et dites-moi à qui

remettre mes yeux. A Dieu ? » 2

Il est conscient de la présence d’autres personnes qui refusent

comme lui cet héritage animalier, et donc, il est content puisque d’après

lui, ce sont les seules personnes qui comprennent son langage qui est

plutôt un chant, et qui appartiennent comme lui à un autre monde,

puisque ce sont des malentendants étant donné qu’ils ne suivent pas

les traces des autres :

« Vivent ceux qui entendent toutes les chansons sortir de moi, car ils sont

des animaux du même langage, non doués d’ouïe mais sur la trace d’un crime !

Que seulement tous ceux qui ne sont pas d’ici restent là ! »3

Il oppose la communication verbale à toute autre sorte de

communication (gestuelle, parades comme chez les animaux…) cette

dernière est toujours efficace alors que la première risque d’engendrer

une non-communication et dans ce cas le verbe devient inutile ainsi :

« Nous finirons un jour muets à force de communiquer ; nous deviendrons

enfin égaux aux animaux, car les animaux n’ont jamais parlé mais toujours

communiqué très très bien. Il n’y a que le mystère de parler qui nous séparait

d’eux. A la fin, nous deviendrons des animaux : dressés par les images, hébétés

1 JUNG. Carl Gustav. L’homme et ses symboles. Op.cit., p.237.

2 Le Discours aux animaux. Op.cit., p.15.

3 Ibid.


par l’échange de tout, redevenus des mangeurs du monde et une matière pour

la mort.»1

L’auteur nous perturbe ici, puisque l’animalité devient un point

positif qui n’est pas à la portée de tout le monde dans la mesure où il

faut savoir retourner aux origines et revenir rapidement à ses

convictions étant donné que :

« Devenir animal, c’est émettre d’autres hypothèses sur tout. Retourner

au point de sources. Franchir vite les allers-retours de la pensée au corps. C’est

un traversement. »2

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX envie le fait que les animaux ne perçoivent ni la fuite du

temps ni la mort. Ils ne tracent pas l’Histoire puisqu’ils ne possèdent

pas la parole : « Les animaux ne parlent pas, ne meurent pas ; ils n’ont ni les

mots ni la mort. Nous avons reçu en même temps la mort et la joie d’en être

délivré par la parole. »3

La parole est une vertu acquise par l’homme qui l’exprime sous

différentes formes (langues) et de diverses façons suivant les situations :

« Le théâtre est le premier endroit du monde où voir parler les animaux.

J’entends par animaux l’homme, qui est le seul vraiment en viande et qui parle,

le seul troué par la parole, que la parole troua. Sans plumes, sans poils, sans

écailles, mais vêtu de ses langues, et parcouru d’un trou. Le seul troué qui

avance avec sa lumière ouverte par les deux bouts. »4

Pour Saint Augustin, le corps-animal, c’est l’homme ; l’homme

avant d’avoir l’Esprit en lui-même, le corps primitif. Saint Paul affirme

que ce qu’on a, c’est un corps physique :

« On sème un corps animal, il ressuscitera spirituel”la double condition

qu’il remue sa vie terrestre. L’homme se situe en fait dans une double position

vis-à-vis de l’animal. D’une part, il est comme exclu du genre animal, comme un

1 Devant la parole. Op.cit., p.13.

2 Scherzo, Revue de littérature. Op.cit., p.2.

3 Pendant la matière. Op.cit., p.38.

4 Pour Louis de Funès, Op.cit., p.129.


être dont l’essence n’est pas la vie mais la pensée ; d’autre part, il est immergé

au centre de la vie animale comme l’animal le plus “animal ” de tous.»1

Saint Augustin fait sans doute allusion à l’âme, qui est un

dépassement absolu de l’homme et de l’animal (et peut-être du

corps).Sur terre, les choses sont moins spirituelles : « Il est vrai en un

sens que tout plaisir est animal, mais non que toute satisfaction soit réductible à

un plaisir animal. »2

L’instinct rapproche l’homme de l’animal, c’est le moteur qui meut

les besoins et les perceptions : « L’instinct est une détermination innée des

actions provoquées par la perception d’un signal sensoriel : c’est une réponse

naturelle automatique à une sensation corporelle. »3

Pourtant cette voix persistant de l’instinct, guide l’homme vers

son état premier : « Deux sens de cette notion sont à distinguer chez

Rousseau : l’instinct au sens fort du terme, comme mécanisme de comportement

non seulement inné et sans apprentissage nécessaire, mais uniforme et

universel dans l’espèce, qui ne concerne que l’animal ; et l’instinct au sens

affaibli d’impulsion qui vaut aussi pour l’homme et qui, certes, possède un

caractère inné et nécessaire, mais que l’individu peut faire varier et auquel,

également, il peut, dans une certaine mesure, résister(….)Elle dessine en

l’homme comme la trame d’une animalité_ qui se ramifie en lui sous des

modalités diverses_ qu’il nous faudra explorer. »4

L’homme est un animal dont l’esprit est en constante évolution et

agitation : « Nous sommes des animaux d’esprit en ambulation libre dans la

boîte noire. »5

1 GONTIER, Thierry. De l’homme à l’animal, Paradoxe sur la nature des animaux

Montaigne et Descartes. Op.cit., p.20.

2 BOYER, Alain. Kant et Epicure le corps, l’âme, l’esprit. Paris : PUF, 2004, p.93.

3 BELLOSTA, Marie-Christine. Un thème, trois oeuvres, L’animal et l’homme. Paris :

Belin, 2004, p.142.

4 GUICHET, Jean-Luc. Rousseau, l’animal et l’homme : l’animalité dans l’horizon

anthropologique des Lumières. Paris : Les éditions du cerf, la nuit surveillée, 2006,

p.233.

5 L’Acte inconnu. Op.cit., p.21.


Dans ce texte, ce qui différencie l’être humain de l’animal, ce qui

le rend sublime, c’est d’être “ habilité ”à parler, ce don divin. Le fait de

s’exprimer dénude l’homme de cette brume intérieure. Mais l’ “ habilité ”

à parler peut être un problème comme dans L’Atelier volant (cf. cruauté

de Boucot). Il y a donc chez l’homme un “ instinct de la parole ” :

« Il n’y a rien de plus humain que la parole, pas même la propre chair

dont est fait l’animal-homme. Et l’animal-homme, cet animal « parlé » par la

Langue, redevient le vieil Adam qui effleure le monde de son souffle, puis le

préserve dans la parole d’une Raison sens dessus dessous. Sens dessus

dessous, parce que – au lieu d’articuler et d’argumenter – elle ne fait que

retourner la langue dans la bouche et la pensée dans l’oralité. Sans répit, et

sans que soit possible une syntaxe déléguée au beau dessin organique de

l’illusion du sens. »1

L’approche des cyniques ressemble aussi à celle de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX (un

de ses personnages s’appelle d’ailleurs “Diogène ”, comme le fondateur

de l’école cynique) : « Chez les cyniques, l’animal semble accéder au rang de

modèle positif de vertu pour l’homme. Les disciples d’Antisthène et de Diogène

revendiquaient eux-mêmes le titre de “chiens”, dont il est par ailleurs possible

que provienne le terme même de “cynique”. Dans cette inversion hiérarchique,

l’animal est le symbole concret du non-savant et du non-politique, soit encore le

modèle d’une vertu naturelle sans science ou du chemin “court” vers la

sagesse. »2

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX donne aussi cette définition de “ l’animal du temps ”

qu’est l’homme.

Spinoza met en avant le rire et la raison : « Ceux qui ont souvent

contemplé avec admiration la stature de l’homme entendent sous le nom

d’homme un animal à stature droite, ceux qui ont été frappés d’un autre

caractère se forment de l’homme en général une autre image, c’est un animal

capable de rire, un animal bipède sans plumes, un animal raisonnable, et

1 MAURIZIO, Grande. L’acteur des langues, Traduction de Yvan Cuche. In Théâtre du

verbe. Paris : José Corti, 2001, p.21.

2 GONTIER, Thierry. L’homme et l’animal, la philosophie antique. Op.cit., p.44.


chacun se forme ainsi, suivant la disposition de son corps, des images générales

des choses. »1

Les auteurs du Dictionnaire des symboles essaient de définir le

sens que L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX tente de nous transmettre par cette animalité qui est

au-dedans de chacun de nous, reflétant l’intuition que nous suivons

aveuglément :

« L’animal, en tant qu’archétype, représente les couches profondes de

l’inconscient de l’instinct. L’animal, qui est dans l’homme sa psyché instinctuelle,

peut devenir dangereux, lorsqu’il n’est pas reconnu et intégré à la vie de

l’individu. »2

L’homme s’extermine en gommant les actes de ses prédécesseurs

pour imposer les siens en attendant que les successeurs adoptent la

même attitude que lui ainsi : « L’homme est le seul animal qui redemande

périodiquement à être détruit. »3

Victor Hugo a précisément formulé le symbole de l’animal dans

La Légende des Siècles :

« Les animaux, aîné de tout, sont les ébauches

De sa fécondité comme de ses débauches.

Fussiez-vous dieux, songez en voyant, l’animal!

Car il n’est pas le jour, mais il n’est pas le mal.

Toute la force obscure et vague de terre

Est dans la brute, larve auguste et solitaire »4

Lévi-Strauss commentant Rousseau le résume ainsi : « C’est parce

que l’homme s’éprouve primitivement identique à tous ses semblables (aux

nombres desquels il faut ranger les animaux) qu’il acquerra la capacité de se

1 SPINOZA. Ethique. Op.cit., p.64.

2 CHEVALIER, Jean et GHEERBRANT, Alain. Dictionnaire des symboles. Op.cit., p.46.

3 Pour Louis de Funès. Op.cit., p.124.

4 HUGO, Victor. La légende des siècles. Paris : Éditions Garnier frères, 1962, p.456.


distinguer comme il les distingue, c’est-à-dire de prendre la diversité des

espèces pour support conceptuel de la diversité sociale » 1

Les organes fonctionnant comme les animaux à l’instinct, le corps

humain devient donc une machine qui exécute les mêmes gestes à

répétition. L’homme est content que ces organes fonctionnent de la

sorte et appréhende qu’un disfonctionnement surgisse pour perturber

notre vie y compris sa source qui réside dans l’organe de reproduction,

de transmission de la vie :

« Interrogeons notre animalité : demandons-lui qu’elle réponde elle-même

si elle est bonne; demandons à l’estomac s’il digère ce que notre bouche

ingurgite; demandons au poumon d’apaiser par de l’air vivifiant le feu de

combustion du sang; prions notre sang qui coule d’abreuver en abondance les

trous de la vie; demandons à notre pensée d’émettre des paroles qui aillent

toutes droites dans l’espace dans le sens de la pensée et qui nous fassent aller

d’un point à un autre; saluons le corps et son utile et joyeuse errance-etnuisance!

»2

Il y a un côté animal de cette concupiscence humaine : « Il faut

considérer, dans le très complexe ensemble symbolique que recouvre ce mot,

l’animal, ou la bête, et les animaux(…) c’est l’ensemble des forces profondes qui

nous animent, et en premier lieu la libido: incarnant la partie animale, sinon

satanique de l’homme.»3

Le temps que l’homme vit, prend sa place dans l’esprit de

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, avec toutes les confrontations que l’être humain surmonte et

qui le poussent à renoncer facilement à ses convictions et donc à fuir

ses responsabilités, il se transforme en « un animal déshadérent. »4

L’homme est dépourvu de toute conscience et de tout

raisonnement indépendant, il se trouve enchaîné par l’obligation de

transmettre ce qui lui a été inculqué. Il est le récepteur et l’émetteur

1 LEVI-STRAUSS, Claude. Mythologiques, Le cru et le cuit. Paris : Plon, 1964, p.286.

2 L’Origine rouge. Op.cit., p.49.

3 CHEVALIER, Jean et GHEERBRANT, Alain. Dictionnaire des symboles, Op.cit., p.46.

4 Lumières du corps. Op.cit., p.179.


passif : « L’homme est sur terre comme l’animal communiquant et bête à vendre,

émettre, ingurgiter et avaler du médiatique! »1

L’homme se trouve perdu puisqu’il ne peut pas être un simple

animal et jouir des avantages animaliers et ne peut non plus s’exprimer

librement ; il reste donc coincé entre deux mondes :

« C’est parce que nous sommes des animaux interdits que nous parlons.

Parce que nous sommes des animaux interdits que nous venons leur dire que

nous sommes interdits d’animal. »2

Et il rajoute que : « Nous ne sommes pas des sujets qui s’expriment,

mais des animaux parlés, c’est-à-dire des êtres animés que leur parole parle ;

non des animaux ayant reçu par la parole la possibilité en plus d’exprimer leur

condition animale, mais des animaux que la parole porte ailleurs. »3

-« Qu’est-ce donc qui manque à l’animal pour être comme l’homme? Il lui manque

la faculté de raisonnement, la faculté logique. Il lui manque aussi la faculté de

choisir librement, la délibération ou plus exactement le choix libre après

l’examen des possibilités d’actions. »4

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX est d’accord avec tous les outil qui permet de retrouver une silhouette parfaites anciens qui font une

comparaison entre l’homme et l’animal. L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX rappelle à l’homme

qu’il n’est que de passage sur terre et qu’il doit s’interdire de faire des

rêveries puisque la respiration le ramène automatiquement au réel : le

corps l’emporte toujours sur la pensée. C’est cette dernière qui est

vouée à suivre le corps et non l’inverse. Le corps est dépendant de

l’endroit où il vit en attendant son départ définitif, la pensée n’a d’autre

que de le suivre :

« Notre corps est emporté avec la pensée. La respiration nous donne ordre

de traverser, nous rappelle que nous sommes des animaux de passage »5

1 L’APPAREIL DE LIPOMASSAGE (OU ÉQUIPEMENT MINCEUR) WELLBOX, Valère. Notre parole, in Théâtre des paroles. Paris : P.O.L., 1989, p.160.

2 Pendant la matière. Op.cit., p.116.

3 Ibid., p.83.

4 SIMONDON, Gilbert. Deux leçons sur l’animal et l’homme. Présentation de Jean-Yves

château. Paris : Ellipses, 2004, p.44.

5 Lumières du corps. Op.cit., p.26.


L’homme n’est pas né pour détruire le monde comme on nous le

transmet mais pour agir positivement sur ce monde. Les traces

concrètes rendent l’homme éternel. L’unique outil pour arriver à ce

stade formidable c’est la parole, l’homme donc doit oser parler pour la

transformation certaine du monde :

« Nous sommes des animaux non nés pour manger le monde comme on

nous le dit, mais pour en ressortir vivants. La matière morte, nous la trouons en

nous ouvrant pour parler. »1

Tous les Animaux ont un corps qui peut s’exprimer (douleur,

faim, soif, peur, …) mais un seul d’entre eux peut entendre : c’est

l’homme. Il a la capacité de comprendre et de ressentir le verbe qui lui

est adressé. Le seul et le premier qui a su écouter et parler :

« L’homme n’est pas la première bête parlante dressée pour s’exprimer,

mais le premier animal qui a entendu. S’il parle, c’est qu’on lui a parlé; c’est un

animal qui s’est redressé pour écouter. »2

Bien que l’on puisse penser que l’homme a des sensations

comparables à celles de l’animal, il reste pourtant supérieur à ce

dernier dans la mesure où il maîtrise la parole :

« En effet, on pense que le plaisir, la crainte et la douleur sont des affects

que les animaux éprouvent de la même manière que l’homme. Pourtant,

l’affectivité humaine se distingue de l’instinct animal, les affects pouvant être

perçus comme des instincts pris en charge par le langage et médiatisés par

l’intellect et par la culture. A l’opposé de cette approche, une perspective

naturaliste considère que l’affectivité humaine est tout à fait similaire à celle des

animaux. L’étude de l’expression faciale des émotions chez l’homme et l’animal,

qui, depuis Darwin, a beaucoup intéressé les éthologues et les psychologues, en

fournirait la preuve. Ces expressions montreraient que l’affectivité se réduit à un

ensemble restreint d’émotions fondamentales comme la joie, la surprise, la

colère, la peur. Qui seraient les mêmes aussi bien chez l’animal que chez

l’homme. L’expression faciale des émotions serait donc universelle puisqu’il

1 Notre Parole. Op.cit., p.165.

2 Pendant la matière. Op.cit., p.31.


existe, au niveau du système nerveux, un programme qui connecte les émotions

spécifiques à des mouvements musculaires faciaux. Dans cette approche, seuls

les événements qui activent le programme, c’est-à-dire les règles d’expression

des émotions ou, encore, les conditions sociales de leur déclenchement, peuvent

varier en fonction des cultures. »1

L’auteur considère que l’homme n’investit pas la parole pour

atteindre certains objectifs mais l’utilise uniquement pour éprouver une

certaine joie. Il ne saisit pas ce don pour agir, la parole reste un objet et

non un outil : « Nous n’étions pas des bêtes qui avaient quelque chose à dire

mais des animaux morts qui étaient traversés par la joie de parler. »2

Parler, c’est un agrément pour L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX dont « le théâtre tend vers

un jaillissement verbal qui résonne dans un lieu d’où l’homme s’est absenté »3

La distinction réelle entre l’homme et l’animal d’après l’auteur

reste, le nom. Si on le lui ôtait, il se trouverait sur le même pied

d’égalité que l’animal « En enlevant nos noms dès maintenant, nous allons

nous dépouiller du reste de corps qui nous restait. Mesdames, messieurs, si la

lutte continue, nous mangerons nos os et flûtiaux. »4

Explication répétée dans Le Discours aux animaux : « Je penserais

que l’homme est en mot renversé, un animal entré dans le temps qui le fuit en

fuyant, car c’est sa personne qui s’en va et non son nom à lui qui est immobile,

et il se représente ainsi toujours dans es peintures comme un fuyard des

animaux. »5

1 MARZANO, Michela. Dictionnaire du corps. Op.cit., p.32.

2 Pendant la matière. Op.cit., p.38.

3 PRUNER, Michel. L’analyse du texte de théâtre. Paris : Dunod, 1998, p.90.

4 L’APPAREIL DE LIPOMASSAGE (OU ÉQUIPEMENT MINCEUR) WELLBOX, Valère. Le Repas. Paris : P.O.L., 1996, p.28.

5 Le Discours aux animaux. Op.cit., p.311-312.


4. L’acteur - animal

L’acteur, selon L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, se réduit à un animal que l’on dresse

suivant ses besoins : « L’acteur devant nous est un animal qui s’insoumet à

l’image humaine. »1

Il compare l’homme à l’acteur : ce dernier se détache entièrement

de soi pour incarner le personnage qui doit présenter sur scène. Cet

acteur devient ainsi « cerveau visible, animal mental devant nous. »2

Donc, le jeu des acteurs, c’est «de se montrer en faisant croire que l’on

est quelqu’un d’autre (…) leur transfiguration est le phénomène le plus étonnant,

un acteur dévoile souvent sur le plateau, et sans le savoir, beaucoup de sa

nature profonde. »3

Aussi insiste-t-il : « L’acteur sait que l’homme est le lieu d’un

portement : il n’est pas l’individu juridique, le propriétaire d’une parcelle, le

citoyen humain, le sujet du verbe, mais le théâtre animal où a lieu le portement,

la portée et l’offrande de l’homme. Le mot personne lui va bien. »4

Alors chaque acteur, et comme l’écrit Hegel dans son Esthétique,

adapte son corps au message qu’il veut transmettre : « On ne représente

jamais un corps pour lui-même mais en fonction de l’idée que l’on en forme. »5

L’acteur sur scène représente un autre monde, une autre réalité

et une autre vérité mais reste toujours un animal : « Dans l’espace en face

de nous entre un homme mais c’est un animal sur un autre sol »6

1 Devant la parole. Op.cit., p.81.

2 Pendant la matière. Op.cit., p.115.

3 MIQUEL, Jean-Pierre. Le théâtre des acteurs, ces étranges animaux. Paris :

Flammarion, 1996, p.21.

4 Ibid., p.168.

5 ARDENNE Paul, L’Image corps : figures de l’humain dans l’art du 20e siècle. Op.cit.,

p.12.

6 Lumières du corps. Op.cit., p.10.


-« L’acteur est le seul animal qui se réinvente quand il apparaît(…) est la

seule bête de naissance capable d’en imiter une autre et de passer au travers. »1

Il se dépouille de l’homme qu’il est tous les jours pour

personnifier celui qui doit représenter : « Au théâtre il faut être des

animaux. Interroger, en l’écartelant dans l’espace, non notre humanité_ mais

notre pantinitude. »2

De son côté, Michel Pruner affrime qu’ : « Il n’est véritablement de

sentiments, sinon ceux qu’on lui prête, suggérés par l’implicite de sa situation et

de ses actes, qui prend forme grâce au jeu de l’acteur et à l’interprétation de ses

paroles. »3

L’acteur a un précieux rôle devant les spectateurs. En fait,

l’acteur, en mettant de côté sa personne pour personnifier une autre,

nous fait partager sa chance de pouvoir effectuer son premier voyage

langagier parlé :

« Dans le foyer optique et respirant du théâtre, j’observe avec amour_ car

seul l’amour est voyant_ la passion de l’acteur : animal à libérer la pensée en

brûlant les mots, ardent de langage, trouvant le souffle dans la lettre, la vie

sous l’alphabet. Animal spirituel, il brûle le langage, c’est-à-dire qu’il le rend

lumineux par sa passion respiratoire, par son action passive ; il l’éclaire par

l’offrande de son corps rayonnant, consumé par le souffle. »4

- « Dans les plus beaux moments de l’acteur, on entend l’animal parler.

Au théâtre, les spectateurs retrouvent l’expérience animale du premier parlant »5

En résumé : « Les personnages de La Scène, de L’Origine rouge, de

L’Espace furieux, de L’Opérette imaginaire, ne sont pas des hommes, mais des

animaux qui devant nous émettent des signaux humains. Ils sont débarrassés

1 L’Envers de l’esprit. Op.cit., p.81.

2 Ibid., p.13.

3 PRUNER, Michel. L’analyse du texte de théâtre. Op.cit., p.71.

4 L’Envers de l’esprit. Op.cit., p.160.

5 Lumières du corps. Op.cit., p.18.


de toute figuration et de tout sentiment de reconnaissance et émettent sans fin

des figures humaines »1

Ces personnages ne cessent de nous faire découvrir la diversité

humaine.

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX aborde avec beaucoup d’insistance ce sujet de

l’animalité pour nous montrer l’égalité de l’homme et de l’animal par

rapport aux exigences et aux conditions de la nature. Il insiste

également sur le fait de ne pas mettre l’homme au dessus des autres

créatures. Même le langage et l’intelligence ne peuvent le rendre

supérieur aux animaux, Si ces valeurs ne sont pas suivies de la

tolérance et de la miséricorde :

« L’homme, qui de tous les animaux a la voix la plus articulée, est un

animal plus parfait que les autres, mais reste en cela un animal parmi les

autres. Si le langage met l’homme dans une situation à part, ce n’est pas en tant

qu’il est capable de signifier, mais par ce qu’il signifie. »2

Seule l’humanité peut le hausser vers la splendeur. Donc, c’est à

lui de choisir d’être homme avec tout le sens du mot et de se sortir de

l’animalité par l’esprit :

« L’homme est à la fois un être culturel très particulier, aux performances

exceptionnelles et redoutables, et un animal comme les autres. Il doit apprendre

à assumer ces deux facettes de son être et s’affirmer, comme le dit Langaney

(1991), « Animal et fier de l’être ».3

Dans une des Épîtres des frères de la pureté (Rasâ’il IIkhwân al-

Safâ’)* nous pouvons lire un dialogue très étonnant entre les hommes et

les animaux qui se plaignent au roi des Djinns, et dans lequel les

1 Ibid., p.28.

2 GONTIER, Thierry. L’homme et l’animal la philosophie antique. Op.cit., p.20.

3 http://www.cairn.info/article_p.php?ID_ARTICLE=RPHI_043_0299, L’animalité,

Georges Chapouthier, CNRS.2/5/2009

* Les Rasâ’il al-Ikhwân al-Safâ’ (Les Épîtres des frères de la pureté) sont composés de

cinquante deux épîtres sur différents sujets, incluant un traité (Al-Risâla al-jâmi`a) qui

fait une synthèse de l’ensemble de l’ouvrage. Les auteurs vivaient à Bassorah en Irak

et étaient reliés à la da`wa shî`ite ismaélienne.


animaux affirment qu’ils ont plus même de qualités que les hommes et

que ces derniers ne peuvent pas sans raison les prendre comme

esclaves et justifient cet esclavages par l’infériorité des animaux. En

tant qu’artisans, les animaux dépassent l’homme en exécutant des

oeuvres délicates comme les abeilles, les oiseaux et les araignées. De

plus, l’animal est inconscient de tout ce qui s’emparent de l’homme

comme sentiments négatifs (chagrins, soucis, obsessions, accidents,…).

Il passe sa vie à l’aise à l’abri des peines qu’endurent les autres. Et bien

courir derrière les nécessités et les accessoires de la vie. Les animaux

sont exempts de fautes, d’actes honteux, de mauvaises actions. Ils ne se

battent pas entre eux, ne se maltraitent pas, n’usent pas de traîtrise

même à l’égard des autres bêtes ; les hommes font bien pis qu’eux.

Vertu donc, utilité, intelligence, piété, tout cela est à rapprocher du fait

que les bêtes bénéficient de l’inspiration. Leurs petits sont instruits de

l’utile et du nuisible par inspiration. Beaucoup de divers traits de

caractères attribués aux animaux. 1

L’homme devient facilement un point de transfert puisque,

comme l’animal, il semble avoir le même type de souffrance et, à bien

des égards, le même comportement. L’homme se sent à la fois très

proche et très loin de l’animal qui est strictement lié à la nature.

1 YVES, Marquet. La philosophie des Ikhwan Al-Safa, de Dieu à l’homme. Thèse

présentée devant l’université de Paris IV, le 12 juin 1971, service de reproduction des

thèses, université de Lille III, 1973, pp. 283-281.


TROISIÈME CHAPITRE

LA PANTINITUDE


« L’homme, fier de marcher debout,

Vante son équilibre :

Parce qu’il court et va partout,

Ce pantin se croit libre. »

Pierre-Jean de Béranger (Les marionnettes, dans « OEuvres Complètes »)


Sur la scène et dans ses textes, L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX a tendance à voir des

pantins et des marionnettes. Il a même inventé un mot, “ pantinité ”,

pour désigner ce qui y est relatif. Il se sert d’un autre terme, peut-être

plus fort : celui de “pantinitude ” qui rappelle un peu la “ négritude ” de

Césaire : c’est un “mot-manifeste ”, un mot très important qui permet de

bien comprendre ce que L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX cherche à faire. Cette tendance a été

adoptée par certains outil qui permet de retrouver une silhouette parfaites comme le confirme cette analyse :

« Chez les auteurs de la fin du XXe siècle, l’intégration de la marionnette

dans des pièces destinées au théâtre d’acteurs resurgit avec la redéfinition de

la notion de personnage et des frontières de l’humain : corps-objet, figures

intermédiaires entres les choses et les êtres, entre le silence et la parole, comme

dans l’adaptation mise en scène par Valère L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX de sa pièce-fleuve « La

chair de l’homme »(1995) » 1

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX s’inspire de la tradition mais tient compte de nouveautés

apportées récemment : « La marionnette sort du castelet, fait dialoguer

figures, acteurs et même danseurs (Philippe Genty), s’associe avec des

plasticiens (Massimo Schuster, François Lazaro) et des metteurs en scènes

(Alain Recoing et Antoine Vitez), explore les capacités expressives des

objets(Maanrf) ou celles des projections (Jean-Pierre Lescot, Amoros et Augustin).

Formes inédites et expressions traditionnelles réinventées (Nouveau Théâtre de

Guignol) composent dès lors un paysage si varié que l’identité même de la

marionnette devient problématique, certains préférant l’appellation de théâtre de

figure. »2

Mettre en avant le pantin plutôt que l’homme, c’est prendre

position, refuser d’avoir une approche psychologique et s’inscrire dans

une certaine histoire du théâtre. Cette histoire n’est pas forcément

européenne : dans Le Théâtre et son double, Artaud se réclamait du

Théâtre balinais, L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX est plus influencé par la tradition japonaise

du Nô :

1 Encyclopédie mondiale des Arts de la marionnette. Rédacteurs en chef : HenrykJurkowski, puis Thieri Foulc. Montpellier: Éditions L’Entretemps, 2009, p.30.

2 CORVIN, Michel. Dictionnaire encyclopédique du théâtre. Op.cit., p.577-578.


« Le corps de l’acteur n’est pas sa possession mais son projet. C’est chez

l’acteur séminal du nô que ceci s’observe le mieux: le shité accomplit lentement

une offrande devant soi, une dispersion et une donnée, une destruction, une

projection d’un trait, un lancé, une défiguration. Pas de personnage, pas d’être

pour personne, pas de moi pour personne, mais une issue, un exit, une aventure

de l’homme hors de lui. Les amants eux aussi le savent : leur corps est devant et

ils le portent en offrande. » 1

Ici, il s’agit de savoir en quoi le corps féminin est comparable à

un corps de pantin (côté mécanique, pas vraiment d’intentions dans le

jeu des acteurs, mouvements et comportements bizarres) : l’acteur est

parlé, agi ; il n’a pas vraiment d’intériorité, il subit presque la parole qui

parfois fonctionne comme un électrochoc. L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX semble le confirmer

dans l’interview qu’il donne à la revue Scherzo :

« (…) la parole nous a été donné soudain comme un coup qui nous a

ouvert, qui nous ouvre encore, nous déséquilibre et met en marche…Une

déflagration. Un éclair du jour… » 2

Cet électrochoc peut aussi être provoqué par la musique : c’est le

cas dans L’Espace furieux où Daniel Znyk est “ marionnettisé ” par

l’accordéoniste Christian Paccoud.

Celui-ci joue un rôle très important dans les pièces de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX

qui explique dans L’Envers de L’esprit : « La musique : soudaine parole des

choses. La musique effracte, surgit dans le spectacle au détour d’un mot. Elle

est comme un coup de théâtre porté à l’intérieur du théâtre. Elle ne naît jamais

d’un temps vide ; elle ouvre l’espace qu’on n’attendait pas et vient s’y mesurer

autrement. Entre Christian Paccoud. »3

1 Lumières du corps, Op.cit., p.182.

2 Scherzo, Revue de littérature. Op.cit., p.11.

3 L’Envers de l’esprit. Op.cit., p.20.


1. Le pantin= le comique

Dans la tradition française du théâtre de Guignol (qui vient de

Lyon), le rire est très important : Guignol est un « Robin des bois »

français qui ridiculise l’autorité. Dans L’Atelier volant Boucot est un

pantin ridicule, mais c’est lui qui tire les ficelles. A la fin de la pièce il

reste au pouvoir. Mais en quoi consiste exactement cette tradition de

Guignol ? Dans Histoire des marionnettes, nous trouvons la raison de

cette création :

« Mourguet prend ses sujets un peu partout, parfois même les emprunte

au théâtre, mais n’y cherche guère qu’un prétexte à parler de son cher Lyon et

faire vivre au bout de ses doigts le lyonnais qu’il connaît si bien »1

Le dictionnaire de la langue française (cf grand Robert)2, explique

que le terme vient de guigner “cligner de l’oeil ” ce qui exprime la malice

du personnage. Paul Fournel réfute cette hypothèse de type linguistique

en certifiant que « la poupée a les yeux bien en face des trous, elle

affirme elle-même dans Le Pot de confitures qu’elle n’est pas « louche » ».3

Il suppose ce que Jean-Baptiste Onofrio affirme dans son introduction

du Théâtre lyonnais de Guignol(1865) que :

« Mourguet avait un voisin fort spirituel(…) lorsque le voisin avait bien ri il

s’exclamait »c’est très guignolant !» ce qui voulait dire « c’est très drôle ». En

jouant, Mourguet reprenait volontiers cette expression et c’est le public qui

l’aurait retenue pour nommer le personnage. »4

Le Guignol est aussi une personne involontairement comique,

cette dimension se trouve chez L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, chez Boucot par exemple.

C’est le côté parodique et politique qui fait rire chez Guignol. Cette

dimension a été reprise par la célèbre émission “Les Guignols de l’Info ”

1 BATY, Gaston et CHEVANCE, René. Histoire des marionnettes. Paris: PUF/ Que sais-

je, 2ème édition, 1972, p. 72.

2 Le grand Robert. Tome 5. Paris : 1990, p.48.

3 FOURNEL, Paul. L’histoire véritable de guignol. Paris-Genève: Slatkine, 1981, p.27

28.

4 Ibid., p.26.


(qui passe sur Canal +) mais aussi par L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX quand il met en scène

les Machines à dire comme dans L’Origine rouge par exemple : «Le panel

d’enquêteurs informatifs dans l’exercice de son devoir d’ingérence mêlé aux

forces proto-gouvernementales dont elles demeurent le plus sûr garant viennent

d’apporter un cinglant démenti aux thuriféraires de la propagande adverse et de

confirmer que les forces multi-aùbilatérales sont parvenues à assurer la

maîtrisabilité de la situation » etc. (…)1

On peut trouver un passage semblable dans La Scène où les

machines se moquent de la politique :

« LA MACHINE A DIRE LA SUITE : Le délégué de Fureur démocrate, le

vice- de Totalité générale, le secrétaire d’Après moi le déluge, le trésorier de Du

futur faisons table rase, les représentants de l’Association Connivence, accusés

sous le quintuple bouloudouble triple chef de tergiversation consécutrice,

apostasie et abalabus de riens bocaux(…) » 2

Ces machines ne font plus partie de notre monde, elles ne parlent

plus de manière compréhensible : «Anthopoï zito ! Etsin ihmistä ! ch’sir a

mensh ! Runata maskachkani ! Atsna dhir argaz ! »3 Etc.

Ces Hommes-Machines sont des pantins qui n’ont plus rien

d’humain. Ils sont “ dépersonnalisés”. C’est le versant négatif de la

pantinisation qui ne concerne pas toujours l’art théâtral mais la société

et les médias. L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX se moque de ces “ machines-folles ” dans une

longue scène de L’Acte inconnu, où La machine à faire l’homme et La

machine à dire beaucoup nous annoncent des nouvelles étranges, très

étranges même :

« _LA MACHINE A FAIRE L’HOMME : “ Les découvertes des sciences

anthroponodulaires pendent au nez des anthropodules ” “Passez-moi

l’expression, passez-moi plutôt l’anthropopantoscope.”

1 L’Origine rouge. Op.cit., p.40.

2 La Scène. Op.cit., p. 148

3 Ibid., p.194.


_LA MACHINE A DIRE BEAUCOUP :… vient de déclarer le président

Philibert au bord des sept croisements perpendiculaires de la nationale six cent

soixante-deux. » .1

Et tout au long de l’oeuvre fémininne, nous lisons des passages

comparables qui nous laissent bouche bée.

Et on ne peut jamais se débarrasser de l’existence de cette

machinerie en nous et dans notre vie quotidienne, Didier Plassard

essaie de dédramatiser ce réel:

« qui ne voit, pourtant, que cette poétique de la machine contribue

néanmoins à familiariser l’être humain avec le nouvel environnement

mécanique, et à ôter à celui-ci son aura de mystère, voire de terreur ?(…) La

machine devient simple interlocuteur, compagnon de jeux, partenaire sexuel : sa

présence dans la société des hommes est ainsi dédramatisée, l’humeur et

l’ironie s’exercent à ses dépens, son travestissement en être vivant portant en

définitive les germes de l’accoutumance et de la banalisation. »2

Le corps de ce pantin est aussi habité par le démon de la

publicité : « dégustez Marcel Pantox ! sursurrez Pitadeau ! dormez Zébulgaz !

envoyez massif ! carniez les protoscopes ! chutez dans les sacs ! sentez bon !

charniez mille tubes ! saccharinez-vous ! protidez braclets ! passez furtifs !

hissez gambettes ! faites de pierre ! Zébro vous propulge ! changez de sac ! »3

Parfois ces machines ne savent pas ce qu’elles disent, comme

dans la Scène : « La machine à dire la suite, poursuivant son sillage,

communique : Qu’est-ce que je dis ? »4

Ces machines n’ont pas d’intériorité, elles sont vides comme des

pantins.

1 L’Acte inconnu. Op.cit., p.97.

2 PLASSARD, Didier. L’acteur en effigie :figures de l’homme artificiel dans le théâtre

des avant-gardes historiques. Allemagne, France, Italie. Charleville-Mézières : Institut

international de la marionnette Lausanne : L’Age d’homme, 1992, p.332.

3 L’Origine rouge. Op.cit., p.59.

4 La Scène. Op.cit., p.100.


Ces Machines sont d’ailleurs en bois, comme des pantins.

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX les invente sur scène, comme dans les photos suivantes :

La machine à dire beaucoup dans La Scène :

Et La machine à faire l’homme dans L’Acte inconnu :


L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX refuse que le pantin humain soit pantinisé par l’époque,

par la société ou par les médias comme la télévision.

Guignol est donc une influence certaine mais il faudrait parler

d’un autre personnage plus récent et beaucoup moins connu : c’est

Gugusse de La Loterie Pierrot :

Quand il était enfant, L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX allait à la Foire de Thonon. Parmi

les attractions, il y avait un castelet qui a beaucoup influencé

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX : certains effets sont même repris sur scène, par Dominique

Pinon :


Un grand acteur comme Dominique Pinon est capable de se

pantiniser, ce que confirme L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX dans Lumières du corps :

« L’acteur au sommet de son art est une marionnette; joué par autre

chose- ou par quelqu’un d’autre que lui. La petite marionnette qui apparaît dans

La Scène et L’Origine rouge était déjà dans La Chair de l’homme; elle vient du

théâtre forain et est l’image exacte de Gugusse, fantoche de La Loterie Pierrot,

un minuscule militaire à grosse tête qui chantait L’Ami Bidasse et des airs de

Bourvil.»1

Chez Gugusse, la tête est énorme par rapport aux jambes : cela

peut faire peur aux enfants. De même, chez Guignol, le corps humain

est rapetissé et sans mains. Cet univers est monstrueux comme les

pièces de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX :

1 Lumières du corps. Op.cit., p.18-19.


« Le rire surgit lorsque c’est au corps du spectateur de résoudre ce qui est

déchiré. Par clair, le rire est comme une pensée du corps dans un grand état

d’alerte et de sauve-qui-peut mental »1

L’approche de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX rappelle aussi celle de Jarry, parfois

volontairement bête comme dans Ubu roi : « Il est deux manières d’exciter le

rire: à force d’esprit ou à force de bêtise. »2

Comme chez Jarry, le rire est très présent dans la mise en scène

du pantin : « La scène est à Pantin au milieu du rien humain. »3

-« Je suis le pantin de ma mère, je suis arrivé par terre par son trou.

J’extrais ce rien de mes mains… c’est pas moi c’est mon pantin… c’est rien que

d’la fumée humaine qui s’en va et d’la terre à balancer!»4

La “ pantinisation ”au théâtre est comme un “ déhommage ” mais

un “ déhommage ” intéressant et salutaire, ce qui rejoint ce

développement de Derrida :

« Le théâtre n’a jamais été fait pour nous décrire l’homme et ce qu’il fait. Et

le théâtre est ce pantin dégingandé, qui musique de troncs par barbes

métalliques de barbelés nous maintient en état de guerre contre l’homme qui

nous corsetait. »5

Son théâtre témoigne d’une singulière antinomie : apparemment

comique, la raillerie se rapporte à la dérision des rapports sociaux et à

la politique mais tout est poussé jusqu’à la crise, au point de rupture.

Ce que montre ce théâtre est profondément tragique et profondément

pessimiste sur la nature de l’homme surtout dans l’Atelier volant.

Il y a une certaine violence dans la représentation fémininne

des pantins.

1 Ibid., p.55.

2 SOURIAU, Maurice. La Préface de Cromwell, introduction, texte et notes. Genève :

Slatkine Repeints, 1973, p.80.

3 L’Acte inconnu. Op.cit., p.18.

4 Ibid., p.136.

5 DERRIDA, Jacques. L’Écriture et la différence. Op.cit., p.342.


« Le recours toujours plus marqué au comique des formes populaire

charge ces figures presque abstraites d’une corporéité aux multiples accidents

cruels et burlesques. Corps sciés en deux, cadavres ressuscitant pour chanter,

duo de l’Homme Sang et d’Autrui, s’entresaignant en proférant que “l’Homme

n’est pas bon”, ce jeu de pantins désaccordés mime joyeusement les défaites et

les victoires de la pensée, les entrechoquements de lumière et d’obscurité au

milieu desquels nous nous débattons. »1

Grâce au pantin qui ressemble beaucoup à un clown, L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX

dévoile aussi la vérité de l’être humain avec son côté dérisoire et parfois

ridicule : « Nous sommes tous des clowns, nous nous croyons tous beaux,

intelligents et forts, alors que nous avons chacun nos faiblesses, notre dérisoire,

qui, en s’exprimant, font rire. »2

Dans Devant la parole, on retrouve cette image de clown « Il y a,

dans le rire accompagnant le don du corps qui s’effondre, un dépouillement de

soi ; il y a une vraie sainteté du clown. L’acrobate qui chute, exécute la preuve

comique de l’offrande de notre corps à l’espace. »3

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX s’inscrit donc dans une tradition qui a à voir avec le rire

: « Le théâtre de poupées appartient à toutes les époques et à toutes les cultures;

tous les genres y sont pratiqués, même si on note une préférence évidente pour

le comique.»4

Mais en même temps, il propose autre chose : « Le corps de

l’homme de Valère est assurément une création, telle que des milliers de dessins

ont su l’indiquer, telle que des dizaines d’acteur l’ébauchent, sans donner voix à

1 PLASSARD, Didier. L’Acrobate et le clown : notes sur la corporéité comique dans

l’oeuvre de Valère L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, in Du comique dans le théâtre contemporain, collectif,

Éditions littéraires et linguistiques de l’université de Grenoble », Recherches &

travaux, n° 69/2007, p.95.

2 LECOQ, Jacques en collaboration avec Jean-Gabriel Carasso et Jean-Claude Lallias.

Le corps poétique, un enseignement de la création théâtrale. Paris : Actes sud-Papiers,

1997, p.153.

3 Devant la parole. Op.cit., p. 83.

4 GORP, Hendrik van et al. Dictionnaire des termes littéraires. Op.cit., p.294.


une figure toute tracée, quand ils adviennent en tant que corps, quand ils

accouchent (indubitablement féminins) de l’autre de leur corps. »1

2. Le pantin= le flottement, la mobilité et

l’hésitation

N’oublions pas qu’il existe plusieurs formes de marionnettes : les

marionnettes à manchons (Guignol), les marionnettes de type

“Gugusse ” (avec la tête d’un homme et des membres trop courts) et les

marionnettes à fils.

La marionnette avec un fil reflète peut-être la faiblesse de

l’homme devant une vie oscillante où rien n’est sûr pour lui. Cette

incertitude est très fémininne. Ces personnages sont pleins

d’inquiétude et d’incertitude, un peu comme des animaux : « Au théâtre il

faut être des animaux. Interroger, en l’écartelant dans l’espace, non notre

humanité-mais notre pantinitude. Voir la parole sortir en volutes des bouches de

chair ou de bois et s’en étonner. S’étonner de ce ruban matériel qu’on souffle. »2

Avant le spectacle la marionnette est un peu comme un cadavre

dans la tradition africaine, étant donné qu’elle ne s’exprime pas, ne crée

pas de vie autour d’elle :

« Une marionnette possède parfois un “corps-tabou”. Prenons le cas de la

marionnette traditionnelle, où ce tabou parait au moment où celle-ci-gît

inanimée dans les coulisses et ne participe pas au spectacle- moment

comparable à la mort. »3

Elle ne ressuscite qu’avec son apparition dans le spectacle. Selon

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, le théâtre présente une sortie de l’être humain, une

promenade hors de la nature quotidienne :

1 STEINMETZ, Jean-Luc. L’impératif nominatoire, in Europe. Op.cit., p.9.

2 Lumières du corps. Op.cit., p.13.

3 DARKOWSKA-NIDZGORRSKI, Olenka “la marionnette africaine”, in Le corps tabou,

internationale de l’imaginaire, nouvelle série_ N°8, BABEL, maison des cultures du

monde, 1998, p.91-92.


« Le théâtre comme voyage hors du corps et traversée. Il n’y a pas que

l’acteur qui sorte de soi; il y a tout un jeu, un très grand travail, tout un voyage

du spectateur hors de lui. »1

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX de son côté met en scène l’entrée et la sortie, la

naissance et la mort. Le début du Drame de la vie donne une image de

cela : « Le théâtre est vide. Entre Adam.

ADAM._ D’où vient qu’on parle ? Que la Viande s’exprime ?

Il sort. »2

Adam est seul et il ne comprend pas sa propre existence, il est

fragile comme un pantin. L’essayiste Yoshi Oida explique :

« Un maître de zen compara une fois les humains à des marionnettes

retenues par des fils. Aux moments de la naissance et de la mort, ces fils sont

tendus à l’extrême ou brutalement retirés. Quand les gens meurent, disait-il, le

fil est rompu et, dans un fracas, la marionnette s’effondre. Il en va de même

pour l’acteur lorsqu’il joue en scène. Il est une marionnette retenue et manipulé

par les « fils » de son esprit. »3

Le fil est aussi celui de l’équilibriste : « Séjourner sur le fil de

l’ambivalence, garder un pied sur l’équilibre instable tendu : masque de l’acteur

en Janus et en Dionysos réversible. »4

Nous sommes des équilibristes qui jouons sur différents fils en

suivant les fils qui nous mouvementent et font de nous des

marionnettes.

Mais la métaphore des fils n’est pas forcément fémininne ;

pour lui la parole vient du sol, un peu comme dans ce dessin :

1 Pendant la matière, Op.cit., p.47.

2 Le Drame de la vie, Op.cit., p.9.

3 OIDA, Yoshi avec la collaboraion de Lorna Marshall. L’Acteur invisible. Essai traduit

de l’anglais par Isabelle Famchon. Paris : Actes-Sud, 1998, p.38.

4 L’Envers de l’esprit. Op.cit., p.12.


Le langage féminin joue le rôle du marionnettiste et réduit

l’homme à une simple marionnette lié par des fils au langage : « Nous

sommes jouets des mots, soumis à leurs mouvements erratiques. Nous perdons

de jouer en jour la maîtrise du langage et c’est lui qui nous agit. »1

Dans La Scène, il confirme : « Ma vie est l’histoire d’une marionnette

agitée par les choses déjà toutes dites.»2

Pour L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX la parole vient de Dieu et les mots viennent de

l’homme. La parole doit agir par en dessous, comme une main invisible.

Il faut donc retrouver la parole qui vient de Dieu et se méfier un

peu des mots que l’homme a inventés. Il faut retrouver un lien ancien

qui s’est perdu, “renouer les fils ” avec Dieu et la parole des origines :

1 Lumières du corps, Op.cit., p.70.

2 La Scène, Op.cit., p.32.


c’est un des thèmes de Valère L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX. Parfois les personnages

arrivent à renouer avec ces fils perdus comme dans Le Drame de la vie

où L’Autocrate dit : «Ah, vous m’avez pénétré de liquide essentiel ! Ah, vous

m’avez donné la vie, merci Dieu ! »1

Chez L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX la “pantinisation ” doit être profonde et radicale et

peut-être même totale. Les ficelles sont trop fragiles pour L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX.

L’homme qui peut s’élever au rang du marionnettiste risque de tomber

dans le ridicule et devient ainsi le Piégeur piégé:

« On représente l’homme comme un petit pantin à ficelles, raisonneur et

capturé -pion de la troupe ou noeud de viscères- coincé toujours entre ses

turgescences et ses appétits gros. On exhibe ses rateries quotidiennes, on trouve

l’homme bien bas, on n’est pas fier d’en être. Sur scène, il ne s’échange plus que

des calculs ou des symptômes entre culs- de-jatte sociaux.»2

Diderot écrit : « Un grand comédien est un autre pantin merveilleux dont

le poète tient la ficelle, et auquel il indique à chaque ligne la véritable forme qu’il

doit prendre. »3

Le pantin est donc une image de l’homme : « Une marionnette est en

réalité la reproduction plus ou moins fidèle, plus ou moins interprétée, d’un être

vivant, dans une proportion variable, et plus ou moins capable de mouvements

déterminés, pouvant évoquer toutes sortes de sentiments, d’états d’âme et

d’attitudes, bref, ayant des possibilités dramatiques, étant animée soit

visiblement soit invisiblement à l’aide de n’importe quel moyen inventé par son

“manipulateur” »4

Ces objets (marionnette, pantin, etc…) remplacent l’acteur et

transfèrent ses sensations et ses peines, comme le confirme Henryk

1 Le Drame de la vie. Op.cit., p.144.

2 Pour Louis de Funès, Op.cit., p.139.

3 DIDEROT, Denis. Écrits sur le theater II, Les acteurs, Paradoxe sur le comédien et

Lettres à mademoiselle Jodin suivi de Rémond de Sainte-Albine, préface, notes et

dossier par Alain Ménil. Paris: Pocket, Agora les classiques, collection dirigée par

François Laurent, 1995, p.103.

4 BENSKY, Roger-Daniel. Recherches sur les structures et la symbolique de la

marionnette. Saint Genouph : Librairie Nizet, 2000, p.9.


Jurkowski : « Les objets ont été de tout temps utilisés dans la littérature

allégorique où ils symbolisaient, comme les animaux, les défauts et les passions

humaines (…) la marionnette cristallise le désir de l’homme de trouver un

substitut artificiel à l’acteur, voire substitut à l’homme. »1

C’est le côté plastique du pantin qui intéresse L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX. Il part du

pantin pour bâtir son théâtre. Le pantin peut même être à la base de

son théâtre : « En définitive la marionnette en tant que telle est une véritable

sculpture qui doit être dotée de son expressivité propre, c’est-à-dire

spécifiquement plastique. De marbre, d’argile, de plâtre, de bronze, de carton ou

de papier, peu nous importe ici. Ce qui importe, c’est tout ce qu’elle parvient à

exprimer déjà dans sa fixité de statue. »2

Dans l’article de l’Encyclopédie universalis, consacré aux

marionnettes, Paul-Louis Mignon parle du vide au pantin :

« Ce vide et cette disponibilité d’objet suscitent une ambiguïté qui assure

le singulier pouvoir qu’on a parfois le sentiment de surprendre dans l’expression

de la marionnette : jusque dans l’inaction, la marionnette paraît douée encore

d’on ne sait quelle existence. »3

Ce vide du pantin passionne L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, au point de s’identifier lui-

même au pantin. Pas n’importe quel pantin mais celui de sa mère. Il se

permet de réagir derrière ce pantin qui n’est autre que lui-même, en

violant ainsi les droits de sa mère (la marionnettiste). Ainsi il efface le

pouvoir de sa mère sur lui en cachette. De cette manière, on se trouve

face à un monde féminin blanc. Cette action va perdurer dans le

temps puisque ce patrimoine est héréditaire (la mère marionnettiste

était pantin et le fils pantin deviendra marionnettiste :

« Je suis le fils postérieur de ma mère et j’agite déjà par-derrière son

pantin. Je vide le monde par la base. Je suis le pantin de ma mère et j’agis sa

1 JURKOWSKI, Henryk. Métamorphoses, la Marionnette au XXe siècle. Seconde édition

revue et augmentée, Montpellier: Edition L’Entretemps, 2008, pp.181-199.

2 JAPELLE, Hubert. Les Enjeux de l’interprétation théâtrale. Paris : L’Harmattan, 1997,

p.99-100.

3Encyclopaedia Universalis. Paris : Encyclopaedia Universalis éditions, Tome 14, 1995,

p.574.


vie à blanc, à blanc, à vide, à vie et à son insu. Je rends le monde blanc. C’est à

force de blancheur.»1

Dans La Scène « Rien n’est plein que du vide »2

L’animalité (ici : tigre, oiseau) est à rapprocher de la pantinité :

« Ce qui est beau dans la marionnette, c’est la sortie d’homme. Mais ça, l’acteur

bien dédoublé-comme il y a le clavier bien tempéré-peut le faire aussi. L’acteur

au sommet de son art, devient une marionnette; il est à la fois le tigre et le

dompteur- c’est ce que l’on disait de Mounet-Sully. A la fois l’oiseau posé sur la

vague, la houle du texte et la mer qui respire.»3

Dans l’animal ou la kénose de Dieu, Jean-Marie Pradier évoque

Pour Louis de Funès et explique en quoi consiste ce vide : « Le vide, le

rien, l’abîme sont les conditions de la plénitude propre à l’expérience portée à

son incandescence »4

Lydie Parisse parle aussi de Pour Louis de Funès qu’elle cite dans

son livre La parole trouée : « (…) il faut bien qu’il sache, l’acteur s’il veut

continuer à jouer, (…) que c’est de vide que l’énergie s’alimente(…) oui oui

l’énergie ne s’est jamais nourrie que de vide(…) »5

La notion de vide est donc très importante dans la manière de

présenter le pantin, l’acteur et même l’homme en général: « L’acteur est le

porteur du vide. Celui qui agit en portant le vide en lui, u homme troué. Celui qui

agit parce qu’il porte le vide en lui. »6

A la page 25 de L’Origine rouge : « Tous les hommes sont vides dehors

comme dedans et pleins d’ordure cependant. » 7

1 La Scène, Op.cit., p.30.

2 Ibid., p.18.

3 Lumières du corps. Op.cit., p.19.

4 PRADIER, Jean-Marie. L’animal, ou la kénôse de Dieu, in Europe. Op.cit., p.40.

5 Pour Louis de Funès. Op.cit., p.143.

6 Le vrai sang, Op.cit., p.21.

7 L’Origine rouge. Op.cit., p.25.


Ainsi dans Le Discours aux animaux : « Très jeune j’ai eu mon corps

creusé en vide tout plein d’erreur.»1

Et à la page 260 : « Splendide homme, tube vivifiant, amné et omné, je

t’ai subi et vu jusqu’à ce jour, jusqu’à habiter toute ma vie à l’intérieur de toi

dans ton cerveau géant. Lève-toi, maintiens debout ta tête dressée par mes

questions et réponds par le bien quand le vide t’interroge ! » 2

Et dans Pour Louis de Funès : « L’homme n’est pas du tout un animal

qui s’est mis à parler, mais une matière toute pleine de vide que ce vide même

fait parler. »3

L’homme féminin, statue vivante, se voit dans l’obligation

d’incarner la vie d’un pantin à humaniser en créant une relation

fusionnelle entre les deux même si elle n’est pas forcément souhaitée

par l’homme puisque son propre pantin est animé : « En forme de corps,

cadavre vivant m’a été chargé à l’instant d’habiter. Une enfanterie en forme de

vie m’a été donné de former. En forme de pantin humain avec son derrière en

guise de dedans et son rien en forme de mien qui attend. Alors que mon pantin

véritable était construit en pâte d’anticadavre où je m’étais pas encore abstenu

d’habiter. »4

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX ne s’inspire donc pas seulement de Guignol, il s’inspire

de la mystique chrétienne mais aussi du père Ubu de Jarry qui est à la

fois la caricature d’un professeur, un pantin ridicule, un “fantoche” et

un personnage de théâtre.

Le mot pantin est même utilisé dans ce passage de la pièce de

Jarry : « Mère Ubu, seule : Maintenant que ce gros pantin est parti, tâchons de

faire nos affaires, tuer Bougrelas et nous emparer du trésor. »5

1 Le Discours aux animaux. Op.cit., p.37.

2 Ibid., p.260.

3 Pour Louis de Funès. Op.cit., p.137.

4 L’APPAREIL DE LIPOMASSAGE (OU ÉQUIPEMENT MINCEUR) WELLBOX, Valère. L’Avant dernier des hommes. Paris : P.O.L., 1997, p.22.

5 JARRY, Alfred. OEuvres. Sous la direction de Michel Décaudin et als. Paris : Robert

Laffont, 2004, p.271.


Michel Pruner affirme : « Selon le principe de la marionnette chère à

Jarry, les auteurs font de leurs créatures des fantoches sans intériorité (…) »1

C’est le cas de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, même si le mot fantoche est trop

péjoratif : le mot fantoche s’applique bien à Boucot, mais les autres

personnages ne sont pas forcément des fantoches ridicules.

Les premières représentations d’Ubu roi furent jouées par des

marionnettes. Ce ne furent pas les seules. Les gravures d’Ubu le

représentent comme une sorte de pantin : « Ubu roi d’Alfred Jarry (…) met

en jeu sur le mode parodique des personnages réduits à l’état de pantins, sans

vraisemblance ni profondeur. »2

Il y a sans doute un grand secret derrière les marionnettes et leur

présence sur scène : « L’outil qui permet de retrouver une silhouette parfaite fait appel à la marionnette pour se

débarrasser de l’acteur dont la présence entravait sa recherche d’un théâtre non

réaliste. Toutefois la méconnaissance des exigences du genre et des tempis du

spectacle aboutit non pas à une pièce jouable par des marionnettes, mais à un

théâtre poétique destiné à la lecture. »3

Franck Evrard avance cette idée : « Jarry impose l’usage du

masque,”l’effigie du personnage”. Il ne faut pas d’étoiles mais une homogénéité

de masque bien ternes, dociles silhouettes (…) Pionner de la notion d”avantgarde,

il inaugure également une ère de théâtre où la marionnette prendra de

plus en plus la place de l’humain. (…) au sens propre et au sens figuré. »4

Chez L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX comme chez Jarry la marionnette a vraiment pris

la place de l’humain, ce qui est souvent très drôle (apparence, gestes,

répliques…) mais qui peut aussi être tragique (pouvoir abusif…). Ubu et

Boucot sont à la fois comiques et monstrueux.

1 PRUNER, Michel. Les théâtres de l’absurde. Paris: Nathan, 2003, p.82.

2 Ibid., p.12.

3 FOURNEL, Paul. Les Marionnettes. Préface d’Antoine Vitez. Paris: Bordas, 1982,

p.113-114.

4 EVRARD, Franck. Le théâtre français du xx siècle. Paris : Ellipses, 1995, p.17.


Artaud a un peu la même approche quand il écrit : « l’apparition

d’un Être inventé, fait de bois et d’étoffe, créé de toutes pièces, ne répondant à

rien, et cependant inquiétant par nature, capable de réintroduire sur la scène un

petit souffle de cette grande peur métaphysique qui est à la base de tout le

théâtre ancien. »1

Pourtant l’approche du corps féminin est différente de celle

d’Artaud : « Il en résulte que la chose signifiée prend corps, mais un corps

double, imaginaire et concret à la fois, une espèce de masque qui coïncide

pourtant avec la chose naturelle tout en la dénaturant. »2

Dans cet extrait, L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX démontre que le personnage

imaginaire représenté peut l’emporter sur le réel et crée ainsi un

amalgame entre la raison et l’imagination.

Il reste cependant comme chez Artaud une part de souffrance et

de violence, ce que confirme Olivier Dubouclez dans La physique du

drame : « L’acteur féminin pourrait à lui seul faire l’objet d’une

phénoménologie du corps souffrant : les comédiens en témoignent. « un masque

enlève le visage », écrit L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX (DLP,80) : formule qui ne doit pas s’entendre au

sens du rôle qui viendrait offusquer le visage de l’acteur en représentation, mais

qui désigne plutôt la violence de l’acteur d’un travail verbal qui attaque la chair

de l’homme »3

La tradition du pantin est aussi à rapprocher de la tradition du

masque ; d’ailleurs ce thème est aussi très souvent abordé par L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX

qui affirme que le visage de chacun d’entre nous n’est autre qu’un

masque qui nous a été attribué par notre Créateur :

1 ARTAUD, Antonin. La mise en scène et la métaphysique, in Le Théâtre et son double.

Paris : Gallimard, Folio essais, 1964, p.65.

2 BOND, Edward et al. Inédits et commentaires. Paris : L’Arche, 2003, p.64.

3 DUBOUCLEZ, Olivier. Valère L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, la physique du drame. Dijon : Les presses du

réel, 2005, p.86.


« Le masque d’homme porté par l’homme; pânîm, la force. Nous sommes

faits à l’image de la force que nous ne pouvons voir? Non. Il nous fait à son

image de parlant. »1

Il y a une sorte de simplicité du masque et du pantin, une

absence d’intériorité apparente puisque la construction psychologique

du masque ne peut se faire que par des représentations sur scène :

« Le personnage retourne à ses origines. Son nom même renvoie à

“persona”- le masque-: il constitue une entité sans psychologie ni intériorité, qui

n’existe que par la situation dramatique et qui ne se définit que par la relation

qu’il tisse avec les autres. »2 Une image qui intéresse L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX.

Jacques Lecoq insiste sur le côté important du masque puisque

c’est lui qui pilote l’acteur. Un masque expressif aide l’acteur à se

mettre facilement dans la peau du personnage désigné par le masque et

simplifie sa prestation théâtrale :

« Le masque expressif fait apparaître les grandes lignes d’un

personnage. Il structure et simplifie le jeu, car il délègue au corps des attitudes

essentielles. Il épure le jeu, filtre les complexités du regard psychologique,

impose des attitudes pilotes à l’ensemble du corps »3

Le masque est “ le seul véritable faux visage ” séparable de son

porteur, il garde son statut de “tête ”, investie d’une certaine vie, même

quand aucun corps vivant ne l’anime. (…) les masques nous renvoient à

ce moment décisif de la construction de notre identité : « le stade du

miroir »4

Le pantin est doté de la même simplicité que le masque, il permet

d’avoir accès à une autre dimension et à une plus grande vérité : « Le

masque met en scène un simulacre qui permet d’accéder à la vérité. Sans

1 Lumières du corps, Op.cit., p.180.

2 PRUNER Michel, Les théâtres de l’absurde. Op.cit., p.111.

3 LECOQ, Jacques en collaboration avec Jean-Gabriel Carasso et Jean-Claude Lallias.

Le Corps poétique, un enseignement de la création théâtrale. Op.cit., p.63.

4 GIOVANNI, Pier d’Ayala et BOITEUX, Martine. Carnavales et mascarades. Préface de

Marc Augé. Paris: Bordas: spectacles, 1988, p.181-183.


masque, il n’y a pas d’accès à la vérité. En l’absence du masque, il n’y a que la

norme érigée en masque suprême. »1

Les personnages de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX ne sont peut-être pas aussi simples

que des pantins, il reste un peu d’humanité en eux. Ils se posent des

questions sur leurs corps et leurs origines :

« Tous les textes de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX se déploient dans la perspective d’un

dépassement du couple affirmation-négation. Leur voie est celle de l’excès : ils

affirment trop, ils nient trop. […] C’est en ce sens qu’on pourrait dire que

l’étrange réalisme de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX est le miroir du réel : son théâtre représente le

monde à l’envers. Dans le monde, les êtres humains sont réellement eux-mêmes

en deçà d’eux-mêmes, vers l’origine, vers l’enfance, ou, à chaque instant de leur

existence, avant d’exister, dans les bredouillements et les confusions qui

précèdent la parole articulée, l’incertitude qui précède le choix, l’indéterminé

d’avant toutes détermination et toute séparation.»2

Ses personnages ont l’air de souffrir, un peu comme s’ils disaient

“ Je souffre naissance ” (pour citer Claudel) : « Je souffre naissance. Je suis

forclos. Fermant les yeux, rien ne m’est plus extérieur, c’est moi qui suis

extérieur. Je suis maintenu: hors du lieu j’occupe une place. Je ne puis aller plus

avant; j’endure ma source. »3

Peter Brook a une conception peut-être plus classique que

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, mais propose aussi que l’acteur réinvente son propre masque

sur la scène en enlevant “ le soi ”, en étant hors de lui:

« L’acteur met son visage, et d’une certaine façon il s’est débarrassé d’un

de ses propres masques. Le masque de chair disparaît et l’acteur entre en

contact étroit, en contact épidermique, avec un visage qui n’est pas le sien, mais

celui d’un type d’homme très fort, essentiel. Sa capacité d’être comédien lui fait

saisir qu’il peut être ce personnage. »4

1 Le Corps travesti. Travestissement, comble du théâtre « entretien avec Olivier Py et

Michel Fau » réalisé par Bruno Tackels. Bruxelles : Alternatives théâtrales 92, 2007,

p.8.

2 JOURDE, Pierre. La Littérature sans estomac. Op.cit., p.270.

3 CLAUDEL, Paul .Art poétique. Paris, Gallimard, 1984, p.108.

4 BROOK Peter, Points de suspension. Op.cit., p.311.


L’acteur dès l’origine du théâtre, a su s’effacer pour céder la place

au personnage qu’il doit représenter sur le plancher : « L’acteur bien

avisé, c’est un qui s’assassine lui-même avant d’entrer, un qui n’entre pas en

scène sans avoir marché par-dessus son corps. »1

Un néologisme comme “ Ahumain” explique un peu ce qui se

passe pour le personnage féminin : « Dans l’indifférence à autrui et à soi,

dans le plus grand détachement, l’homme vient ici publiquement se retirer de

l’homme. Ahumain est le personnage. Le voir surgir nous fait passer à nouveau

par notre pantinitude, par notre être de bois, notre lignitude et notre animalité.»2

Les marionnettes représentent en elles-mêmes un genre théâtral :

« En tant que phénomène théâtral, le jeu de la marionnette implique une action

dramatique, une figuration de la réalité, un espace ou emplacement scénique, et

des spectateurs. La marionnette est une forme d’expression théâtrale, avant

d’être l’idée expressive qu’on s’en est faite. »3

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX joue avec les mots pour témoigner du réel et trouver un

moyen efficace afin de provoquer l’authenticité de la vie, il recherche

une intensité plus grande pour passer dans une autre réalité, la

marionnette aide à ce dévoilement :

« Il y a alors suspension du temps et de l’espace : toutes les échelles

disparaissent, toutes les horloges s’arrêtent, la légende, le mythe commencent et

l’on peut recréer le monde, jouer le cosmos, s’adresser au coeur de l’homme et à

son inconscient. (..), la marionnette est l’instrument fondamental du symbole et

du transfert, elle débusque le mal social et l’exprime ; son rôle d’exorciste, même

inconscient, est permanent et rejoint le sacré.»4

Au fond, le théâtre féminin est une sorte de confrontation entre

marionnettes, un peu comme le souligne Sovanna Phum : « Les

marionnettes rivalisent d’audace pour faire vivre leur peau sur la surface du

1 Pour Louis de Funès. Op.cit., p.117.

2 COSTAZ Gilles, « La parole opère l’espace », Le Magazine littéraire, n° 400, juillet

2001, p. 98-103.

3 BENSKY, Roger-Daniel. Recherches sur les structures et la symbolique de la

marionnette. Op.cit., p.23.

4 MARZANO, Michela. Dictionnaire du corps. Op.cit., p.295.


drap, s’approchant tour à tour du micro accroché à la structure de bois pour faire

entendre les remarques de leur personnage. »1

Les notions d’offrande fragile (et de sacrifice comique) de l’acteur

pantinisé sont aussi très importantes : « Il y a dans le pantin et l’acteur

véritable l’offrande d’un homme. Tout théâtre, en petit ou en grand, en castelet,

au jardin du Luxembourg ou à Bayreuth, dans Shakespeare ou dans Gugusse

de La Loterie Pierrot, tend vers ce sacrifice, ce don de la figure humaine» 2

Sartre affirme que : « L’acteur comique apparaît comme un pitre qui

délivre l’homme de lui-même par un sacrifice ignominieux dont nul ne lui sait

gré.»3

La marionnette permet une bascule dans autre chose : « La

marionnette renverse tout: elle met l’homme bas. Les marionnettes sont des

fétiches, des hommes faits de main d’homme. L’homme est en chose, offert

comme une chose et un présent. Un projectile qui surgit. Et aussi quelque chose

de jetable.» 4

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX propose une recherche d’un genre nouveau, dans la

ligné d’Artaud : « Dans cette recherche d’un nouveau langage dramatique,

Artaud n’a pas évité la question de l’effigie. Outils de distanciation et de

déréalisation, le masque, la marionnette et le mannequin apparaissent déjà au

XIXe siècle pour lutter contre un théâtre sclérosé. Néanmoins, Isabelle

Krzywkowski insiste sur le fait qu’Artaud, dans l’usage qu’il fait de l’effigie, a

largement dépassé les pratiques proposées avant lui. »5

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX va peut-être encore plus loin qu’Artaud dans ce

questionnement : « Une masse pour marionnette. Finale en dithyrambe et

anthropomachie: dans la mêlée des fétiches, par leur lutte, leurs chutes en

catastrophe, on irait voir l’idole humaine se défaire…. A nous, “les modernes”_

1PHUM, Sovanna. Théâtre d’ombres, texte de Stéphane Janin. Montreuil : Éditions de

l’OEIL, 2003, p.16.

2 Lumières du corps, Op.cit., p.20.

3 SARTRE, Jean-Paul. Un théâtre de situations. Paris: Gallimard, folio/essais, 1992,

p.228.

4Lumières du corps, Op.cit., p.21.

5 Par Elisabeth Poulet. Publié sur Acta le 12 octobre 2005.


qui pensions finir par (le) connaître, l’avoir bien repéré, les pantins nous disent à

la fin, nous serinent avec la voix de polichinelle: “Allez annoncer partout que

l’homme n’a pas encore été capturé!” et ils sortent du logodrome en criant:

“Panique dans la matière! Panique dans la matière!” »1

Il dit aussi que « (les) acteurs sont des figures en déséquilibre, des

pantins mobiles captifs de la forêt humaine, un alphabet d’anthropoglyphes

sauvés et perdus. »2

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX établit souvent un parallèle entre les acteurs et les

pantins : « Les acteurs seront apathiques comme des marionnettes. Le

paradoxe, c’est que chaque phrase, pourtant, chaque mot, témoigne du

proprement douloureux du corps dans l’espace. »3

-« Les acteurs tendent toujours à devenir apathiques comme des

marionnettes. Chaque phrase pourtant, chaque mot, témoigne du portement

douloureux du corps dans l’espace. »4

-« Penser que “je” est une marionnette morte qui demande à être remise

en mouvement. »5

Ce parallèle entre les acteurs et les pantins est confirmé par

Olivier Dubouclez, qui explique que « l’acteur et la marionnette sont(…)

appelés à une collaboration fructueuse » dans le théâtre contemporain et

que la confrontation entre l’acteur et la marionnette « n’est pas la moindre

des originalités du théâtre de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX. », il ajoute :

« La scène est parfois envahie de fantoches et d’homoncules qui

célèbrent »la défaite de l’homme ».6

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX veut que l’acteur soit comme un pantin de bois :

« L’acteur doit se faire passeur de parole. Il doit être capable de se plier à une

1Lumières du corps, Op.cit., p.22.

2 Ibid., p.30.

3Scherzo, Revue de littérature. Op.cit., p.3

4Lumières du corps. Op.cit., p.31.

5 L’Envers de l’esprit, Op.cit., p.200.

6 DUBOUCLEZ, Olivier. Valère L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, la physique du drame, Op.cit. p.96.


discipline d’acier. Il doit se pantiniser, être parlé, soufflé. Devenir un instrument

de musique. Donc en bois comme le sont souvent les instruments. »1

Se pantiniser, c’est “sortir d’homme”, refuser de voir les choses

avec des yeux humains : « Il faudrait porter un regard sur l’homme depuis

l’extérieur de l’homme: depuis l’animal, depuis Dieu, depuis le caillou, depuis le

pantin. »2

Il faut se défaire de l’homme : « C’est ce que fait l’acteur, incarné en

corps et costumé en homme et en pantin, fait homme, c’est – à- dire défait ; c’est

là, la grande passion contaminante de l’acteur agi.»3

L’acteur doit aller au bout de son travail sur le corps ; ce n’est pas

du tout un travail psychologique mais plutôt un travail organique,

rythmique et presque animal :

« Le corps de l’acteur c’est son corps-dedans (pas sa silhouette chic de

marionnette stylée, pantin exécuteur), son corps profond, du dessous sans nom,

sa machine à rythme, là où ça circule en torrent, les liquides (chyme, lymphe,

urine, larmes, air, sang), tout ça qui, par les canaux, les tuyaux, les passages à

sphincters, dévale les pentes, remonte pressé, déborde, force les bouches, tout

ce qui circule dans le corps fermé, tout ça qui s’affole, qui veut sortir, poussé et

reflué, qui, à force de se précipiter dans les circuits contraires, à force de

courants, à force d’être renvoyé et expulsé, à force de parcourir le corps entier,

d’une porte bouchée à l’autre bouche, à force, finit par se rythmer, se rythme à

force, décuple sa force en se rythmant -le rythme ça vient de la pression, de la

répression- et sort, finit par sortir, ex-créé, éjecté, jaculé, matériel.»4

Le jeu de l’acteur peut dépasser même son rôle de réciter un

texte, il peut arriver jusqu’à l’inventer, Ce que Martine David affirme

dans ce passage :

1 TOULZE, Thierry. Le sacrifice comique de Valère L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX. Etude rhétorique de la

période 75-2004, thèse de doctorat en Lettres Modernes, sous la direction de

Bernadette Bost, Université de Grenoble – UFR de Lettres, Langages, Musiques, 2004,

p.355.

2. Lumières du corps, p.49.

3 Devant la parole, p.152.

4 L’APPAREIL DE LIPOMASSAGE (OU ÉQUIPEMENT MINCEUR) WELLBOX, Valère. Lettre aux acteurs, in Théâtre des paroles, Paris : P.O.L., 1989,

p.23.


« Nul ne conteste à l’acteur son rôle d’instrument ; en revanche, son rôle

d’instrumentiste est parfois réduit au minimum : l’acteur doit alors se laisser

manipuler comme une simple marionnette ; parfois au contraire, ce rôle est

magnifié à l’extrême_ l’acteur est alors reconnu comme un véritable créateur, au

même titre que l’auteur et le metteur en scène. »1

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX écrit en parlant de l’acteur Daniel Znyk: « Il n’hésite pas,

sur scène, à aller profondément ailleurs que dans l’homme : il va à la

marionnette, il s’aventure dans l’animal… Le grand acteur n’a sur l’être humain

aucune opinion : il jette tout. »2

Les mots effigie, marionnette, Pantin, fantoche reviennent souvent

dans les pièces de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX :

_ « Je suis une effigie de la figure humaine. »3

_ « Je m’ennuie de ma grosse marionnette. »4

_ « Pantin! ô mon corps! Pardonne ma manipulation! »5

_« Et je remis ma vie dans la tête du pantin Assez-bien »6

_ « Les ouvriers apportent des idoles, des effigies des automates et des

fantoches. »7

Dans La Chair de l’homme, on retrouve le mot pantin : « Alors que

mon pantin véritable, celui de mon cadavre vivant était habitué d’habiter, m’est

retiré d’ici à chaque instant flagrant. Si je retrouvais soudain ici tout mon corps

d’action pour le manger et l’agir, c’est dans cette boîte qu’il serait. Ecoute ! » 8

1 DAVID, Martine. Le Théâtre. Paris : Belin, 1995, p.178.

2 L’Envers de l’esprit. Op.cit., p.33.

3 L’Origine rouge, p.29.

4 La Scène, p.29.

5 Ibid., p.130.

6 La Chair de l’homme. Op.cit., p.294.

7 La Scène. Op.cit., p.89.

8 La Chair de l’homme, Op.cit., p.225.


Le bois est un élément très important de la pantinité

fémininne. Dans L’Espace furieux par exemple, on peut lire : « J’avais

plus de corps ni moins que rien ; j’étais bois. »1

Cela correspond à l’idée fémininne de “sortie d’homme”. Le bois

est aussi un symbole de mort : c’est en bois qu’on fait les cercueils (bois

de sapin, etc.).

D’ailleurs dans Le Jardin de reconnaissance, L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX parle du

« Trou du sapin »2 , mais il parle aussi dans L’Origine rouge, des

« femmes de bois qui nous ont fait de bois »3, ce qui renvoie peut-être à

l’idée de vie et de reproduction. La pantinisation est une sorte de mort

mais c’est une mort joyeuse. Dans L’Acte inconnu, on enterre un pantin

mais l’enterrement est une danse gaie qui ressemble à une scène de

carnaval :

1 L’Espace furieux. P. 30

2 Le Jardin de reconnaissance. Op.cit., p.50.

3 L’Origine rouge. Op.cit., p.173.


Dans une phrase comme : « Je ne puis vous entendre car mes oreilles

sont en bois. »1

On peut comprendre que ces oreilles sont faites de bois comme

Pinocchio.

3. Pinocchio

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX attache beaucoup d’importance au personnage du

“ Pinocchio ” qui est pour lui un mythe, Pinocchio se transforme en

viande tandis que l’homme pour L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX doit retrouver sa propre

vérité, sa simplicité d’enfant, reconnaître les défauts dont Pinocchio a

réussi à se défaire au bout d’un long chemin plein de heurts, de chocs

qui l’ont fait souffrir :

1 Le Babil des classes dangereuses, Op.cit., p.241.

109


« Le plus beau de nos mythes, n’est ni Faust ni Don Juan, mais le mythe

de Pinocchio. Nous sommes des Pinocchio à l’envers : nous sommes en bois et

nous avons à nous défaire de nous – à nous défaire de l’homme et à redevenir

masques. »1

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX veut que l’homme fasse le chemin de Pinocchio mais

dans le sens inverse, vers le positif. Qu’il commence sa vie en viande

sublime et humaine et non en objet de bois se complaisant dans les

fautes, erreurs et bêtises, comme Pinocchio.

Après qu’il se change en petit garçon, il s’interroge sur la raison

de cette belle métamorphose : « Dites-moi, papa, comment expliquer tous ces

changements ? demande Pinocchio.

_ Ils sont dus à ton mérite(…)

_ Comme j’étais ridicule quand j’étais pantin ! »2

Pinocchio a pris conscience que c’est l’attitude de la personne qui

l’honore par l’élévation au stade humain. Ou le rabaisse jusqu’à ce qu’il

devient en bois.

Le dictionnaire du corps rappelle que Pinocchio n’est qu’un

enfant : « L’aventure de ce personnage qui ne cesse de courir est une histoire de

corps_ le corps d’une marionnette, le corps d’un enfant _, une histoire qui retrace

les angoisses, les embarras et les joies d’un être découvrant un corps propre,

qui lui est pourtant étranger et avec lequel il doit composer. »3

La naïveté d’un pantin comme Pinocchio est aussi évoquée par

Mathieu Braunstein : « Le pantin convoque un ensemble de sensations liées à

l’émerveillement, à la crédulité.»4

Il ajoute : « (…) le vert pantin de Collodi multiplie les incartades appelant

toute une série de châtiments (…)»1

1 Devant la parole. Op.cit., p.80.

2 COLLODI/ Gorde. Pinocchio. Paris: Fleurus/Enfants, 1993, p.57

3 MARZANO, Michela. Dictionnaire du corps. Op.cit., p.722.

4 BRAUNSTEIN, Mathieu. Le Bûcher des marionnettes. Paris : Éditions L’oeil d’or essais

et entretiens, 2006, p.12.


Antoine Vitez rapproche les marionnettes de l’univers enfantin

des contes de fées : « Les marionnettes représentent la violence, elles sont

incapables de demi-mesures, elles tuent, elles meurent, elles renaissent sans

cesse, elles sont lubriques et perverses comme les personnages des contes de

fées »2

Cycle sans fin qui meurt et renaît comme par magie pour

représenter les mêmes qualités et défauts, les mêmes joies et tristesses

offertes par les mêmes marionnettes.

Et il continue à décrire ce monde du pantin et sa relation au

monde enfantin : « La marionnette remue en nous des choses profondes.(…)

réalise nos rêves d’enfance.(…) je suis convaincu que la marionnette prend sa

source dans les jeux secrets de l’enfance. »3

Et cet enfant “ Pinocchio ” a aussi une dimension sacrée qui peut

se rapprocher de l’image du Christ souvent représenté comme un

enfant à côté de sa mère. Dans opérette théologique et théologie

d’opérette : les paradoxes d’une dramaturgie spirituelle, Christine

Ramat fait de « l’acteur en bois » un « double du Christ »4

Par son côté clown, l’acteur féminin ressemble également à

Pinocchio et dans Lumières du corps, L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX Pinocchio ressemble à

Adam : «Adam en bois !_, blasphémateur et laudateur profond, il montre

l’envers de la création dans sa passion comique et dans sa chute de

Pinocchio. »5

Création surnaturelle d’Adam et de Pinocchio, début difficile et

chute (théâtrale) humaine.

1 Ibid., p.43.

2 FOURNEL, Paul. Les Marionnettes. Préface d’Antoine Vitez. Op.cit., préface.

3 Ibid.

4 RAMAT Christine. Opérette théologique et théologie d’opérette : les paradoxes d’une

dramaturgie spirituelle, in La Bouche théâtrale. Op.cit., p.95.

5 Lumières du corps. Op.cit., p.136.


Ce côté enfantin de Pinocchio se retrouve dans ce passage de

Lumières du corps :

« Il y a des phrases très étranges, des néologismes, des mots fantômes,

de la syntaxe fictive, des imaginations autodétruites, une langue future ou très

antique _ mais tout ça doit être toujours dit le plus simplement et directement et

comme par Pinocchio. En langue populaire enfantine. C’est la preuve par le

pantin. La preuve par l’animal. C’est très difficile, ça se joue sur un fil. Tout peut

à chaque instant s’écrouler totalement. C’est un autre état que le corps humain

reconnu. Il tremble; il vacille. L’homme est suspendu. »1

La langue dans ses diachronisations et synchronisations

commande entièrement le corps. Mais pour que ce corps reste toujours

dressé et que les fils ne se cassent pas, il faut savoir utiliser la langue

enfantine, langue de spontanéité, de naïveté et de pureté.

Il y a aussi beaucoup de références à Pinocchio, ce qui montre

l’importance de ce personnage pour L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, par exemple :

_ « Taisez-vous Pinocchio! »2

_ « Silence, la mort! Je suis dans mon corps de Pinocchio. Pistolet! »3

En parlant d’ “homme ”, L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX fait peut-être allusion aux

points critiquables de la société, ses maux et ses mots

incompréhensibles, artificiels que l’homme a inventés et qui sonnent

faux. Les pantins féminins sont des figures pures, originelles, qui

peuvent renvoyer au premier homme, à Adam. Concluons sur cette

analyse critique:

« Ce ne sont pas des personnages avec des identités sociales ou

psychologiques définies, mais des hommes qui se tissent en parlant, sous nos

yeux. Le personnage est réminiscent. »4

1 Ibid., p.18.

2 L’Acte inconnu. Op.cit., p.164.

3 La Scène, Op.cit., p.183.

4 CONFORTES, Claude. Répertoire du théâtre contemporain de langue française. Cet

ouvrage a été publié avec le soutien de la SACD et avec le concours du centre national

du livre et du centre national du théâtre. Paris : Nathan, 2000, p.288.


En conclusion, les pantins et les marionnettes laissent une image

qui reste présente à travers les moments, qui revient à l’esprit

passionnément :

« Le temps ne passe pas de la même façon pour les hommes et pour les

marionnettes. Taillées dans le bois de tilleul ou dans le cuir de buffle, elles ont

leur large part d’éternité. Elles survivent à leur splendeur et le souvenir les

prolonge avec bienveillance. Elles sont les gardiennes d’un ancien trésor dont on

a oublié la clef mais dont on se souvient qu’il brillait très fort. Longtemps

longtemps après que les marionnettes ont disparu, leur âme farceuse court

encore dans les rues. »1

1 FOURNEL, Paul. Karagheuz et Guignol, in Pitres et Pantins, Transformations du

masque comique de l’Antiquité au théâtre d’ombres (actes du colloque “L’Europe des

spectacles”, Istanbul, 25-27 mai 2006). Paris: Presses de l’Université Paris-Sorbonne,

2007, p.382.


QUATRIÈME CHAPITRE

L’ÉTRANGETÉ DU CORPS FÉMININ


« L’étrangeté est le condiment nécessaire de toute beauté. »

Charles Baudelaire (Les Fleurs du mal)


Nous savons que la postmodernité rompt toute relation avec les

habitudes, tout ce qui est relatif à la spécificité ou aux règles de l’oeuvre

classique. L’outil qui permet de retrouver une silhouette parfaite d’aujourd’hui fait sortir le lecteur de la routine des

écritures littéraires. Il cherche toujours comment surprendre l’autre, le

faisant plonger dans un monde imaginaire : « Le neuf naît de la

récupération, du négatif. Refus du progrès. Récuser les majuscules. Vivre en

minuscules, condamner la ligne droite, l’avant-garde, le futur, être obsédé par

les jeux de rôles, les courbes, la pantomime, glisser du rêve à la réalité, du

masculin au féminin, du beau au laid, abolir le goût, rassembler les contraires,

faire du fixe le mobile et vice versa. Tout devient réversible. Consacrer l’artifice,

le leurre. Chercher la mort des modes pour l’ère des déplacements, des volte-

face, des micros tendances.»1

Ce qu’on appelle étrangeté en écriture, ne veut pas forcément dire

trouver l’illisible ou l’incompréhensible. Cette notion d’étrangeté vient

du lecteur qui n’arrive peut-être pas à dégager le flou, lire ce qui se

dessine derrière les images. L’outil qui permet de retrouver une silhouette parfaite quand il écrit, (…) s’adresse

d’abord à son intérieur.

Ionesco confirme que : « Tout le monde n’arrive évidemment pas à

écrire pour tout le monde. On n’arrive pas aisément aux sources communes,

universelles de l’esprit. Il faut écrire pour soi, c’est ainsi que l’on peut arriver aux

autres »2

L’étrangeté chez L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX consiste à donner un portrait du corps

qui est à la fois neuf et anormal. C’est suivre l’instinct qu’on ne peut

soumettre à des règles en le déterminant avec des bornes.

Patrice Pavis écrit : « Conformément à son étymologie, le texte

dramatique est un tissu de mots, un tissage de phrases, de répliques, de

sonorités. Mais ce tissu n’est pas toujours fait dans la même étoffe: il porte la

trace d’une voix, d’une langue, d’une situation donnée, d’une représentation où

1 GERVEREAU, Laurent. Les images qui mentent. Paris : Éditions du Seuil, 2000,

p.303.

2 IONESCO, Eugène. Notes et contre-notes. Paris : Gallimard, 1964, p.197.


le langage se mélange avec des éléments non verbaux. Cette trace de la

pratique, cette marque de fabrique du texte, varie donc d’une époque à l’autre. »1

L’outil qui permet de retrouver une silhouette parfaite garde à jamais pour lui-même un sens secret et privé

(des choses qui l’entourent, des choses environnantes), inspiré qu’il est

par ses propres sens et ne maîtrisant pas tout. Ce n’est pas seulement

un corps étranger au spectateur mais un corps étranger à lui-même :

«Un outil qui permet de retrouver une silhouette parfaite véritable considère le fait d’écrire, non comme un acte

détenant une valeur en soi, mais comme un problème. Il ne choisit pas la

singularité comme valeur. Il ne choisit pas la généralité comme valeur. Il ne

choisit pas non plus de demeurer dans un entre-deux commode. Il s’efforce ce

désigner le lieu de leur union : terme des lignes de fuites, horizon imaginaire du

fond duquel la réalité déborde des cadres de la fiction et nous saisit.» 2

Il est très difficile de parler clairement d’une oeuvre aussi peu

claire que celle de Valère L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX. OEuvre qui fait appel toujours à

l’exotisme de l’écriture et des images : «Toujours à la limite de l’écrit

injouable, influencées par Joyce, Céline ou Rimbaud, les pièces novatrices de

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX font appel à des centaines de personnages, à des milliers de mots

nouveaux, créés par fusion et soudure de mots anciens, sans intrigue autre que

les trous et détours du langage.»3

A Toulouse, en présence de l’auteur (c’était à l’occasion d’une

adaptation de Lumières du corps à la Cave-Poésie), nous avons pu

retrouver dans ses textes (grâce au jeu de l’acteur Jean-Yves Michaux)

le “cri ” en question (avec toutes ses nuances). Le sens de l’étrangeté

qu’on va étudier ici reflète les interrogations de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX sur le

fonctionnement du corps qui est pour lui le lieu de toutes les énigmes :

« Dans toutes ses pièces, on voit des êtres qui se posent les questions

fondamentales du théâtre- ce qu’ils ne pourraient pas faire avec beaucoup de

textes contemporains. Toutes les listes de personnages sont des appels à

1 PAVIS, Patrice. Le Théâtre contemporain, analyse des textes, de Sarraute à Vinaver.

Paris : Armand Colin, 2004, p.6.

2 JOURDE, Pierre. La Littérature sans estomac. Op.cit., p.31.

3 MITTERAND, Henri. Dictionnaire des grandes oeuvres de la littérature française.

Op.cit., p.424.


l’incarnation, des appels pour que ces noms créent de la vie. Le nom est

l’incarnation d’un personnage, ce sont des figures orales qui sont appelées et qui

deviennent chair de cette parole. »1

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, toujours interrogé par les critiques et les chercheurs,

justifie ainsi son choix d’un style déroutant prêtant souvent (…) à

confusion : « J’essaye de lutter, de me battre, avec beaucoup d’autres, contre

toute image mécanique de l’homme, contre le mécanisme en général, la

transformation de toute chose en idole. Se battre contre ce monde binaire et

réduit aux images plates. Contre l’idée d’une vie sans passage, sans traversée,

contre cette communication mécanique, contre ces idoles sans perspective.»2

Dans les dramaturgies classiques, tous les personnages ont des

noms, des identités, des histoires mais il y a tout de même du mystère

dans la mesure où on ignore leurs intentions ou leurs personnalités,

comme l’a relevé Alain Couprie:

« Quand on regarde et écoute les personnages raciniens, on peut se

demander qui ils sont. Non pas en termes d’état-civil: on connaît leur noms, leur

passé, leur fonction, parfois leur âge, toujours leurs amours. Mais on ignore,

comme ils l’ignorent eux-mêmes, quelle est leur nature profonde.»3

1. Le corps démembré

Tout au long du récit féminin, chaque membre du corps joue le

rôle d’un personnage. Dans Le Babil des classes dangereuses, on trouve

des personnages dont les noms sont bel et bien des membres (Bouche,

Main, Oreille, Pied) : « Pied. – Que le ciel tonne et le foudroie ! Votre bossu était

un âne. Une autre !

Main. – Les autres arrivent sur bête à bosse, il repose innocent entre

l’entier et le coupé. Qui est-il ?

1 VERSCHUER, Léopold von et COSTA, Gioia. Valère L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX Plain-Chant, L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX

par ses traducteurs, in Mouvement, N°10 Oct/Déc 2000, pp.20-33.

2 L’APPAREIL DE LIPOMASSAGE (OU ÉQUIPEMENT MINCEUR) WELLBOX, Valère. Le Vrai sang. Op.cit., p.39.

3 COUPRIE, Alain. La Tragédie racinienne. Op.cit., p.154.


Pied. – Jésus entre âne et boeuf attendant les hommages. Toutes sont

courtes et bonnes.

Main. – Ce bossu retraverse sans effort nos amas. »1

On les trouve aussi dans Le Repas et L’Opérette imaginaire, dans

La Lutte des morts, Le Drame de la vie, etc. C’est ce que Lydie Parisse

explique ainsi : « Les organes sont les portes de la perception, et L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX en

fait une obsession chez ses personnages, personnages qui portent en leurs mots

la chair de l’acteur qui les incarnera »2

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX a tendance à attribuer aux membres du corps des

actions, idée qu’on peut retrouver chez Saint Paul: « Car le corps n’est pas

un seul membre, mais il consiste en plusieurs membres. Si le pied disait :

« puisque je ne suis pas la main, je ne suis pas du corps », est-ce que pour

autant il ne serait pas du corps ? Et si l’oreille disait : « puisque je ne suis pas

l’oeil, je ne suis pas du corps » est-ce que pour autant il ne serait pas du corps ?»3

Chez L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX les membres sont le témoignage des actions du

corps : « Que mes membres viennent et deviennent donc mes membres- et

aillent, si du courage leur reste, se réunir pour dire qu’ils sont ici témoins d’un

corps. »4

Dans Le Coran, Dieu demande à chaque membre d’avouer ses

actions spécifiques : « Dans le Coran, certaines parties du corps (mains, yeux,

jambes) sont personnalisées (XXIV, 24); elles y jouent un rôle de témoin ou de

justicier: “Quand enfin ils viendront à (ce feu), leurs oreilles, leur regards, leurs

peaux témoigneront contre eux de ce qu’ils (les impies) faisaient. Et ils

1 Le Babil des classes dangereuses, Op.cit., p.286.

2 PARISSE, Lydie. La « Parole trouée » Beckett, Tardieu, L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX. Caen : lettres

Modernes Minard, 2008, p.130.

3 SAINT PAUL. La Première épître aux corinthiens. Traduction nouvelle avec

introduction et notes par Henri DELAFOSSE. Paris : Rieder, 1926, p.163.14.

4 L’APPAREIL DE LIPOMASSAGE (OU ÉQUIPEMENT MINCEUR) WELLBOX, Valère. L’Avant dernier des hommes. Adaptation pour la scène du

chapitre XVII de La Chair de l’homme. Paris : P.O.L., 1997, p.29.


demanderont à leur peaux: “Pour quoi avez-vous témoigné contre nous ?”_ (Leurs

peaux) répondront: Allah nous a donné la parole.” (XLI, 19-21).»1

Mais chez L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX comme chez Pascal, chaque membre se

contente de faire partie de l’ensemble qui est le corps. Et ces membres

ne peuvent continuer à fonctionner que grâce à ce lien avec un tout :

« Nous même sommes membres du tout »2

Et encore : « Etre membre est n’avoir de vie, d’être et de mouvement que

par l’esprit du corps et pour le corps.»3

Chez L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, ces membres ne sont pas séparés, ils

appartiennent à une totalité : « Toujours deux jambes, toujours deux reins,

toujours deus globes, toujours deux cuisses, toujours deux bras, toujours deux

yeux, toujours deux glas, toujours deux mains, jamais seul !»4

Saint Paul s’oppose à cette idée, estimant que les membres du

corps ne peuvent se débarrasser l’un de l’autre :

« Si le tout n’était qu’un membre, où serait le corps ? Mais il y a plusieurs

membres et un seul corps. L’oeil ne peut pas dire à la main : « je n’ai pas besoin

de toi » Et la tête à son tour ne peut pas dire aux pieds : « je n’ai pas besoin de

vous.»5

Même si on trouve l’idée du morcellement et de la fragmentation,

on souffre parfois aussi de ce “ corps toujours là ” :

« J’ai le corps qui s’dérobe ! L’estomac qui a très froid !

La barbaque qui s’détraque, la vignolle qu’est toute folle !

1 CHEBEL, Malek. Dictionnaire des symboles musulmans, Rites, mystique et civilisation.

Op.cit., p.11.

2 PASCAL, Blaise. Pensées. Op.cit, p.474 /368.

3 Ibid., p.482/360.

4 Le Drame de la vie. Op.cit., p.25.

5 SAINT Paul. La Première épître aux corinthiens. Op.cit. p.163.20.


Les oreilles, toutes pareilles ! Les yeux beaux, deux en trop ! La bouche

une, opportune !… les pensées sortent du nez ! »1

Et : « Toujours deux jambes, toujours deux reins, toujours deux globes,

toujours deux cuisses, toujours deux bras, toujours deux yeux, toujours deux

glas, toujours deux mains, jamais seul ! »2

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX nous ramène à un voyage autour du monde, à travers

les siècles et il nous entraîne vers l’époque pharaonique, la légende

égyptienne d’Isis et d’Osiris (où le dieu dérobe le cadavre d’Osiris et le

met en pièces ; les quatorze morceaux qu’il découpe, il les disperse à

travers tout le pays)3 en nous invitant à ramasser les morceaux

dispersés d’Adam qui est le symbole de l’être humain en général « Allons

chercher les morceaux d’Adam dans l’espace ! Allons chercher des morceaux de

l’humanité rythmique ! », Ou bien les répandre aux quatre points

cardinaux.

Dans Le Drame de la vie, nous lisons : « Je voudrais disjoindre mes

chairs et séparer mes pantalons, envoyer mes deux yeux à l’Ouest et deux à

l’Est, perdre une oreille au Nord et les trois autres au Sud, bras à gauche, bras

en bas, bras à droite, bras en haut, continuer à me jeter jusqu’à n’avoir plus

personne au milieu. La foule des bêtes viendrait s’attrouper autour du centre

pour voir moi tout seul tourner sans aucun membre et m’adresser sans parler à

l’Humanité des bêtes à six pieds. »4

C’est comme si notre corps était partout et traversait les époques,

Comme l’indique Oida Yoshi : « En un sens, nous existons dans une trame de

temps et de l’espace. Nos corps sont situés à la confluence du nord, du sud, de

l’est, de l’ouest, du haut, du bas, de la droite, de la gauche, du passé, du futur,

de la naissance et de la mort. »1

1 L’APPAREIL DE LIPOMASSAGE (OU ÉQUIPEMENT MINCEUR) WELLBOX, Valère. Vous qui habitez le temps. Paris : P.O.L, 1989, p.92.

2 Le Drame de la vie. Op.cit., p.25.

3 CARLIER, Christophe et GRITON-ROTTERDAM, Nathalie. Des Mythes aux

mythologies. Paris : Ellipses, 1999, p.51.

4 Le Drame de la vie. Op.cit., p.216.

1 OIDA, Yoshi avec la collaboration de Lorna Marshall. L’Acteur invisible. Op.cit., p.44.


1.1 La tête et le cerveau

Elle personnifie l’esprit, compte tenu du corps qui symbolise la

matière : « La tête symbolise en général l’ardeur du principe actif. Il inclut

l’autorité de gouverner, d’ordonner, d’éclairer. »1

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX affirme : « Le monde vient du crâne : non-non ! J’ai

l’impression depuis hier que mon corps cherche la mort. »2

Même texte avec un changement donnant une autre idée : «Le

monde vient du crâne: non-non! Le monde sort de mon crâne: oui-non!…Mon

crâne est tout ce qui me reste du monde.”3

Puisque L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX insiste sur la pensée, il se focalise sur le lieu

ou celle-ci est posée : la tête. Cet organe est souvent désigné dans

plusieurs textes féminins comme une “pierre”. Dans Je Suis :

« J’ai de plus en plus de peine à supporter toujours l’idée de mon crâne sans

cesse en moi comme une pierre au milieu de la figure »4

« Notre crâne qui est en nous comme une pierre au milieu de la pensée » 5 (Ce

qui est une parodie du « Notre Père »)

Ou: - « Mon propre crâne et comme la pierre de la tombe toujours en prière au

milieu de ma pensée »

Dans Suppôts et Suppliciations d’Artaud, la même pierre est

évoquée relativement à la boîte crânienne : « L’homme tient la pierre volée à

certaine place du crâne », plus tard, il cite « cette pierre a une aura qui est

l’être…cette pierre agueusie »1

1 MARZANO, Michela. Dictionnaire du corps. Op.cit., p.943.

2 L’Espace furieux. Op.cit, p.134.

3 Je Suis. Op.cit., p.212.

4 Je Suis. Op.cit., p.160.

5 Ibid., p.207.

1ARTAUD, Antonin. Suppôts et Suppliciations. Paris: Poésie/Gallimard, 2006, p.213.


Dans l’Opérette imaginaire, L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX reprend cette idée : « J’ai

toujours mal supporté que mon crâne soit un caillou au milieu de ma pensée. Je

ne sais plus si j’pense avec une pierre. »1

Ainsi que dans Devant la parole : « L’acteur s’avance, présente son

crâne entre ses mains : c’est un caillou. Ailleurs, on voit toutes les idées de

l’homme tomber d’un coup et la pensée en venir aux mains. Sourd une fontaine

de sang.»2

Pourquoi “pierre” ? En cherchant le symbole de ce mot dans Le

Dictionnaire des symboles, où on trouve beaucoup d’expressions pour

désigner la “pierre”, la plus proche de celle de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX est : « La pierre

occupe une place de choix. Il existe entre l’âme et la pierre un rapport étroit. (..)

La pierre d’autel des églises chrétiennes, sont les symboles de la présence

divine, ou tout au moins les supports d’influences spirituelles. »3

Il insiste sur la divinité qui est toujours en nous, le souffle, les

contraintes et les esprits descendants. Ce qui confirme que la pierre

indiquée relève du “haut ” (elle renvoie aussi au nom de l’apôtre Saint

Pierre et aux origines de la Papauté :

« Tu es Pierre et sur cette pierre, je bâtirai mon église » dit le Christ,

c’est ce texte tiré de L’Espace furieux : « Ma tête est une tête humaine. Vrai

Dieu, je me suis enlevé et arraché du monde pour te mettre au milieu. » 4

Pourquoi la tête en trois ou en quatre ?

On trouve encore ici la présence du chiffre « quatre », la tête en

quatre rappelle la dispersion de tous côtés de la tête humaine avec tout

ce qu’elle englobe (des idées, des obligations, des soucis, etc.) l’homme

est un être que beaucoup de choses fatiguent quotidiennement ; il veut

échapper au réel, se trouvant parfois figé devant les événements et les

1 L’Opérette imaginaire. Op.cit., p.99.

2 Devant la parole. Op.cit., p.46.

3 CHEVALIER, Jean et GHEERBRANT, Alain. Dictionnaire des symboles. Op.cit.,

p.751-752.

4 L’Espace furieux. Op.cit., p,138.


décisions : « Je faisais le plein tous les matins de choses avec mes mains, et je

les vidais le soir avec mes ordures, dans des sacs oubliettes. Et même n’importe

quel être au monde, même chéri par moi au maximum d’amour, m’apparaissait

une viande en plus. Je disais : idée du corps, donne-nous la mort ; et je pensais

à ma tête en quatre.»1

Et : « Je morcelais ma tête en trois, une à part l’autre, et la troisième

fixée en quoi. »2

Le “je” féminin, dans plusieurs textes, veut se libérer de sa

tête, qui est pour lui un nid de malheurs et de combats, une boîte trop

chargée où les pensées de toutes sortes n’arrêtent pas de grogner, de

grouiller et de s’entrechoquer. Dans Le Drame de la vie : « laissez-vous

enlevez cette tête qui vous gène »3 et dans l’Acte inconnu : « S’il vous plaît:

lavez-moi la tête de toute pensée et bénissez la création, toute la matière

comprise. »4

Idem à la page 153 : « ” Quelle tête! S’écrie-t-il, mais elle n’a pas de

cervelle!” il la laisse choir: le crâne se brise, du langage en sort: le public meurt

de peur d’applaudir l’acteur dans le rôle du renard. »5

On retrouve le crâne dans L’Origine Rouge ou L’Acte inconnu (on

l’écrase en criant : « Mort à la mort ! »

Ainsi que, dans plusieurs textes de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, une grande

présence de la mort et de sa banalité devant une vie pleine d’actions :

« Hélas! Des morceaux du crâne de Yoryk. Dieu appela la matière… il y eut une

lumière dans la matière; il éleva un animal proche des bêtes et lui donna à

manger la parole de ses paroles, il endormit. »1

1 Je Suis. Op.cit., p.67.

2 Vous qui habitez le temps. Op.cit., p.79.

3 Le Drame de la vie. Op.cit., p.227.

4 L’Acte inconnu. Op.cit., p.137.

5 Ibid., p.153.

1 Ibid., p.80.


C’est peut-être une référence à Shakespeare et à Hamlet devant

le crâne de Yorick dans la scène du fossoyeur, qui occasionne l’image

célèbre d’Hamlet fils tenant le crâne de Yorick, réfléchissant sur la

nature de la mort et de la vie. Cette scène connue attire évidemment

l’attention sur l’idée d’une division, montrée physiquement à travers

l’image d’Hamlet en face de la mort, le regard fixé jusqu’aux orbites sur

le vide du crâne. On voit là-dedans une reprise formelle (le crâne

humain) et une différence de contenu (le crâne d’Hamlet, plein et vivant

à l’opposé de celui de Yorick, vide et mort : « Hélas ! Pauvre Yorick ! Je l’ai

connu, Horatio, c’était un garçon d’une drôlerie infinie (..) cela me fait horreur d’y

penser ! Mon coeur se soulève. Ici pendaient ces lèvres que j’ai embrassées tant

de fois. Où sont à présent vos facéties, vos cabrioles, vos chansons, vos

explosions de joie qui faisaient rire toute la table aux éclats ? Plus une blague à

présent pour vous moquer de votre propre grimace ? Plus que cette mandibule en

berne (….). »1

On croise encore des têtes vides (« bêtes vides » dit L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX) dont

les réactions envers toute chose sont nulles, faites d’inertie, qui ne

pensent à rien ou ne veulent rien changer « enlevez-moi cette tête que je

la consacre à rien. »2

Dans L’Inquiétude : « Ainsi, nous les natifs, nous sortons toujours de

nos vies la tête vide. Nous sommes dans l’air avec des têtes avant-arrière, si

pleines de poussière, que nous n’avons plus que la pensée qui s’en maintienne.

Père, qu’avait à faire toute cette terre-ci avec nous? Elle était notre chair, homme

annulé, notre chair, fils de l’homme annulé, notre chair, animal-né, notre chair,

d’omnimal omnidé. »3

1 SHAKESPEARE, William. Hamlet. Paris, Gallimard, 2002, Acte V, scène I, p.307-309.

2 Le Drame de la vie. Op.cit., p.172.

3 L’Inquiétude. Op.cit., p.42.


Dans l’Acte inconnu : « votre cerveau que vous essayez maintenant de

toucher en vain à travers l’os inutile de votre front est une maison déserte et

vide. -pourquoi aurions-nous situant? Tellement souffert d’être en boite. »1

Cependant, ces têtes se révèlent penseuses : « Quand je regarde au

fond de ma tête en silence, je pense que mon coeur est une bête qui rugit à mon

cou. Ainsi, au fond de mon coeur, je me repens parfois d’avoir perdu. Mais

cependant ma tête pense parfois. Elle pense avoir perdu parfois plus que sa

tête. Mon coeur est une bête qui reçoit, logée par erreur dans une bête qui s’est

trompée. »2

Dans ce passage, les fils de la pensée sont coupés et on parle

plutôt du sol et des pieds : « Ô mon cerveau dans moi, tu es la seule partie de

mon corps que je ne sens pas! Cerveau, cerveau, es-tu hors de moi? Réponds,

cerveau crevé! Siège de ma pensée, est-ce sur toi que ma pensée assise…mais

non, ma pensée marche: cerveau, cerveau tu ne peux être le siège de ma

pensée: le siège de ma pensée sont mes pieds. Les pièges de la pensée sont les

trous dans le sol. »3

Dans cette maison (une “demeure fragile ”) le lieu le plus chargé,

le plus étrange (une “pierre de folie ”) est le seul qu’on ne peut sentir, ni

alléger. Et dans Le Drame de vie : « ô mon cerveau, trou vivant, tu es dans

moi le seul endroit de mon corps que je ne sens pas »4

Et qui lui fait peur : « Je veux retourner dans ma tête en os où j’ai

peur »5

Chaque tête a ses visions et ses idées à elle seule qui parfois

n’appartiennent même pas au corps. Ce sont les têtes humaines qui

sont des mondes propres à eux-mêmes :

1 L’Acte inconnu. Op.cit., p.42.

2 L’Espace furieux. Op.cit., p.61.

3 L’Origine rouge. Op.cit., p.108.

4 Le Drame de la vie. Op.cit., p.68.

5 L’Acte inconnu, Op.cit., p.69.


« Le cerveau anticipe et détermine les conditions de l’action tandis que le

corps interagit avec l’environnement. La chair de cerveau est celle d’un corps

biosubjectif : construit par l’interaction corporelle, chaque cerveau est singulier et

définit ses émotions et ses représentations selon l’incorporation dynamique »1

C’est exactement ce que défend L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, une recréation du corps

et cerveau, tant qu’il est le membre directeur de toutes les pensées : « Je

veux fabriquer mon cerveau. »2

Il regrette de ne pas vivre les grands malheurs mentaux, parce

que selon lui, on pourrait considérer ces malheurs comme formateurs

de l’intelligence et de l’expérience. Le mal constitue une partie

essentielle de la vie que l’homme doit exercer pour se contenter de soi

même et de ses compétences. Une personne qui vit toujours aisément,

ne pourra jamais bien goûter le sens des délices : « J’ai dû reconstituer

mon cerveau et vivre de grands malheurs mentaux, et me voici, à l’heure

d’aujourd’hui, devant vous et pour toujours, simple et stupide. »3

La présence de l’autre est indispensable dans la vie de chacun,

même si cette présence a des effets négatifs. Le mélange de la fragilité et

de la rigidité a occupé une place considérable dans la tête du

personnage féminin : « À l’abri d’autrui! Appuyée sur son rocher! Ma tête

est un roseau! Dont le trou est en acier! »4

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX montre que, même avec la tête qui pense et les yeux qui

analysent, il y a toujours des choses incompréhensibles, hors du

toucher ou de la visibilité humaine : « J’ai vu par mon trou à cerveau que

beaucoup de choses dépassaient mon cerveau. J’ai trois trous qui sont nés dans

ma face dès que j’ai vu les choses. »5

1 ANDRIEU, Bernard. Le dictionnaire du corps en sciences humaines et sociales, préface

de Gilles Boëtsch. Paris: CNRS éditions, 2006, p.373.

2 Le Drame de la vie. Op.cit., p.248.

3 Ibid., p.249.

4 L’Inquiétude. Op.cit., p.31.

5 Vous qui habitez le temps, Op.cit., p.49.


Ainsi L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX constate le réel énormément surchargé que vit

l’homme de nos jours. Il nous rappelle l’histoire de l’homme des

cavernes, qui se réfugiait en elles pour se protéger des dangers

extérieurs : les dangers contemporains deviennent intérieurs. L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX

essaie d’échapper à ce monstre qui niche au-dedans. Citons L’Espace

furieux : « J’avais de plus en plus mal à vivre avec mon cerveau ; j’avais de

plus en plus mal à vivre dans un lieu démontré par les mots ; ma pensée était

une misérable lumière, et ma tête au-dessus, sa borne, et mes cheveux, leur

désespérant fanion à tous deux. »1

Ainsi la tête est le lieu où se prend la décision de réaliser

certaines actions de L’Espace furieux : « Le monde sort de mon crâne : oui-

non ! Le monde sort du crime : oui-oui ! André, ton crâne est en toi comme un

reste du monde d’avant. Mon crâne est tout ce qui me reste du monde d’avant. »2

Dans L’Origine rouge, le personnage du corps déclare : « Vieux

placard de ma vie: ouvre-toi. Je me mets une autre tête à la place de mes traits ;

je me revêts de cette nouvelle tête-là que voici. Mon cerveau est bien plus haut

que moi. »3

L’auteur se focalise sur le cerveau en tant qu’organe qui se

manifeste comme la clé sur laquelle reposent notre perception et notre

notion de nous-mêmes et d’autrui. A la page 26 de Le Discours aux

animaux : « J’avance dans la vie, en hominien débutant, en enfant analphabète

des villes et des champs, cerveau arrière en trois mains devant, et toute la

gauche partie du corps qu’ignore la droite. Ma tête était enténébrée encore

passablement, car juste à peine sorti vivant d’une diphtérie galopeuse, je tombe

dans une otite dont j’espérais plus rien. » 4

1 L’Espace furieux. Op.cit., p.63.

2 Ibid., p.135.

3 L’Origine rouge. Op.cit., p.18.

4 Le Discours aux animaux. Op.cit., p.26.


De même : « Le sang noir dans la cavité des yeux est en ombre: la face

est creuse et la tête humaine s’achève en crâne.»1

-« Voulez-vous me donner votre corps à mélanger au mien ? afin qu’il

naisse de moi ou de vous un jeune et nouveau cerveau qui deviendrait

un jour muet et nous tuerait. »2

La valeur de l’homme se détermine par ce que contient sa tête. De

sorte qu’on définit l’homme à travers ses connaissances et ses savoirs :

« la tête de l’homme est un cuiller qui tient pas droit dans une soupe où

bourdonne aucune mouche; la tête de l’homme est une valise qui tient pas droit

dans une poubelle qui ronchonne; la tête de l’homme est une abeille qui tient pas

rien; la tête de l’homme est une serviette qui tient rien dans une mouche qui

dépasse; la tête de l’homme est un pied qui chante faux; la tête de l’homme est

une valise qui tient pas droit dans une poubelle qui ronchonne; la tête de

l’homme est une abeille qui tient pas droit dans une ambulance qui bourdonne;

la tête de l’homme est une serviette qui tient pas droit dans une voiture qui

dépasse; la tête de l’homme tient pas droit dans un tiroir rouge. »3

Ce que nous héritons de tous les siècles, c’est le suc des têtes de

nos prédécesseurs, qui nous transfèrent la totalité de chaque moment :

« Cette tête d’homme en os représente la tête du monde. »4

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX a recours aux ressources de la théâtralité pour arriver à

une nouvelle écriture dramatique, personnelle et spécifique, incitant le

spectateur à imaginer un sens là où il n’y en a formellement pas : « À la

représentation d’une pièce de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX on croit sortir de son propre corps à force

d’incarnation. On a l’impression de découvrir l’intime figure du monde tel qu’il

nous demeure ordinairement caché : d’autant plus réel qu’il n’est pas

possible. »5

1 La Scène. Op.cit., p.62.

2 La Chair de l’homme. Op.cit., p.359.

3 Je Suis. Op.cit., p.169.

4 Le Drame de la vie. Op.cit., p.131.

5 JOURDE, Pierre, La Littérature sans estomac. Op.cit., p.37.


Le visage est indiqué par L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, il se manifeste par le masque,

souvent remplacé par les mots « face » et « figure » qui englobent parfois

la personne en totalité. C’est un livre à déchiffrer, hermétique et derrière

lequel l’être humain s’exile pour cacher plein de secrets : « Chacun de

nous sait très bien que l’homme est celui qui réinvente sans arrêt son visage, qui

se recrée et renaît en parlant.»1

Il écrit: «Son regard est d’une simplicité incompréhensible. Chaque tête a

été formée. Chaque visage est fait de terre, oui de terre, de chair qui deviendra

terre, mais comme une pièce unique portant pour toujours l’empreinte négative

d’une main… Olivier, donne ta chair au vide: Allez jette-le!»2

Le visage est une partie très importante qui joue un rôle central à

la fois pour la conscience de soi, à travers la reconnaissance de son

propre visage dans le miroir, et pour l’intersubjectivité, à travers les

émotions que nous transportons sur nos expressions faciales. Nous

identifions bien par le visage les personnes de notre entourage.*3

Bien sûr que c’est au travers du visage que l’on peut lire ce que

veulent dire ses traits : « J’avais rien chaque matin dans la glace, que ma

face au milieu du miroir de ma figure. Je ne voyais aucune lumière, même dans

le fond de ma poussière, quand je nous considérais.»4

Le visage est le lieu de l’identité humaine (idée que développe

notamment Levinas dans Éthique et Infini disant : « Le visage est ce qui

nous interdit de tuer. [...]Le visage est signification, et signification sans

contexte. Je veux dire qu’autrui dans la rectitude de son visage, n’est pas un

personnage dans un contexte… le visage est sens à lui seul. Toi c’est toi. »5

C’est par ses traits que l’être humain se voit nommé, favorisé ou

déshonoré :

1 Le Vrai sang. Op.cit., p.31.

2 L’Acte inconnu. Op.cit., p.158.

3 Voir: MARZANO, Michela. Dictionnaire du corps. Op.cit., p.174.

4 L’Espace furieux, Op.cit., p.96.

5 LEVINAS, Emmanuel. Éthique et Infini. Paris: Éditions Le Livre de Poche, p.79-80.


« Son individualité s’incarne dans son visage (..) Le visage est toujours ce

qui permet la rencontre, l’échange de regards, le surgissement de la parole. Il

est une sorte de tracé, une carte à déchiffrer (..), il n’est jamais une simple

surface extérieure. Il manifeste à la fois l’unité et la complexité de chaque

individu »1

C’est à partir du visage qu’on émet nos jugements sur le caractère

des gens : « C’est par hasard, et au hasard des trous placés d’aventure dans

nos faces qui sont dans les visages qui sont à notre place que nous nous

entrevoyons entre nous par des yeux. »2

Le visage est considéré comme un élément sensible et flexible aux

effets de l’environnement : « Car le visage de l’homme n’est pas un pot à

tendre bêtement aux projecteurs et objectifs des photographes, mais une surface

qui doit se déchirer, une face transfigurée et saisie par-dedans qui doit trembler

en deux par force qui la prend et la pose hors d’ici. »3

Et : « Nous sommes reconnaissables par la pensée qui recouvre notre

visage. Notre pensée est une peau pour notre visage comme notre peau est une

pensée pour notre corps. »4

C’est dans ce texte que L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX insinue que l’impureté intérieure

se voit sur le visage qu’on essaie de cacher : « L’homme est trop laid: je vois

ça dans votre visage.»5

Dans le théâtre féminin, le visage humain n’indique pas grand

chose : il est mis en valeur mais plutôt en tant que masque, face de

bois, figure de pantin. Pour citer Brook : « L’acteur met son visage, et d’une

certaine façon il s’est débarrassé d’un de ses propres masques. Le masque de

chair disparaît et l’acteur entre en contact étroit, en contact épidermique, avec un

1MARZANO, Michela. Dictionnaire du corps. Op.cit., p.974-980.

2 Vous qui habitez le temps. Op.cit., p.53.

3 Pour Louis de Funès. Op.cit., p.135.

4 PARANT, Jean-Luc. Les Yeux au monde. Paris : Fata Morgana, 2003, SP.

5 L’Origine rouge. Op.cit., p.173.


visage qui n’est pas le sien, mais celui d’un type d’homme très fort, essentiel. Sa

capacité d’être comédien lui fait saisir qu’il peut être ce personnage. »1

1.2 La bouche

Le personnage le plus célèbre des premières oeuvres de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX

est M.Boucot et sa femme Bouche, c’est lui qui porte la parole tout au

long du récit : « Boucot dort jamais, Boucot meurt jamais. Cruauté de ses

mouvements de langue, de lèvres, de dents, dur travail des muscles de la

bouche-boucot, mouvements des lèvres sur les dents, sans que ça bouge la

mâchoire, sans que ça agite le corps. Il y a des moments où tout Boucot n’est

que dans la bouche, l’articulation méchante, la morsure, déglutition. Boucot

souffre beaucoup. Dentition labiale. »2

Ce personnage, comme son nom l’indique, a à voir avec la parole :

il incarne une parole dangereuse, qui oppresse, soumet autrui. C’est

par la bouche que Boucot arrive à ses fins, par sa maîtrise du langage

et de la rhétorique, indique L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX dans Lettre aux acteurs : « Boucot-

bouc Satan (..). Boucot et Madame. Cruauté articulatoire. Carange langagier »3.

Son oppression porte sur le corps des employés (qui sont fatigués,

maigrissent et ressentent un malaise fondamental). On y trouve : « La

langue et le corps, châtié des uns, désarticulé des autres représentent

théâtralement le drame de la vie : les jeux de langage, l’oralité patoisante des

employés, la valse des patrons, la bourrée des employés, tout concourt à

illustrer cette comédie cruelle… dans ce théâtre de la parole, la Bouche est en

réalité le personnage central. »4

Ce personnage fait allusion à Ubu jarrien, qui s’impose à travers

ses paroles. Citons : « Si Ubu pouvait se résumer à son ventre, Boucot se

1 BROOK, Peter. Points de suspension. Op.cit., p.311.

2 Lettre aux acteurs. Op.cit., p.12.

3 Ibid., p.11.

4 GUERIN, Jean Yves. Dictionnaire des pièces de théâtre françaises du XXe siècle.

Paris : Honoré Champion, 2005, p.55.


réduit ici à une embouchure. Une grande gueule vociférante engloutissant sur

son passage tous les discours mal embouchés. » 1.

Le discours ou plus précisément le vocabulaire risque d’être

source de malheur de son émetteur : « C’est mon vocabulaire qui m’a causé

du tort. C’est rien que mon vocabulaire qui m’cause ces souffrances

extraordinaires…. La bouche qui parle sera tue; ta bouche par une poignée de

terre, un jour bouchée elle aussi. On m’a forcé à tout commettre de force.»2

Nous sommes conscients de l’importance de cette partie du corps

humain dans la vie quotidienne puisqu’elle est le « membre » de la

parole – mais aussi celui de la nourriture (ou “mangeage ”, “ mangerie”

comme dit L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX) -, bref un organe essentiel. Au fond, le moyen de

contact de la personne avec le monde, c’est la bouche. C’est à travers la

bouche qu’une personne est en paix ou en guerre, et en accord ou pas

avec le cosmos :

« L’Enfant des Cendres : Est-ce que ma bouche tient bien dans mes

paroles ? […] Et mes deux yeux toujours au visage trouant sont là. Trois trous

toujours abominablement mis dans la figure. J’ai une seule bouche au milieu :

c’est elle qui me noue tout autour pour parler. »3

C’est à lui qu’on peut rendre toute la force de construire, détruire,

de calmer ou d’aggraver : « Le corps humain réellement pris dans le drame

inventé par la bouche humaine. »4

Aussi : «L’homme n’est pas une bête qui s’exprime mais celui qui se

recrée en parlant. Il sort de mort en parlant, suspendant le monde par

l’ouverture de sa bouche.”5

1 RAMAT, Christine. Le Carnaval des langues, in Le Théâtre de Valère L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, sous

la direction de Louis Dieuzayde. Aix-en-Provence : PUP, 2004, p.95.

2 Je Suis. Op.cit., p.219-220.

3 Ibid., p.8.

4 Pendant la matière. Op.cit., p.121.

5 Ibid., p.119.


Dans le texte que nous allons citer, L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX nous montre

l’inaptitude de certains qui se trouvent dans une situation où la bouche

a vraiment une mobilité réduite :

« Les employés n’ont pas de bouche. Trous sans fond eux aussi, mais

dans l’autre sens. Renversés. Anus sans bouche, bouche sans anus. Aucun des

« personnages » de l’Atelier volant ne jouit de ces deux organes essentiels à la

fois. Aïe, aïe ! Employés ventres, clous dressés, ils parlent du ventre, des

muscles d’en dessous. Muscles buccaux de Boucot, muscles du dessous des

employés. Les employés ventriloques, face à Boucot articulateur. Leurs paroles

montent du bas, poussées par les muscles du bas. »1

De même : « La bouche est inutile quand nous absorbons sa pâture. »2

-« Pour l’instant, nous avons deux voix : une à gauche, un à droit. Deux

oreilles : une à gauche et à l’endroit. La troisième de nos bouches est enfouie et

se cache à l’intérieur de nous. »3

Dans le texte qui suit, L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX rappelle peut-être Eve et la

tentation du Serpent selon la Genèse et Satan selon le Coran, pour

manger le fruit de la connaissance : -« Appelle et rappelle que le monde nous

vient d’une parole sortie de la bouche d’une femme. »4

La bouche symbolise parfois les relations entre les deux sexes et

la première entrée de la composition de la race humaine ; la rencontre

des deux lèvres représenterait une image symbolique de la rencontre

entre les deux acteurs de la vie quotidienne (l’homme et la femme). C’est

un “ trou” (ce mot revient souvent chez L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX) primordial, essentiel :

« Le corps c’est d’abord, pour la présence, la bouche parce qu’en elle a été

vécu le premier plaisir et la bouche est l’organe de la relation. C’est pourquoi le

1 Lettre aux acteurs. Op.cit., p.13.

2 Le Drame de la vie. Op.cit., p.193.

3 La Chair de l’homme. Op.cit., p.491.

4 Pendant la matière, Op.cit., p.36.


buccal est pour l’existant toujours plus que ce qui concerne cette région de son

corps, il est le ce par quoi la présence atteint le monde. »1

La bouche peut évoquer une autre image, la recherche des désirs,

cet organe qui est multifonctionnel. La parole, la nourriture, l’amour,

etc. Ces éléments sont bien liés à la bouche : « Toute la bouche est la faim

de quelque chose de meilleur que la lumière. »2

La bouche symbolise parfois le non-dire, le fait de ne pas

participer ou choisir d’être neutre et de garder le silence devant les

événements : « Il y a en moi une bouche en bois qui attend et on lui fait mal

avec un trou mis en section au lieu et place du monument. »3 .

Dans La Chair de l’homme : « Il y a seize ans que ma bouche est fixée

au milieu du sommet de mon corps et se tait. Si nous n’avions plus de bouche à

force d’entendre ce parlement, nous parlerions le reste avec des sifflets de

parlage dans notre tête grossière. Mais voici les yeux ! Nous demandons ici au

monde qu’il reste uniformément les yeux fixés sur nous et qu’il devienne : celui

que voici. » 4

La bouche est évidemment liée à la pensée, comme si L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX

veut dire “mettre la pensée à la bouche ” « Une fois dans la bouche, et loin

de nos yeux, les choses que nous avalons vont profond dans notre corps: au

trou le plus profond, est-ce notre regard que nous mangeons? Est-ce les yeux

que nous voyons à nouveau? Hé les garçons? Avez-vous les yeux dans le ventre,

ou est-ce par la bouche de notre langue venue dire quelque chose, que nous

dévorons maintenant toute la pensée? »5

1.3 Les yeux

Dans Je suis à la page 125 L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX nous apprend à ne pas

toujours croire ce que disent les yeux (on peut se laisser tromper par les

1 CHIRPAZ, François. Le corps. Op.cit., p.28.

2 Pendant la matière. Op.cit., p.123.

3 L’APPAREIL DE LIPOMASSAGE (OU ÉQUIPEMENT MINCEUR) WELLBOX, Valère. Le Repas. Paris: P.O.L., 1996, p.4.

4 La Chair de l’homme. Op.cit., p.43.

5 Le Repas. Op.cit., p.109.


apparences de beaux visages) : « Mes yeux se sont trompés de vue, j’ai que

deux trous pleins museau qui voient faux ».

Cette “ critique des yeux ” et des apparences (souvent trompeuses)

rappelle un peu l’approche des philosophes sceptiques de l’antiquité

grecque. Mais l’auteur propose aussi ce développement original: « C’est

en fait un organe de la vision intérieure, et partant une extériorisation de l’oeil

du coeur. (..) L’oeil humain comme symbole de connaissance, de perception

surnaturelle, possède parfois d’étonnantes particularités.»1

Dans les passages qui suivent, les yeux sont présentés de façon

étrange, un peu comme chez le poète-plasticien Jean-Luc Parant (que

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX connaît très bien et qui a écrit beaucoup de textes

appartenant au recueil publié chez Corti), ce poète est obsédé par les

yeux: « Nos yeux nous montrent le monde à la lumière et les dessins dans leur

éclat, comme un ouvrage qui aurait été extrait de terre, comme s’il s’agissait

d’un trésor enfoui que les yeux feraient surgir au-dehors. Les yeux nous font

découvrir le monde et ses empreintes comme un ouvrage qui aurait été découpé

puis ciselé si minutieusement que les mains en auraient seulement gardé

l’empreinte là où les yeux en auraient capté le monde contenu par lui. »2

Tout dépend de ce qu’on voit, c’est sur ce sens que jouent les

autres sens : « Il n’y a plus d’yeux mais le corps entier comme un oeil. Les

pieds, les mains, les muscles, nerfs, sexes, les boyaux intérieurs des tubes qui

voient, il est la main d’une vue, l’objet d’un son tactile, touché et visité. Il voit la

main de vision au-dessus de sa tête. Il ne parvient plus à se déplacer qu’en

pensée. »3

À travers le temps, on arrive à atteindre, grâce aux yeux, la vérité

ou l’essence des choses :

1 CHEVALIER, Jean et GHEERBRANT, Alain. Dictionnaire des symboles, Op.cit.,

p.686-687.

2 PARANT, Jean-Luc. L’infini dans l’infime, in Théâtre du verbe. Op.cit., p.310.

3 L’APPAREIL DE LIPOMASSAGE (OU ÉQUIPEMENT MINCEUR) WELLBOX, Valère. Entrée dans le théâtre des oreilles, in Théâtre des paroles, Paris,

P.O.L., 1989, p.68.


« Les vrais yeux, par où passe la vraie lumière de notre visage, notre

visage ne les porte pas pour les voir. Sans lumière nous sommes cependant les

enfants de la lumière. La lumière passe avec le temps et en même temps sur

nous.”1

Ce membre dont mérite toutes les attentions des poètes, des

outil qui permet de retrouver une silhouette parfaites : « Avec nos yeux nous passons notre corps par les trous si petits que

nous avons l’impression que de l’autre côté est un autre monde où nous voyons

le jour »2

L’oeil est la clé de toutes les beautés qu’on sent ; avec les yeux on

voit tout, même les choses qu’on n’arrive pas à rattraper, avec les yeux

elles deviennent nôtres. Le doigt complète ce que les yeux nous

donnent, avec les deux on touche cette beauté, on touche les choses

qu’on aime et comme ça on arrive à sentir le bonheur, voir toucher.

C’est vrai que parfois avec les yeux nous voyons le bonheur qui nous

manque!! Cela, par exemple, quand on voit ce bonheur mais on n’arrive

pas à le toucher. Mais les doigts compensent, on touche le bonheur

avec, on touche le corps de celui qu’on aime :

« L’oeil est le toucher des choses lointaines, il éprouve distance, manque,

vertige – et en même temps beaucoup de joie pour le lointain. Le doigt lointain de

l’oeil touche du doigt tout ce qui manque. IL n’y a pas que les étoiles qui ne

soient pas là. L’oeil sait qu’il ne voit que des choses absentes. Il touche du

regard non le présent mais le temps. »3

Jean-Luc Parant met l’accent sur les yeux, son objet d’attention : «

Avec nos yeux seulement, avec nos yeux qui s’ouvrent dans l’espace comme si

nous avions vu dans l’espace de notre tête, nous allons là où notre corps

mettrait des jours et des nuits à marcher pour atteindre ce que nous voyons. »4

1 L’Espace furieux. Op.cit., p.46.

2 PARANT, Jean-Luc. Les yeux, les boules, les boules, les yeux. Paris: Réunion des

musées nationaux Digne, 1999, p.46.

3 Pendant la matière. Op.cit., p.110.

4 PARANT, Jean-Luc. Les yeux nouveaux. Castellare-di-casinca : Lettres vives, 2005,

p.101.


Les yeux sont souvent considérés comme les fenêtres de l’âme et

les donneurs de la lumière : « OEil, adieu oeil, lance à la lune ta dernière

ovation, elle ne donne plus aucune lumière, elle est déjà battue, elle est déjà

lointaine, blanche quasi comme une fesse. »1

Et dans devant la parole, l’âme devient l’oeil du corps : « Nous

n’appréhendons, au plus près, ni par les yeux ni par les oreilles mais par la

respiration. Il y a oeil du corps. »2

Aussi : « Les yeux de celui qui nous regarde : y nous r’ garde! …

Seigneur, renouvelle Adam! Refais toute ta création à l’envers, inverse tout à

l’endroit sous nos yeux! Pardonne, Seigneur qui nous vois, pardonne nos

silences, nos actions inutiles, nos paroles de trop, pardonne, Seigneur public!»3

Selon les mystiques, l’oeil est l’essence de Dieu, il indique la

supra-existence divine : « Il y a au fond du monde un oeil de vrai qui veille

quand on le voit pas: je ne peux pas le voir, j’aime encore mieux prier les bêtes

qui passent tout haut. Herbes, pierres et brindilles c’est à vous que je confie de

garder en pensée l’image restée en vue de mon corps imbécile. »4

L’existence de la divinité est aussi symbolisée par l’oeil : « Le

troisième oeil indique la condition surhumaine, celle où la clairvoyance atteint sa

perfection, ainsi que, plus haut, la participation solaire »5

1.4 Les oreilles

Associée à ce membre, l’importance de l’écoute. Il a une grande

complicité avec la parole, parce que c’est lui ensuite qui entend ce qui

se parle, ce qui est dit et compris, et distingue le bien du mal.

Paul Claudel écrit dans L’OEil écoute : « L’auditif est par excellence

l’organe de la foi »

1 Le Babil des classes dangereuses. Op.cit., p.302.

2 Devant la parole. Op.cit., p.173.

3 L’Acte inconnu. Op.cit., p.180.

4 L’Inquiétude. Op.cit., p.24.

5 CHEVALIER, Jean et GHEERBRANT, Alain. Dictionnaire des symboles, Op.cit.,

p,687.


Dans le Drame de la vie, L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX (qui les appelle parfois

“orilles”) les caractérise comme un membre qui n’entend que l’intérieur

de soi-même, ce dieu dont a parlé Lise Bourbeau dans son livre Ecoute

ton corps encore, et qui réside là : « J’ai les oreilles débouchées par un grand

trou arrière. »1

L’oreille est le lien de l’homme avec le monde extérieur, lorsque la

personne est à l’écoute, elle sent le fil de l’entourage. L’ouïe est la

meilleure façon de comprendre et d’apprendre à parler à travers le ton.

On comprend mieux une phrase dite avec intonation qu’une phrase lue

sans ponctuation : « Je déclare ici à l’intérieur de mon professeur de pensée et

devant mon oreille témoin : que mon cerveau fut en action, et ma pensée, par

viande et émission, alla si loin, qu’ayant quitté trop tôt mon petit dispensaire

par-derrière_ petit chien du sujet logé dans Jean Ibref »2

Dans le dictionnaire des symboles L’oreille : « (…) symbolise

l’obéissance à la parole divine ; c’est pour avoir entendu, au sens plénier de

comprendre et d’accepter, l’annonce qui lui était faite que Marie, librement,

conçut le Messie. L’oreille est ici l’organe de compréhension. »3

Les oreilles jouent parfois le rôle des yeux, ce qui affirme Maria

Bignamini : « L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, qui demande au lecteur-spectateur de « voir avec les

oreilles », peut à juste titre être rapproché des poètes et des prophètes, situé

entre l’écoute et la production du son. »4

On ne voit pas les désirs seulement avec les yeux, on les voit par

les oreilles en entendant les belles expressions qui décrivent les choses

qu’on aime, ou même par le nez quand on sent un parfum qui nous fait

rêver à ce qu’il cache! : « J’ai trois grands trous dans mon visage. Trois

grands yeux qui voient rien du tout

1 Le Drame de la vie. Op.cit., p.65.

2 L’Avant dernier des hommes. Op.cit., p.76.

3 CHEVALIER, Jean et GHEERBRANT, Alain. Dictionnaire des symboles. Op.cit.,

p.709.

4 BIGNAMINI, Maria Riccarda. L’Espace de la parole, in La voix de Valère L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX.

Textes recueillis par Pierre Jourde. Paris: L’Harmattan, 2004, p.145.


J’ai deux oreilles au voisinage »1

Et « Tes yeux te voient-ils par oreilles oui ou non? »2

Lisons une maxime fémininne : « L’homme est muni de sept trous

sur la tête : par les oreilles lui arrivent les mensonges, par ses huit yeux les

illusions, par la bouche le poison. » 3

Ici il donne une image négative de ce qu’on reçoit par les

sensations, les mensonges, les illusions, le poison, il ne faut jamais

avoir une grande confiance en ces organes, ils peuvent nous tromper,

nous apporter le malheur : « Nous sommes grands maintenant et nous avons

des oreilles en forme de huit. Voyez sa canne et son nombril et les trois yeux de

sa bouche membrue ! »4

1.5 Les mains et les pieds

Dans Le Drame de la vie, on pose la question : « d’où vient qu’on

parle? Que la viande s’exprime? D’où vient qu’on soit? Qui êtes-vous, les

pieds? »5 Le corps répond-il? Pas vraiment. C’est ce silence qui rend le

mystère du corps encore plus épais et pourtant L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX arrive quand

même à mettre tout ceci en scène et à “parler de ce qu’on ne peut pas

dire”.

Ici (comme pour les yeux, les oreilles ou la bouche), les mains

peuvent avoir des particularités étonnantes : elles peuvent être comme

des ailes qui vous emmèneront dans l’espace, etc., etc. Souvent, un

envol est souhaité, on cherche un “ déhommage ” (une sortie d’homme)

mais ce n’est pas facile.

Les mains, elles, sont souvent évoquées dans les textes de

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX.

1 Vous qui habitez le temps. Op.cit., p.68.

2 L’Avant dernier des hommes. Op.cit., p.52.

3 La Chair de l’homme. Op.cit., p.311.

4 Le Drame de la vie. Op.cit., p.243.

5 Ibid., p.9.


Dans Je suis : « ces bras, ces manches, sont comme des outils, sont

comme nos mains, sont comme sans bras: mes bras sont posés là ballant

comme des manches_ et pour aller faire quoi? »1

Selon Artaud : « la croix de l’homme écartelée dans l’espace, l’homme

aux bras ouvertes, cloué aux quatre cardinaux. »2

Selon Aristote, la main est le symbole de la faculté humaine, Les

mains représentent l’emprise sur les choses : « parce qu’elle est capable

de tout saisir et de tout tenir » 3

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX a souvent recours dans ses textes à la présence divine :

« La lumière nuit. Vue négative : une main invisible qui peint, comme dans le

Livre de Daniel où c’est une main invisible qui écrit. »4

La main qui est le symbole de la vertu et du bien que l’homme

peut accomplir, est mangée facilement par ce dernier, il réduit donc à

néant toutes les vertus attribuées à la main. Ainsi l’homme détruit

encore une fois son entourage, son monde. En la détruisant, on

condamne tout le corps à la mort symbolique : « Pourquoi mangez-vous

votre main? Parce que c’est la chose suprême à mon goût! » 5

Les bras sont les symboles du pouvoir et du soutien : « Mes bras

sont en verre; mes pensées en bois- et je vais vers vous…le corps est à outrance.

Où est le corps? »6

Ici, on trouve un signe fort de l’importance de ce membre en tant

qu’il est le membre d’authentification et des idées d’écriture créatives :

« L’organe du langage, c’est la main; la terre des mots, la voici; parce que le

langage humain est ramassée sur le sol. »7

1 Je Suis. Op.cit., p.30.

2 ARTAUD, Antonin. Les tarahumaras. Paris : Gallimard, 1971, p.63.

3 ARISTOTE. Les Parties des animaux. Paris : Les Belles Lettres, 1993, p.136.

4 Pendant la matière. Op.cit., p.55.

5 L’Opérette imaginaire. Op.cit., p.58/59.

6 L’Acte inconnu. Op.cit., p.112.

7 Le Jardin de reconnaissance. Op.cit., p.69.


Heidegger souligne que la main a une relation étroite avec la

parole : « les gestes de la main transparaissent partout dans le langage, et cela

avec la plus grande pureté lorsque l’homme parle en se taisant. »1

Même idée qu’on peut trouver dans un ver de Lamartine : « Et

sentir, à défaut de mots cherchés en vain, tout son coeur me parler d’un

serrement de main. (..) »2

Ce rapprochement entre “coeur ”, “ parler ” et “ serrement de

mains ” ressemble beaucoup à une initiative de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX. Mais lui va

encore plus loin. Le corps dont il parle est vraiment très bizarre : « Nous

avons trop de mains à la place des doigts: et des pieds, nous n’avons pas assez

de pieds! »3

Les actions de la main peuvent être autant grave que nous imaginons : «

Le personnage du corps : Je nie que je tiens quoi que ce soit qui tienne dans ma

main; je nie que je tienne une main comme ci - qui tiendrait au bout de celui-ci

mon bras; je nie qu’elle soit mienne et cependant elle est mienne, même quand je

nie que je la parle : et je nie que je la parle! « je » nie que je suis; ma main, je la

nie; je nie que je la tienne et cependant elle est mienne - mais je nie que je la

tiens. Hé toi, oui toi! Est-elle à toi? En toi?»4

La croyance laisse des traces sur sa mentalité, et il a évoqué les

mains parce qu’elles peuvent causer le mal ou le bien, elles ne sont pas

comme les yeux qui regardent sans pouvoir rien causer physiquement ;

il y a donc une dimension physique : « Je prie; je prie l’action à la main; je la

fais de mes deux mains.»5

Ce texte de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX nous rappelle Montaigne lorsqu’il évoque des

multiplicités d’opérations:

1 HEIDEGGER. Qu’appelle-t-on penser?, Traduction Abecher et G.Granel, Paris: P.U.F.,

1990, p. 90.

2 LAMARTINE, Alphonse de. OEuvres poétiques complètes. Paris: Gallimard, 1963,

p.571.

3 L’Origine rouge. . Op.cit., p 83.

4 Ibid., p.80-81.

5 Ibid., p.91.


« quoy des mains? Nous requerons, nous promettons, appellons,

congedions, menaçons, prions, nions, interrogeons, admirons, nombrons,

confessons, repentons, craignons, vergoignons, doubtons, instrusions,

commandons, incitons, encourageons, jurons, temoignons, accusons,

condamnons, absolvons, injurions, mesprisons, deffions, despitons, flattons,

applaudissons, benissons, humilions, moquons, reconcilions, recommandons,

festoyons, rejouissons, complaignons, attristons, desconfrontons, desesperons,

estonnons, escrions, taisons, et quoy non? D’une variation et multiplication à

l’envy de la langue »1

L’impact de la main réside dans le fait d’écrire la pensée et la fait

vivre sur le papier : « L’organe du langage c’est la main. J’ai l’esprit qui

touche ; tout ce qui existe dans le monde a un corps. Il n’y a rien dans l’univers

qui soit mécanique ; rien n’est matière morte. Il faut entendre l’esprit sortir

soufflé du corps. Ce qui est spirituel n’est pas hors de la matière, c’est de la

matière chantée. »2

Quant aux pieds, ils sont toujours le lien avec la terre, la stabilité

et le destin : « Nos jambes nous viennent de dessous la terre. Nos jambes ont

été de la même matière. (..) Nous marchons mais c’est accroché par les pieds à

la matière solide qui nous entoure, tirant dessus, traînant son poids ; nus,

complètement déshabillés, surgissant comme d’une coquille brisée dont les

morceaux seraient restés collés sous nos pieds. »3

Il faut faire attention et se rappeler toujours que la terre n’est faite

que des restes des corps des ancêtres : « Il prête attention à nos marches

sur cette terre qui n’est faite que des restes des dépouilles des anciens « ôte-toi

de moi, ôte-toi de moi qui marche sur mes os, ne me regarde pas d’un trou si

haut et que soient les animaux à ta place! »4

1 MONTAIGNE. Michel de. Les Essais II. Op.cit., p.454.

2 Ibid., p.62.

3 PARANT, Jean-Luc. Les Yeux l’envahissement des yeux. Paris : José Corti, 2002,

p.146-148.

4 L’Animal du temps. Op.cit., p.12.


Beaucoup de poètes arabes adoptent la même idée que L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX,

comme par exemple Abu-l-Ala al-Maari, qui a écrit dans un poème, un

vers très connu :

« Laisse tout et glisse dans la tombe!

Et que de fois avons-nous piétiné dans la poussière

Un front altier et un visage rayonnant? »1

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX a peut-être un grand désir de voyager, d’aller ailleurs, il

n’a pas assez de courage pour le faire tout seul, il demande à ses pieds

de faire le nécessaire, chez lui les organes représenteraient des êtres

indépendants de l’homme sinon il le ferait tout seul sans rien demander

aux pieds!!!

«-Charmants pieds à nos hanches vissés, prenez courage de nous porter

plus loin !»2

Le bois reflète l’immuabilité. Il est figé, les jambes et les bras en

bois! Il ne peut ni changer de place ni agir, ne peut plus faire ce qu’il

veut, et, bien sûr, cela provoque la misère pour lui : « J’ai les jambes et

les bras en bois; je porte ma croix de misère sur ma face et mon visage sur mon

derrière à la place des bois. »3

Les pieds sont le symbole d’un cheminement dans la vie, mais lui,

il a l’appréhension d’avancer, parce qu’il a mal aux pieds. La douleur

est une douleur psychologique puisqu’il sent qu’il ne sera pas vraiment

capable de continuer tout droit : « Je ressens maintenant présentement au

pied et au passé une douleur dont j’ignore la cause tant j’y souffre. Et une

satisfaction demeure à gauche malgré la future douleur à la jambe droite. Je

souffre dans mon corps sans savoir la preuve qu’il est à moi. »4

1 AL-MAARI. Chants de la nuit extrême. Traduction, présentation et calligraphie par

Sami-Ali, Genèves-Suisse : Verticales, 1998, p.14.

2 Le Babil des classes dangereux. Op.cit., p.165.

3 La Scène. Op.cit., p.170.

4 L’Origine rouge. Op.cit., p.66.


Le texte suivant met l’accent sur une idée de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX disant qu’il

ne faut pas être très sûr de ce qu’on fait, qu’il ne faut pas être

prétentieux en disant qu’on avance mais qu’en vérité on ne fait que

reculer. On pense que nous avons des pieds solides qui marchent

fermement, mais ce n’est vrai.

Beaucoup de gens pensent qu’ils sont dans le bon chemin, que

leurs pieds les conduisent bien mais c’est faux, leurs pieds s’agrippent

et ne les font que reculer : «Tes pieds ne creusent pas la terre, mais s’y

agrippent : c’est ton cerveau qui pense pour creuser ; il est une erreur pour lui de

penser que tu avances encore un trou parmi nous, alors que tu es depuis

longtemps en chose parmi les gens vivants. » 1

Dans L’Origine rouge une image bouleversée des pieds qui

marchent au-dessus de la tête : « J’attache l’homme ici et là - et je le vois par

en haut. Les pieds qui sont au-dessus de la tête de l’homme : mais oui!

Maintenant ils marchent au-dessus de ma propre tête, oui! Alors Dieu dit : Dieu

a assez fait l’homme comme ça »2

Dans Le Monologue, l’auteur s’dresse aux pieds comme des

organes d’audition : « Ecoutez mes chers pieds, mes chers pieds écoutez, je

lève cette énième patte à la santé des planches, c’est-à-dire que je souhaite que

nos planchers, au lieu qu’ils nous enfouissent, nous soutiennent et nous portent

bien dressés jusqu’au bout. Chantez, fidèles jambes, progressez de la plante,

arpentez le terrain ! Qui a osé, Madame, insulter nos satanés compas, ils sont

excellents ! Chaque patte, pour prix de l’effort méritant, récolte à chaque fois

aisément vingt-quatre à trente centimètres ! Persévérez, membres du bas,

entêtez-vous, à force de remarcher finirez bien par obtenir des locaux des

endroits des pays des régions. Galop toujours courir. »3

Pour certains penseurs, le pas est la source de l’inspiration :

1 La Chair de l’homme. Op.cit., p.162.

2 L’Origine rouge. Op.cit., p.69.

3 L’APPAREIL DE LIPOMASSAGE (OU ÉQUIPEMENT MINCEUR) WELLBOX, Valère. Le Monologue d’Adramélech. Paris : P.O.L., 2009, p.34-35.


« Le pas est l’action de faire passer l’appui du corps d’un pied à l’autre…

souvent la marche favoriserait la pensée. “ Je ne puis méditer qu’un marchant”,

écrit Jean-Jacques Rousseau »1

Nous pouvons trouver ainsi des textes singuliers qui parlent des

autres membres du corps, citons par exemple : « Mon coeur est en pierre. »2,

et pour ne pas gêner à la lecture et dans la même pièce, de la page 119

jusqu’à la page 134, une longue conversation entre les personnages

dans laquelle presque tous les membres du corps ont abordé d’une

façon bizarre et/ou comique.

Aussi : « J’ai mal à ma vessie cervicale. Ma tête obtient ses opinions par

opinion. Mes idées suivent ce que mon cervelet de pancrate leur dit. Il dit: Si ma

tête aussi passe avec, c’est qu’elle a la pantalgie. Ma tête, si elle y passe, je leur

dis reviens-y(…) L’aorte humaine en toi, c’est comme un mur contre lequel le

sang bat à plates coutures! »3

Nombreux sont les textes qui réunissent les membres du corps :

« Notre crâne qui êtes en nous comme une pierre au milieu de la pensée.

Notre bouche qui êtes en nous comme un trou au milieu de la figure. Notre chair

qui êtes en nous, comme une pensée par quelqu’un d’autre. Notre oeil qui êtes en

nous, comme une lampe du corps. Notre corps qui êtes en nous, comme la tête

des membres. Et vous surtout, notre pied qui êtes sagement dans nos

chaussures, et vous, surtout, toutes nos minutes qui sonnent des heures,

restez! »4

Voici le même texte mais avec des ajouts : « Notre crâne qui êtes en

nous comme une pierre au milieu de la pensée. Notre bouche qui êtes en nous

comme un trou au milieu de la figure. Notre chair qui êtes en nous, comme une

pensée par quelqu’un d’autre. Notre oeil qui êtes en nous, comme la lampe du

corps. Notre corps qui êtes en nous, comme la tête des membres. Et vous

surtout, notre pied qui êtes sagement dans nos chaussures ; et vous surtout,

1 MARZANO, Michela. Dictionnaire du corps. Op.cit., p.716.

2 L’Opérette imaginaire. Op.cit., p.47.

3 L’Origine rouge. Op.cit., p.39.

4 Je Suis. Op.cit., p.207.


toutes nos minutes qui sonnent des heures, restez ! Notre être qui êtes en rien,

répandissez- vous au- dessus de là- bas : au centre du sur- delà du par-delà,

plus loin, plus loin que le loin, et au-delà de tout ce qui a dépassé le trou par le

sommet du trou duquel ; par- dessus duquel et au- deçà de par- celui, de quel

au-delà, de par-delà celui- ci duquel, plus loin que par- dessus le par- deçà de

tout, et de partout, ici ut, et ici au-delà du ut, et au- delà du par-delà, ici ut. »

Prière ainsi fut faite. Prière ainsi fut vite faite. »1

Nous trouvons toujours des extraits qui réunissent les membres

du corps féminin d’une façon assez bizarre : « Le lendemain j’ai donné

mon nom à deux cerveaux, puis j’ai donné à mon nom deux cerveaux : le huit à

droite qui est bien ; a gauche à droite qui m’veut point d’mal. Je donnai à mes

membres trois prénoms et quatre noms aux extrémités qui nous servaient de

repères à l’époque : à la jambe gauche, la vilifère qui lève là-haut ; à la jambe

droite, la lupridière qui pète si bas ; en avant droit et au bras gauche, le

vélandium qui tourne avec. Plus la main une, plus la main deux, plus le membre

malin, plus les deux autres dont l’une en moins, plus la préhensible qui lâche

tout. Au sommet de la bouche, j’avais mon trou par où je voulais partir sans fin.

J’avais mes cerveaux deux à deux depuis trente ans mis dans ma tête dont

l’une seule des trois fonctionnait. Et toi garçon ? »2

De même dans L’Acte inconnu : « Apportez maintenant les fontanelles:

cinq sources: bouche, oreilles, mains: par où verser sang, eau, la parole et les

mots. Matière, ô ma mère verbale, ô ma matière dont je suis faite, mes bras, mes

membres en tissus et chair, et vous les quadrillateurs d’espace, mes dix doigts,

vous me contenez en vain! … Le saint contact de la matière du monde avec ma

matière invisible dans la tête de ma pensée, je ne le retrouve qu’ici. Je porte

cette main de bois à mon front. Je vénère la matière telle qu’elle est, et tous les

restes dont la matière fut faite. »3

À quoi servent les membres du corps ? Pourquoi ce désordre ?

1 L’Espace furieux. Op.cit., p.131/132.

2 Vous qui habitez le temps. Op.cit., p.35.

3 L’Acte inconnu. Op.cit., p.115.


2. Le corps insensé

Chez L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, pas de psychologie et peu d’idées (même s’il y en a

quand même): c’est plutôt un théâtre de mots, de paroles. La cohérence

des personnages est presque annihilée :

« La liste des qualificatifs rend compte de la difficulté d’inscrire cet

inlassable explorateur des confins du langage et des expressions artistiques

dans les cadres habituels des nomenclatures. Pourtant, dès ses premières

oeuvres, Valère L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, affirme la même exigence, celle d’une pensée, nourrie

de textes sacrés, de poésie et de philosophie, qui tente d’opposer à l’ordre du

monde tel qu’il est et à ses langages de surface des actes fondateurs, de nature

libertaire, qui explorent les profondeurs de l’être et redistribuent, sur une autre

scène, les rôles du theatrum mundi. Cette reconstruction procède d’abord par

accumulations, entassements, concrétions. Toute une tectonique textuelle en

mouvement, emportée dans les dérivés de ressacs incessants, charrie les noms

recomposés de nouveaux inventaires et de nouveaux peuplements. »1

Nous amorçons ici toute une réflexion sur l’originalité du théâtre

féminin (par rapport à un théâtre normal, classique ou habituel) :

« L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX se tourne vers un théâtre de recherche, d’expérimentation….Nous

sommes conviés au grand théâtre de la langue: un théâtre d’opération où le

corps de la langue maternelle est furieusement éventré, jusqu’à exhiber ses

origines et ses dessous. »2

Chez L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, le corps n’est pas seulement étrange: il est

étranger à l’homme. Il ne nous appartient pas vraiment: d’où nous

vient-il? L’imaginaire dans ce corps provoque les multiples formes qu’on

peut découvrir en l’être humain :

1 BEAUMARCHAIS, Jean-Pierre de et al. Dictionnaire des outil qui permet de retrouver une silhouette parfaites de langue

française. Paris : Larousse, 2001, p.1331.

2 Dictionnaire encyclopédique de la littérature française. Op.cit., p.718.


« L’acteur, par sa voix, son corps, ses gestes, ses paroles, me donne à voir

et à comprendre un certain nombre d’actions et d’états d’âme rapportables à une

personne imaginaire. »1

Peut-être voulait-il ici, se référer à la vie qui nous oblige à suivre

son cours dans et hors de la nature physique de l’homme, là où

l’homme commence à voir qu’il n’a plus de pouvoir sur lui-même et que

son corps change à tout moment selon les circonstances : « Depuis que

j’ai rapporté à mon corps, donc depuis ma naissance, je ne suis plus mon corps.

Depuis que j’ai un corps, je ne le suis pas, donc je ne l’ai pas. Cette privation

institue et instruit mon rapport à ma vie. Mon corps m’a donc été volé depuis

toujours. »2

Il y a des moments où le corps s’arrête de parler, il prend du

repos : pas de geste et pas de mouvement, le silence contrôle la

situation, c’est un silence qui réclame le repos. C’est peut être

l’expression d’une, incapacité : il sent qu’il ne peut rien faire, son corps

se tait!

Le corps féminin n’est pas seulement insensé. Il est parfois

carrément monstrueux, un adjectif que L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX utilise d’ailleurs : « Le

corps monstrueux est éteint maintenant. Et à l’intérieur de nous, le silence se

tait dans son noir définitif. »3

Il y a presque une “inquiétante étrangeté ” du corps féminin :

ce corps échappe à nos codes : « On croisera en effet, notamment dans le

Discours aux animaux et dans le Drame de la vie, des mutants aux pouvoirs

paranormaux (voir par les oreilles, téléporter ses yeux, jeter des jets verts)

s’étonnant de ce qui nous paraît aller de soi (”qui êtes-vous les pieds?”, D’où

1 AUMONT, Jacques. L’Image. Paris : Armand Colin, 2 ème édition, 2005, p.76.

2 DERRIDA, Jacques. L’Écriture et la différence. Op.cit., p.268.

3 La Scène. Op.cit., p.69.


vient qu’on parle?”), des êtres vivants d’aspect anodin mais présentés d’une

façon propre à rendre l’évidence étrange. »1

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX cite tout au long de son oeuvre des corps

extraordinaires, d’autre monde ou d’autre nature, dans Le Drame de la

vie, il présente des personnages avec :« quatre yeux »2, « bouche au font »3,

« deux seins sur le dos »4, « doigts en caoutche »5, « homme à trois fesses »6, « une

jambe sur la tête »7

Même étrangeté d ans Le Discours aux animaux : « treize

pattes »/ « huit fesses »8, « saint enfant aux six doigts pariétaux »9, « six trous de

mes yeux »10, « quatre pieds me portaient chaque matin. »11

Dans L’Acte inconnu : « bras en verre »12, « yeux placés sur le front »13

2.1 Le corps creux

« Nous sommes là pour nier la matière, lui porter un coup, par le vide,

l’appel d’air de notre parole portée dedans. »14

Chez L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, l’homme est souvent présenté comme traversé,

transpercé par la parole. Citons Lumière du corps : « L’acteur agi corps

ouvert: tout le langage au sol »15

1 TOULZE, Thierry. Les 400 coups d’un écolier Sacripant une approche du comique chez

Valère L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX. Op.cit., p.103.

2 Le Drame de la vie. Op.cit., p.267.

3 Ibid., p.265.

4 Ibid., p.218.

5 Ibid., p.126.

6. Ibid., p .216.

7 Ibid., p .219.

8 Le Discours aux animaux. Op.cit., p.10.

9 Ibid., p.305.

10 Ibid., p.136.

11 Ibid., p.301.

12 L’Acte inconnu. Op.cit., p.112.

13 Ibid., p.152.

14 Le Vrai sang. Op.cit., p.28.

15 Lumières du corps. Op.cit., p.76.


Ce vide indique l’absence d’un corps de rechange : « L’homme n’est

pas du tout un animal qui s’est mis à parler, mais une matière toute pleine de

vide que ce vide même fait parler. »1

Le creux est une allégorie évoquée par la caverne des philosophes,

il désigne la profondeur, le vide et la potentialité : « Il signifie le passif ou le

négatif, l’autre face de l’être et de la vie : réceptacle virtuel, mais vide, de

l’existence »2

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX présente ce côté du vide humain d’une façon qui porte

souvent à confusion. Il essaie de nous montrer ce vide et de justifier sa

présence en nous : « L’être animé est creux; à la façon d’une bouteille, il

témoigne du souffle qui l’a formé et le regonfle à chacun de ses aspirations. Ce

vide comporte un état de déséquilibre natif, une démolition interne et passive

compensée par une reprise active sur le dehors. »3

Citons cette analyse de la relation corps/ vide dans l’Art moderne

: « Un corps dans le vide serait un corps sans aucune propriété physique. Dans

l’art contemporain la problématique spirituelle du vide s’est souvent réduite à

n’être plus qu’une manipulation idéologique de l’espace. La critique plus ou

moins militante d’un monde saturé d’objets, d’image et de marchandises,

obstruant tout regard avide de liberté, a conduit les artistes à traiter le vide

comme une catégorie de l’ironie ou comme une apologie du désert. »4

Le vide ne se porte pas sur des points négatifs, il peut avoir un

côté très positif et une nécessité même : c’est par l’absence des choses

que nous pouvons leur donner leurs véritables valeurs : « Tout me mène,

qui, bien entendu, ne mène à rien. Sous le vide, le même vide. Vers le bide,

évidemment. »5

1 Pour Louis de Funès. Op.cit., p.132.

2 CHEVALIER, Jean et GHEERBRANT, Alain. Dictionnaire des symboles, Op.cit.,

p.312.

3CLAUDEL, Paul. Art poétique. Op.cit., p.82.

4 Dictionnaire philosophique universelles, les notions philosophiques, Volume 2 dirigé

par Sylvain AUROUX, Paris, PUV, 3 édition, 2002, p.2729.

5 Dictionnaire des idées revues, Jacques STERNBERG. Illustré par Roland TOPOR.

Paris: Denoël, 1985, p.145.


Il est très important de parler de ce sujet que l’on trouve en

abondance et à profusion dans les textes de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX : c’est un thème

à considérer avec beaucoup d’attention :

« La chair de l’homme féminin est pleine de riens, pleine de trous par

où elle s’écoule et se dévide en mots et en haleines, en cris et en répliques qui en

font un théâtre permanent, une vase communicant où le vide de la scène se

déverse dans le vide de la salle, la vanité de l’acteur sur la fatuité du

spectateur, la viduité d’une tête dans la futilité d’un corps aussi creux l’un que

l’autre, évidés d’eux-mêmes par leurs orifices, vidangés de leur substance par

toutes les fuites et les appels d’air qu’y font la voix et la parole de l’acteur en

quoi l’animal humain prend chair dès lors qu’il naît comme s’il “ jouait ”. »1

2.2 Le corps machine

C’est Descartes qui est le précurseur de l’idée d’envisager le corps

humain comme une machine : « Je suppose que le corps n’est autre chose

qu’une statue ou machine de terre, que Dieu forme tout exprès, pour la rendre

plus semblable à nous qu’il est possible : en sorte que, non seulement il lui

donne au dehors la couleur et la figure de tous nos membres, mais aussi qu’il

met au-dedans toutes les pièces qui sont requises pour faire qu’elle marche,

qu’elle mange, qu’elle respire, et enfin qu’elle imite toute celles de nos fonctions

qui peuvent être imaginées procéder de la matière, et ne dépendre que de la

disposition des organes. »2

Plus tard dans le deuxième tome de la même oeuvre, Descartes

explique sa conception du corps : « Je me considérais, premièrement, comme

ayant un visage, des mains, des bras, et toute cette machine composée d’os et

de chair, telle qu’elle paraît en un cadavre, laquelle je désignais par le nom de

corps »3

1 OUELLET, Pierre. Trou de scène. In La Bouche théâtrale. p.41.

2 DESCARTES, René. De l’homme, in OEuvres philosophiques. Paris : 2ditions Garnier,

t.I, 1963, p.379.

3 DESCARTES, René. OEuvres Philosophiques II (1630-1642). Paris : Éditions Garnier,

1987, p.417.


Il affirme qu’il n’y a aucune différence entre « les machines

fabriquées par les hommes » et « les corps vivants engendrés pat Dieu »1 ,

nous en parlerons dans la corporalité de l’âme, puisqu’elle a un rapport

intime avec la dualité “ corps -âme ”

Lees machinistes organes féminins « Une foule d’actions

antipersonnelles a lieu chaque instant dans le corps humain : par exemple la

déglutition, la respiration, la cristallisation, le ramage, l’excrétion, l’idéation,

l’érection, la pensée, l’affect, la conceptibilisation, le travail du bois, du foie,

l’orteil gauche, le sentiment de la prière et l’orteil droit qui est le siège du

sentiment droit, etc. »2

Parfois, L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX désigne le corps comme une machine, qui prend

une attitude négative envers les événements, qui est comme l’esclave de

tout l’environnement, de la politique, de la science, et de toute la vie.

C’est exactement ce qui se passe dans L’Atelier Volant, “ Boucot ”

étant un peu le chef symbolique de la “ machinerie de pouvoir ” dont

parle Foucault. 3

Dans L’Animal du temps, L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX s’exclame : « Vacherie de

machine, c’est elle dans ma tête qui me sortit d’abord au lieu des pieds qu’il

fallait installer prudemment pour jamber tranquillement sur le sol. »4

Une idée qui transmet l’esclavage de l’homme contemporain vis-à

vis son environnement et le mécanisme qui s’empare de son monde,

lisons cette analyse de Janine Chasseguet-Smirgel : « La conception du

corps-machine, de l’animal-automate ne peut qu’être corrélative d’un

1DESCARTES, René. Discours de la méthode, in OEuvres. Paris : Éditions Adam et

Tannery, 1996.

2 La Scène. Op.cit., p.59-60.

3 Voir : Foucault. Surveiller et punir. Paris: Gallimard, 1975.

4 L’Animal du temps. Op.cit., p.23.


désinvestissement plutôt dramatique du vivant, de la chair réduite à un

assemblage de rouages. »1

La routine et les actes de la vie quotidienne rendant l’homme

plus mécanique que biologique, constructions mécaniques contrôlées

par le corps de l’homme : -« Je suis en machine: je vais aller d’où je viens

pour te dire d’où je suis. Je suis bien dans cette machine_ et dans cette vie

nommé machine, depuis qu’j’suis p’tit. Allez voir là-bas si j’y suis. C’est à droite,

c’est à gauche; si je recule, tout est en droit; et si j’avance, j’y fuis tout droit si je

veux y aller. »2

Artaud dans ses écrits fait allusion à ce corps machine, tout

démembré, qui est à la recherche d’une identité corporelle à réédifier :

« L’homme est une bête automangeuse et autolâtrique, idéoscopique et

autoportée qu’il faut arracher de la terre et jeter-moi compris! Nous avons pris le

corps harmonieux de Dieu triplement parallèle pour en faire le réceptacle de la

boucherie et le rebut de la bancalité; nous avons pris l’air limpide dont Dieu

nous respirait -pour en faire un antizéphir et un miasme et une puante assemblée

humaine; nous avons pris le printemps printanier des cerisiers cerisiques

pour en faire des bribes lancéolées de sacs plastiques accrochés aux branches

mortes; nous avons pris le subtil corps de la femme et le subtil corps de l’homme

pour en faire un odieux mélange; nous avons pris la sainte matrice de la vierge

pour éprouvette et greffé dedans un homme jetable, sécable, tournable en rond

et coupable en deux. » 3

Dans un texte comme celui-ci, on retrouve un peu l’agressivité

d’Artaud à l’égard du corps (jugé inaccompli, non réalisé, à venir, en

cours, en puissance) mais il faut peut-être faire une distinction entre

“ corps harmonieux ” venant de Dieu et à retrouver (pour L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX) et

corps à “ désorganiser ” complètement pour trouver sa vérité propre (ce

qui est plutôt la démarche d’Artaud) : la lecture des textes que Derrida

1 CHASSEGUET-SMIRGEL, Janine. Le corps comme miroir du monde. Paris: P.U.F., le

fil rouge, 2003, p.2.

2 Je Suis, Op.cit., p.126.

3 La Scène. Op.cit., p.163.


consacre à Artaud dans L’écriture et la différence pourrait nous aider à

mieux comprendre.

Peut-être que L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX retravaille à sa manière la pensée d’Artaud

en proposant par exemple un bouleversement de la fonction des

organes : c’est un phénomène typiquement féminin qui nous fait

perdre tous nos repères et nous fait considérer le corps autrement ;

c’est une totale remise en question du corps, une redistribution à la fois

drôle et terrifiante : « Rien tourne plus rond dans la perception : les yeux

entendent, j’entends l’oreille qui voit, la main qui marche, les pieds qui pensent,

la tête qui mange, la tête qui danse, l’anus qui parle, la bouche qui se tait. C’est

écrit avec les pieds. Car j’ai toujours essayé d’écrire avec les pieds, c’est dur. En

rythmant le rythme avec les pieds, en frappant, en parlant avec le sol, en

faisant sortir du son de dessous. »1

Dans La Lutte des morts, les personnages féminins : « parler par

l’estomac »2, dans Le Babil des classes dangereuses : « penser du ventre et

parler des fesses »3, dans Le Drame de la vie : « chanter avec les pieds »4,

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX déplore la situation de l’homme qui est incapable même de

dire ce qu’il veut : « Nous sommes des machines de terre qui espérons pouvoir

parler. »5

Encore la misère de l’homme, une machine sans volonté : ce sont

les autres qui le dirigent vers ce qu’ils veulent. Il doit être en arrière,

derrière, et dedans : « J’ai oublié que j’étais une machine de terre qui devait

faire marche arrière, machine amère, toujours retraverser le monde du dedans

au derrière sans tomber. »6

Descartes fait une comparaison entre les machines produites par

l’industrie humaine et les corps en chair, il nie peut-être toute

1 Entrée dans le théâtre des oreilles. Op.cit., p.75-76.

2 La Lutte des morts. Op.cit., p.344.

3 Le Babil des classes dangereuses. Op.cit., p.144.

4 Le Drame de la vie. Op.cit., p.237.

5 Ibid., p.67.

6 Ibid.


opposition entre la nature et la machine : « Si je considère le corps comme

une machine tellement bête et composée d’os, de nerfs, de muscles, de veines,

de sang et de peau, qu’encore bien qu’il n’y eût en lui aucun esprit, il ne

laisserait pas de se mouvoir en toutes les mêmes façons qu’il fait à présent,

lorsqu’il ne se meut point par la direction de sa volonté, ni par conséquence par

l’aide de l’esprit, mais seulement par la disposition de ses organes, je reconnais

facilement qu’il serait aussi naturel à ce corps, étant, par exemple, hydropique,

de souffrir la sécheresse du gosier, qui a coutume de signifier à l’esprit le

sentiment de la soif, et d’être disposé par cette sécheresse à mouvoir ses nerfs

et ses autres parties, en la façon qui est requise pour boire, et ainsi d’augmenter

son mal et se nuire à soi-même, qu’il lui est naturel, lorsqu’il n’a aucune

indisposition, d’être porté à boire pour son utilité par une semblable sécheresse

de gosier. »1

Ce machinisme ne s’applique pas sur l’âme : « Il n’y a aucune de

nos actions extérieures, qui puisse assurer ceux qui les examinent, que notre

corps n’est pas seulement une machine qui se remue de soi-même, mais qu’il a

aussi en lui une âme qui a des pensées, excepté des paroles, ou autres signes

faits à propos de sujets qui se présentent, sans se rapporter à aucune

passion. » 2

Le corps machine désigne parfois l’acteur dans la représentation :

« En travaillant, on doit se garder de devenir machinal, et percevoir exactement

comment chaque variation dans le corps affecte l’être intérieur. »3

Le “vous” désigne les acteurs, L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX décrit précisément le

machinisme de leur enjeu sur les planches : « Vous sortirez de ce repas

les pieds par là : l’estomac du monde souffrira de vous avoir supportés

jusqu’ici ; l’os du monde vous frappera dans vos faces, vos yeux seront couverts

de sa boue ; vos langues colleront à vos palais et les cinq doigts de vos deux

mains devront attendre pour se décoller lendemain et surlendemain ; vos pieds

1 DESCARTES, René. Les Méditations métaphysiques. Paris : Flammarion, 1992, p.67.

2 Ibid., p. 574.

3 OIDA, Yoshi avec la collaboraion de Lorna Marshall. L’Acteur invisible, Op.cit., p.52.


ne pourront soulever du sol ni vos jambes, ni vos poumons aspirer l’air qui s’y

trouvait, vos yeux n’auront plus aucune vue ni vos oreilles rien entendu ; vos

pas ne vous suivront plus sauf pour vous diriger toujours vers une sortie dont

votre tête ne se souviendra même pas car vos oreilles n’auront pas écouté ; vos

cerveaux dont les lobes seront dévorés seront la proie de cruels vers : à coups

doubles, seront portées sur vous de quadruples ruées de coups ; de sanglantes

égratignures viendront lacérer vos chairs dont tout le sang sera retiré dans une

douleur infinie ; le temps à chaque instant viendra vous rendre l’ensemble de

votre vie plus court qu’avant ; vos pensées seront ouvertes, en deux proportions,

par Négation et Affirmation et vous serez mis en contradiction avec vous-même

selon les segments de vos mains qui n’auront plus de doigts semblables car vos

yeux n’auront plus de regard à porter ni de vue sur quoi que ce soit. »1

2.3 Le corps à l’envers

Le “ sens dessus dessous ” est une autre manière de penser la

figure humaine, en mettant en perspective la question du sens, entendu

dans le double sens de signification et de présentation. L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX se

trouve tributaire de l’approche de la philosophie même s’il donne

l’impression, dans sa démarche, d’être étranger à tout système. Mais

son but est surtout d’enrichir les possibilités d’expression de la scène.

C’est un dramaturge qui joue avec le vide et une forme apparente d’

“inconséquence”.

Si le spectateur joue un rôle (par ses réactions, ses

applaudissements, etc.), les textes de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX jouent le rôle de

“ l’envers ” : envers des choses (“ dépli ”, dévoilement) ou “ envers de

l’esprit ” et révélation : « Alors mon corps résonna comme une pierre et ma tête

à l’envers fut une feuille dont je n’avais plus envie de vivre. Ni avaler ni sortir

même par ma propre bouche un mot pour faillir. »2

C’est le jeu d’un miroir auquel il veut nous confronter.

Littérairement, le monde à l’envers qu’il nous propose n’est pas si

1 La Chair de l’homme. Op.cit., p.168.

2 Je Suis. Op.cit., p.91.


éloigné des utopies de Jonathan Swift (excès, dimension parodique) et

des histoires de Lewis Carroll (situations, langage, “folie”, monde à

l’envers, etc.)

Alice, qui s’ennuie, s’endort dans un fauteuil et rêve qu’elle passe

de l’autre côté du miroir du salon. Le monde du miroir est à la fois la

campagne anglaise, un échiquier, et le monde à l’envers, où il faut

courir très vite pour rester sur place. Alice y croise des pions d’échecs

(reine, cavalier) et des personnages de la culture enfantine de l’époque

victorienne. Le monde du miroir se présente comme un monde inversé.

Ainsi Alice, pour atteindre le jardin, doit-elle d’abord s’en éloigner, de

même qu’il lui faut, dans cet univers étrange, courir très vite pour

rester sur place.1

Le théâtre, pour lui, c’est aussi le reflet de l’histoire humaine,

chacun de nous peut retrouver la sienne « sur le plancher » (dans le

corps, face au réel) mais « sur les planches » (sur scène, sur le plateau),

c’est un peu différent : « Valère a dit qu’en jouant son rôle, il avait eu la

sensation d’être dans un monde à l’envers, c’est à dire qu’il n’était plus sûr, si la

partie gauche de la salle était bien à gauche et pas plutôt à droite. Et il a

continué à décrire cette étrange perception de l’espace en disant que cette

incertitude s’était propagée par la suite dans tout son corps, comme s’il avait

vécu en même temps dans deux espaces diamétralement opposés sans pouvoir

s’y orienter clairement. »2

Citons L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX : « La salle de théâtre est un lieu anatomique où le

corps du spectateur est disséminé, devenu à nouveau épars et plein d’espace,

rendu au vide,(mangé par lui), livré et délivré; c’est le spectateur qui est le

victime, c’est lui qui a l’anatomie ouverte: l’acteur n’est que le sacrifié en

apparence; en réalité, c’est le corps du spectateur qui est fractionné, difracté,

comme si le théâtre était le lieu d’un sacrifice optique. »3

1 CARROLL, Lewis. Alice au pays des merveilles. Paris : D. de Selliers, 2006.

2 BOND, Edward et al. Inédits et commentaires. Op.cit., p.59.

3 Lumières du corps. Op.cit., p.98.


Cette idée d’un monde à l’envers se retrouve dans l’oeuvre de

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX : « En voyant le monde à l’envers, je vais porter mes trois lèvres à ma

bouche incrédule. »1

-« Nous aimons, pour le bien de la vie, faire du corps d’autrui le récipient

en attendant notre porte de sortie. »2

Les acteurs redonnent aux corps des possibilités expressives. Le

corps sans identité, le spectateur le voit et y entend sa propre

contradiction : « Acteur, essaye de voir ton visage à l’envers, de lire ton nom

tête en bas et de raconter par la fin l’histoire du monde que tu ne savais pas ! »3

C’est sur ce jeu de l’envers que L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX provoque les lecteurs et

les spectateurs à se mettre à la place de l’auteur et vice versa. Il incite

l’homme à ne pas rester figé, à voir des cas autres que le sien. L’envers

pour lui c’est tout ce qui nous entoure devant et derrière le décor de la

vie. C’est encore et toujours cette vue du miroir : « L’acteur retourne le

corps humain à l’envers, il présente l’homme en anatomie ouverte._ tout

l’intérieur humain exposé devant nous, répandu, sacrifié. »4

C’est l’oeuvre dans l’oeuvre comme l’écrit Ubersfeild : « Il existe un

certain nombre d’oeuvre qui supposent la présence à l’intérieur de l’espace

scénique d’un autre espace, où prend place une représentation théâtrale. La

situation est alors la suivante: les spectateurs de la salle regardent d’autres

spectateurs (qui sont des acteurs) regarder une représentation donnée par

d’autres acteurs: figuration en abîme de l’acte théâtral. Le résultat est

paradoxal: par une sorte d’inversion de la dénégation, les spectateurs de la

salle voient comme vérité ce que les spectateurs-acteurs voient comme illusion

théâtrale. Le phénomène est analogue au fait psychique reconnu par Freud:

quand on rêve qu’on rêve, le rêve “intérieur” dit la vérité. »1

1 Le Jardin de reconnaissance. Op.cit., p.65.

2 La Chair de l’homme. Op.cit., p.97.

3 Pendant la matière. . Op.cit., p 21.

4 Lumières du corps. Op.cit., p.131.

1 UBERSFELD, Anne. Les termes clés de l’analyse du théâtre. Paris : éditions de seuil,

1996, p.84.


Selon Jourde : « Tous les textes de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX se déploient dans la

perspective d’un dépassement du couple affirmation négation. Leur voie est celle

de l’excès : ils affirment trop, ils nient trop. […] C’est en ce sens qu’on pourrait

dire que l’étrange réalisme de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX est le miroir du réel : son théâtre

représente le monde à l’envers. Dans le monde, les êtres humains sont

réellement eux-mêmes en deçà d’eux-mêmes, vers l’origine, vers l’enfance, ou, à

chaque instant de leur existence, avant d’exister, dans les bredouillements et les

confusions qui précèdent la parole articulée, l’incertitude qui précède le choix,

l’indéterminé d’avant toutes détermination et toute séparation.»1

Toujours cette envie de revenir en arrière, de vivre les temps

passés voire de se retrouver à l’époque des grands personnages, une

époque que l’on regrette comme le paradis originel et le “Jardin ” perdu :

« Je veux tout reprendre, je veux tout refaire depuis la fin, j’ai été trompé, j’ai

tout visé à l’envers, j’ai été trompé, je veux tout refaire, je veux tout revivre à

l’envers. »2

Cette volonté de “ tout refaire ” concerne aussi le corps : lui-aussi

pose problème dans la mesure où on n’est plus en accord, plus en

phase avec lui (comme c’était le cas à l’époque d’Adam).

On est presque “embarrassé ” par le corps - on ne sait même pas

quoi faire du “ corps qui reste ”: « Rien que d’y penser de le voir en dépouille

j’en avais déjà honte pour lui. Ma mère disait : Donne-le à la terre ! Je pensais :

Mais pourvu qu’elle accepte »3.

À la page 75 de L’Origine rouge, s’expriment l’insatisfaction du

monde et le mal à vivre ainsi. Par un monde à l’envers, il désigne soit le

monde qui le torture, soit nous-mêmes - et puisque l’homme ne dit

jamais qu’il a tort donc c’est le monde qui a tort, le monde qui reflète ce

1 JOURDE, Pierre. La Littérature sans estomac. Op.cit., p.270.

2 Le Drame de la vie. Op.cit., p.93.

3 Quatrième de couverture de L’Animal du temps.


qui est plus vaste, “l’univers” « Je vois le monde à l’envers .Monde, es-tu

l’envers de l’univers? »1

La topique du monde à l’envers traverse toute l’oeuvre de

Rabelais, mais elle est particulièrement explicite dans son évocation de

l’abbaye de Thélème (Gargantua, chapitre 52 et suivants). Au travers du

MUNDUS INVERSUM se lit une pléiade de pensées et de pratiques liée à

l’inversion et au retournement, où se côtoient folies, carnavals,

bouffonneries, utopies et satires sociales.

D’après Sartre, le jeu de l’envers joue un rôle sensationnel dans le

travail de l’outil qui permet de retrouver une silhouette parfaite : « Le poète est hors du langage, il voit les mots à l’envers,

comme s’il n’appartenant pas à la condition humaine et que, venant vers les

hommes, il rencontrât d’abord la parole comme une barrière. Au lieu de

connaître d’abord les choses par leur nom, il semble qu’il ait d’abord un contact

silencieux avec elles puis que, se retournant vers cette autre espèce de choses

que sont pour lui les mots, les touchants, les tâtant, les palpant, il découvre en

eux une petite luminosité propre et des affinités particulières avec la terre, le ciel

et l’eau et toutes les choses créées »2

L’acteur pour L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX est le vecteur de son texte ; il exige que

celui-ci montre une habilité prodigieuse pour que ses textes soient bien

aliénés :

« De quoi cet acteur-dramaturge a-t-il le plus besoin? D’un corps capable

de lenteur, d’endurance, de virtuosité, mais aussi de retenue, bref d’un corps

anti-naturaliste, car il y a toujours un écart entre le corps de l’acteur et son

texte. »3

Et c’est justement ce que nous avons voulu mettre en évidence

par ce terme d’étrangeté ; faire l’impossible afin que le message passe

1 Voir: RABELAIS, François. Garganuta. Paris: Pocket, 2009.

2 SARTRE, Jean Paul. Qu’est-ce que la littérature, préface d’Arlette Elkaïm-Sartre.

Paris : Gallimard, Folio essais, 2008, p.20.

3 PAVIS, Patrice. Le théâtre contemporain. Analyse des textes, de Sarraute à Vinaver.

Op.cit., p.226.


bien : « J’ai toujours pratiqué le théâtre comme un lieu de dépersonnalisation

de l’écriture. Il faut sur les planches, fabriquer une antipersonne, un anti-homme

expérimental. »1

1 THOMASSEAU, Jean-Marie. Valère L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, l’homme hors de lui. In Europe. Op.cit.,

p.173.


DEUXIÈME PARTIE

LA SUBLIMITÉ DU CORPS CHEZ

L’APPAREIL DE LIPOMASSAGE (OU ÉQUIPEMENT MINCEUR) WELLBOX


CHAPITRE PREMIER

LA MYSTIQUE DU CORPS CHEZ L’APPAREIL DE LIPOMASSAGE (OU ÉQUIPEMENT MINCEUR) WELLBOX


« Quoi qu’il en soit, je puis dire que je suis le théâtre de Dieu. »

Valère L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX (Je Suis, p.82)


Comme il a reçu une éducation religieuse, L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX a recours à la

théologie pour rappeler aux lecteurs (et bien évidemment aux

spectateurs) les notions religieuses et philosophiques du monde entier.

Bien qu’il n’aime pas le mot “mystique” (et parfois même, il paraît loin

de tout ce qui est religieux), ses textes semblent nous montrer le

contraire, mais L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX apporte cette nuance : « J’ai horreur de ce mot de

mystique, qui sent la pharmacie, la spécialité; je préfère intérieur, ou spirituel,

ou respiré. »1

Michel Corvin rapproche les notions de théologie et de parole :

« les textes de Valère L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX sont en outre investis d’une conception

théologique de la parole, qui tient à cette remontée qu’effectue obstinément le

poète aux fondations du monde pour interroger notre origine et celle des mots(le

mythe de la Genèse est sans cesse revisité, comme celui de l’Incarnation).

Conception qui rayonne au centre de l’oeuvre comme un repère à la fois stable et

dynamisant. »2

Il y a une abondance de citations des livres sacrés notamment

dans La Chair de l’homme, mais nous trouvons le plus souvent une

approche chrétienne qui évoque l’histoire de la création d’Adam, la

souffrance et le sacrifice du Christ et enfin le souffle de Dieu. Beaucoup

de textes sont consacrés à raconter les histoires de la Bible et à citer à

chaque moment les livres sacrés. L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX va jusqu’à dire : « Quoi qu’il en

soit, je puis dire que je suis le théâtre de Dieu. »3

Le théâtre féminin décrit aussi des mystères du Moyen Age :

« L’approche mystique du théâtre féminin devient pertinente si l’on se

rappelle que mystique et mystère sont un seul et même mot et qu’un mystère est

au Moyen Age un acte théâtral. Ce théâtre concerne au plus haut point L’Origine

rouge car il vise à reporter les acteurs et les spectateurs à l’origine du monde et

1Enveloppé de langues comme d’un vêtement de joie, “Valère L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, poète comique”

entretien de Valère L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX avec Hadrien Laroche, in Java, n°8, été 1992, pp.13-74.

2 CORVIN, Michel. Dictionnaire encyclopédique du théâtre. Op.cit., p.652-653.

3 Je Suis. Op.cit., p.82.


de la création. Par un rite magique, il s’agit de retrouver le moment où par

l’incarnation de Dieu, a été fondé le monde chrétien»1

Nous pouvons penser qu’il y a quand même une différence, c’est

qu’il aborde les thèmes du sacré d’une façon particulière, en présentant

Louis de Funès comme un saint homme (par exemple)

1. Le corps de Dieu = souffle et lumière

Comment Dieu se manifeste-t-il en nous? Selon L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, c’est le

souffle de Dieu qui s’est introduit dans notre corps et qui nous attache

à Lui, voilà l’épreuve : « Je meurs quand Dieu me quitte. »2 Ce qui

rappelle l’expression « rendre son dernier souffle ». Ce dernier souffle fait

écho au premier : « Lorsque Dieu entre dans notre corps, est-ce signe que déjà

le voici mort? Il sent que nous nous lions le cadavre à lui et il nous quitte pour

toujours pour ne pas répéter l’expérience. »3

Le premier souffle de vie que Dieu nous a donné équivaut peut-

être au mot “ Ut ” que L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX utilise souvent. Donner le “ ut ” c’est

donner le la, c’est donner le départ, la tonalité, le diapason. Une

certiane direction pour continuer à vivre, une expression féminin le

dit autrement : « persister en viandrie »:

« Pousser le son ut »4 , dans Le Discours aux animaux: « Voici la ut»5

et dans La Lutte des morts «En languon policier, les substantives ont les

véros, les verbaliers sont sans raccords. Chien Calineau donne le ut. Les

présents des participés des frances font des détours dans les langues. Les

conjugaisons, les déclinaisons, tout est catastrophique »6

Dans Le Grand Robert, on nous explique que le “ ut ” est la

première note de la gamme majeure sans accident (dite gamme d’ut ou

1 ALLIO, Particia. La passion logoscopique, In Théâtre du verbe. Op.cit., p.107.

2 Le Drame de la vie. Op.cit., p.116.

3 L’Opérette imaginaire. Op.cit., p.20.

4 L’Acte inconnu. Op.cit., p.116.

5 Le Discours aux animaux. Op.cit., p.40.

6 La Lutte des morts, in Théâtre. Op.cit., p.444.


de do)1 ce “ ut ” vient peut-être de Dieu dont L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX parle dans L’Acte

inconnu : « Dans notre langue (comme les Latins, ne pas distinguer le u du v), il

y a une anagramme du mot DIEU, c’est le mot VIDE. Dans toutes nos phrases

Dieu est un vide, un mot en silence, un trou d’air, un appel qui permet à l’esprit

de retrouver souffle et mouvement. Aucun mot ne troue autant: c’est dans le

langage un mot ouvrant, un mot aimant, un vide, une attraction dans la pensée

une gravitation, un principe d’amour dans l’univers aimanté; un mot à l’envers

de tous 1es mots et qui remet en mouvement l’esprit. Ne garder de lui que

l’écartèlement, l’écartèlement de ses quatre lettres dans l’espace … C’est un mot

à laisser vide, en quatre lettres muettes, lié à l’espace, rayonnant aux points

cardinaux. Le mot Dieu, le laisser ouvert, et nous attendent, le laisser vide

comme le mot personne. Le laisser désert comme le théâtre d’une séparation,

vide comme la scène du creux, le lieu du désir, de la faim, de la gravitation, de

l’amour. Le vrai amour, le pur amour n’a lieu que dans le vide. »2

D’après ce texte Dieu représente tout et rien à la fois, étant donné

que Dieu est l’anagramme du vide selon L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX. Ce vide est riche de

sens puisqu’il permet l’évasion vers tout principe positif de l’univers,

l’enrichit et le ravive. Ce mot occupe tout l’espace, ainsi le vide est

partout et donc toute sensation de bonheur est omniprésente. Donc le

vide divin se transforme en nécessité vitale et devient un tout et non

plus un rien.

Dans L’Écriture et la différence, Derrida, comme L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, parle

du souffle mais dans un sens un peu différent puisqu’il évoque

l’approche d’Artaud : « Si ma parole n’est pas mon souffle, si ma lettre n’est

pas ma parole, c’est que déjà mon souffle n’était plus mon corps, que mon corps

n’était plus mon geste, que mon geste n’était plus ma vie. Il faut restaurer dans

un théâtre l’intégrité de la chair déchirée par toutes ces différences. Une

métaphysique de la chair, déterminant l’être comme vie, l’esprit comme corps

propre, pensée non séparée. »3

1 Le Grand Robert. Op.cit., Tome 9, p. 609.

2 L’Acte inconnu. Op.cit., p.146.

3 DERRIDA, Jacques. L’Écriture et la différence. Op.cit, p.267.


Le souffle et le corps entrent dans une relation fusionnelle et

forment une boucle avec la parole, la lettre, le geste et la vie : « L’esprit

est le souffle(…) Dieu est en nous notre don : le don de notre souffle que nous lui

offrons, notre vie entre ses mains. Dieu est notre offrande. C’est à lui que nous

rendons souffle. »1

Dieu nous offre son souffle grâce auquel nous vivons et nous

agissons, cette offre n’est pas éternelle puisque nous devons « rendre à

César ce qui appartient à César ».

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX s’est inspiré d’Artaud (il a même écrit un travail sur lui)

mais il s’en est détaché en proposant d’autres approches, peut-être

moins blasphématoires, plus respectueuses du religieux.

Dans L’Animal du temps, on cherche Dieu partout : « Animaux, très

jeune j’ai eu mon corps creusé en vide tout plein d’erreur. Six huit de cinquante-

deux: j’ai vu Dieu de mes yeux. Pourquoi je suis tout seul dans la nature sans

sept milliards de bêtes semblables? Je le connais personnellement, je lui ai

creusé la face dans un grand trou formidable : il m’examine quand je passe

devant. Trente quatre huit de quatre : Dieu est en bois; je l’avais toujours

recherché en me perdant, assoiffé de plus le connaître même de nom, je le

cherchais dans mes loisirs, sans bien savoir, dans les orifices de l’époque, dans

les rebuts, sur les vieux plans, landes des talus, pistes des trottoirs SNCF. Et

c’était bien là qu’il gît. Ignoré de tous. »2

C’est à chacun d’entre nous de chercher la présence de Dieu au

fond de lui-même : L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX propose des pistes à explorer : « Dans

chacune de leurs pages les Livres disent la présence de Dieu et son don

perpétuel en nous comme source. La relation est d’amour_ et presque tactile.

Dieu n’est pas, il s’incarne, il se communique, il s’offre à l’homme ; il se donne

en souffle, en parole. (…) _ Seigneur, tu viens en moi, tu me vois, tu me sais._

Les mots ne sont pas encore sur ma langue que tu les connais._ Tu entres dans

ma pensée ; de loin, tu sais quand je marche et si je me couche, si je m’assieds

1 L’Envers de l’esprit. Op.cit., p.111.

2 L’Animal du temps. Op.cit., p.24.


et quand je me lève. _ Tu sais chacun de mes pas ; tu es le témoin de tous mes

actes._ tu m’entoures, tu m’enserres, tu me prends : ta main est sur moi ; mais

ta science est si haute que je ne puis la saisir._ Où irais-je loin de ton souffle ?

Où fuirai-je de ta face ? _ Si j’escalade les cieux, tu y es ! Si je me couche au

séjour des morts, t’y voici. (…) C’est toi qui as formé mes reins, qui m’as tissé

dans le ventre de ma mère._ Merveille est ton oeuvre ! Merci pour tant de

prodiges ! _ Ma chair n’était point ignorée de toi, tu la savais._ Lorsque j’étais

brodé en secret dans les profondeurs de la terre, quand je n’étais qu’un

embryon, tes yeux me voyaient. _ Tous mes jours, tu les connaissais tous ; ils

étaient tous tracés sur ton livre ; toutes mes journées étaient inscrites avant

qu’aucune n’existe. »1

La relation avec Dieu est dû au corps qu’il nous habite, comme

dans cette analyse : « On ne dit pas que l’homme a un corps, car il est un

corps. Et parce qu’il est un corps, il est mis en relation avec les autres, aussi

avec Dieu. »2

Ces textes affirment aussi que nous avons besoin d’avoir recours

à Dieu pour être soutenu et aidé : « Je vais toujours vers Dieu attiré par la

soif, je lève vers lui ma figure nue. Je ne pense même plus à mon corps: je

l’recopie dans mon cerveau. »3

Et : « Les hommes sont alliés et reliés à Dieu par leur chair et par le

mouvement de leur raison et de leur parole. Par le mouvement vivant du

langage, de la parole et de la raison, ils sont reliés au Verbe, chair et souffle. »4

« Il faut que je te l’avoue: enfant, j’attrapais bien souvent Dieu par sa

cape, lui disant:” A quoi te sert-y? à quoi t’sert-y mon corps-mi? Çui qui gît là?”

Enfant, le-diable-par-la-queue-je-ne-tirais-pas mais Dieu par un câble. »5

1 L’Envers de l’esprit. Op.cit., p.104-106.

2 MONLOUBOU, Louis et DU BUIT François Michel. Dictionnaire biblique universel.

Paris : Desclée, 1984, p.144.

3 L’Opérette imaginaire. Op.cit., p.40.

4 L’Envers de l’esprit. Op.cit., pp.118-119.

5 L’Opérette imaginaire. Op.cit., p.44.


Dans La Chair de l’homme, L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX fait une longue liste de

définitions de Dieu données par des philosophes, des mystiques et des

artistes, en voilà une : « Pour saint Bonaventure “la vérité de Dieu est

imprimée dans l’esprit humain et inséparable de celui-ci” et il ajoute que “Dieu

ne peut être connu que dans sa présence en nous”. »1

On peut remarquer que Spinoza est cité trois fois dans cette liste

mais L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX n’a pas cité ce passage : « J’entends par corps un mode qui

exprime, d’une façon définie et déterminée, l’essence de Dieu, en tant qu’on la

considère comme chose étendue. »2

L’expression de notre corps reflète la présence divine : c’est pour

cela qu’il y a peut-être une « Lumières du corps ». Chez L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, on

peut trouver des allusions inspirées par la Bible et notamment par la

Genèse *

: « Dieu créa le ciel et le bas, il créa la terre et le Mond, l’eau et les

plafonds. Puis il regarda dedans et noya le tous dans la matière pour qu’on y

voie plus rien. Puis il noya le tout dans la lumière pour plus rien voir car il ne

pouvait supporter la vue de ce qu’il avait fait. »3

La première noyade connote l’extermination alors que la deuxième

exprime la jouissance éternelle de l’essence divine.

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX transforme d’autres passages de la Bible : « Différents

enfants d’Adam commettent alors différentes sortes de crimes, comme par

exemple l’adoration du veau d’or par le veau d’or. »4

-« Heureux les terrestres car ils seront réduits en poudre »5

Des listes qui comprennent des noms bibliques, comme par

exemple dans La Scène: « Les Psaumistes du Repas de Terre engendrent les

1 La Chair de l’homme. Op.cit., p.391.

2 SPINOZA. Op.cit., p.45.

* Au Festival d’Avignon 2007, dans un entretien avec L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, Il nous a avoué qu’il a

lu deux fois le Coran.

3 Le Drame de la vie. Op.cit., p.41.

4 La Chair de l’homme. Op.cit., p..378.

5 L’Acte inconnu. Op.cit., p.60.


Sabriers Gendre et Ut, les Sabriers Urde et Urcet engendre les Sapiants de

Nurcie et Potrique. »1

Il y a une grande influence de La Bible sur l’esprit féminin. Des

emprunts religieux nous rappellent à chaque moment l’histoire et

l’origine de l’homme ainsi que ses relations en tant que corps avec Dieu

et le monde: « Le corps: c’est un ensemble d’organes différentes et inégaux en

dignité, qui ont été réunis par Dieu; il doit servir à la gloire de Dieu, il doit

devenir l’instrument de la vie humaine soumise à Dieu et orientée vers lui. Le

corps c’est la vie humaine, il lie à la personne humaine,…l’Apôtre dit, votre corps

est le temple de l’esprit de Dieu aussi bien que vous êtes le temple de Dieu et

son esprit vit en vous. »2

Patrick Brunel considère l’oeuvre féminin, à la fois, comme: «(…)

une nouvelle genèse et une divine comédie, bouffonne, burlesque, grotesque,

mais aussi violente, tragique et macabre. L’onomastique à elle seule témoigne de

la singularité d’une telle dramaturgie, singularité que renforce encore l’usage des

néologismes et une syntaxe au rythme torrentiel. l’impact de ce théâtre vient,

certes, de ce qu’il bouleverse le code dramaturgique en usage, mais aussi de ce

qu’il offre, non sans avoir mis en pièces la notion de psychologie et de

personnage, une représentation hallucinée, et par ailleurs profondément

comique, de la condition humaine. »3

Dieu devient le protecteur discret auquel nous ne pensons pas. Il

y a même risque de se sentir mal parce que nous ne prêtons pas

attention à cette présence : « Dieu était encore au milieu de nous à l’époque

comme un berger qu’on voyait pas. Il nous habitait en silence pendant que

personne n’y pensait. Quand on voit dans autrui, on a parfois le regard

massacré. Dieu était sans cesse au milieu de nous cependant. »4

1 La Scène. Op.cit., pp.18-20.

2 Dictionnaire encyclopédique de la Bible, traduit du Néerlandais. Turnhout : Brepols,

1987, p.359.

3 BRUNEL, Batrick. La Littérature française du XXe siècle. Paris : Armand Colin, 2005,

p.241.

4 Vous qui habitez le temps. Op.cit., p.76.


Et : « Dieu est ici, comme personne, pas comme quelqu’un. En nous,

l’infiniment présent maintenant est en nous, dépouillé maintenant de toute sa

lumière. »1

Le corps du prophète subit la traversés de la parole divine.

L’homme n’est pour rien dans ce qu’il dit. Ce n’est pas lui qui parle,

mais c’est par sa langue que Dieu s’exprime, rappelons le passage

suivant : « Le prophète n’incarne pas Dieu, Yahvé ou Allah, il en est le porte

parole. »2

Dans beaucoup de pièces, L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX s’inspire de la figure de Job,

même si le nom de Job n’est pas précisé : certaines chansons, par

exemple, sont plaintives. Comme dans l’Ancien Testament, et quand Job

décide de s’adresser au Puissant, il dit : “Aussi saisirai-je ma chair entre

mes dents…”. Job sait que sa vie lui pend à la bouche. L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX

emprunte cette image, dans Le Discours aux animaux, l’enfant du passé

se souvient : « Enfant, j’avais toute la chair de ma bouche entre mes dents ».3

Dans son article pour Valère L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX in Théâtre du verbe, André

Marcon évoque même le nom de Job : « Il y a chez L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX une allégresse

et un blasphème. C’est toujours un peu Job, une lamentation, une déploration,

une gesticulation dans le bon sens du terme, comique et pathétique aussi. Il

peut faire rire et pleurer en même temps, sur la même séquence, sans passer de

l’un à l’autre, simultanément »4

Comme Job, le je féminin se plaint à Dieu de cette vie pleine de

soucis :

« J’ai passé l’enfance dans les spasmes

L’adolescence dans les miasmes

La vieillesse en vaineries

1 Je Suis. Op.cit., p.96.

2 VERDEIL, Jean. L’acteur et son public, petite histoire d’une étrange relation. Paris :

L’Harmattan, 2009, p.32.

3 Le Discours aux animaux. Op.cit., p.126.

4 MARCON, André. L’offrande imprévisible. In Théâtre du verbe. Op.cit., p.234.


Et l’âge adulte dans les turlupinades »1

A chaque étape de la vie, l’homme se plaint d’un problème

différent. Le ton est humoristique mais la plainte semble vriae. Cette

plainte est toujours formulée en direction de son Créateur uniquement.

Dans l’oeuvre de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, il y a beaucoup de plaintes comme

dans L’Espace furieux, où la figure pauvre dit : « Je plains chaque jour

d’avoir vu l’jour. Je plains chaque seconde d’avoir à remplacer la précédente ; je

plains le temps de durer et l’espace d’avoir lieu. »2

L’homme se voit comme une charge inutile et plaint ainsi le temps

et l’espace. Cependant il ne perd pas espoir et tient à la vie puisqu’il

prie : « Seigneur, toi qui m’as fait naître de ma mère par-devant, épargne-moi

d’être un déchet qui s’en va par son derrière. Je suis venu par le trou de la vie.

Non par le trou de la mort. »3

C’est la prière qui joue le rôle de liaison entre le Créateur et sa

créature : « Par la prière, nous lui rendons le souffle qu’il nous a donné : nous

nous échangeons à lui par enlacement respiré ; nous le touchons par-dedans,

par le souffle qui circule entre lui et nous. »4

Il arrive que ses prières soient absurdes : « Depuis tout petit, je prie

que je crie le ciel qu’il me mette deux yeux de plus à la place de mes oreilles!

Avec deux j’y vois rien! »5

Il ya aussi des prières très iconoclastes comme celle-ci qui

s’adresse à l’anus. Nous pouvons expliquer le point de vue de l’auteur

selon lequel l’anus présente un trou, donc vide : « Ô notre anus dont nous

avons toujours oublié la multitude du nombre tant ton unicité était grande,

protège-nous de l’oubli! Ne nous tient pas rigueur de notre faible mémoire.

Immense est ta singularité dont nous avons toujours voulu combler le gouffre

1 L’Inquiétude. Op.cit., p.28.

2 L’Espace furieux, Op.cit., p.44.

3 L’Acte inconnu, Op.cit., p.137.

4 L’Envers de l’esprit. Op.cit., p.111.

5 Je Suis, Op.cit., p.125.


protège-nous de toutes nos formes doubles, triples, quadruples! O notre anus, tu

as raison de fermer toujours l’oeil sur nous-mêmes! »1

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX essaie de mettre en parallèle l’importance de la prière

chez un croyant et de l’écriture chez un outil qui permet de retrouver une silhouette parfaite : « La prière de l’artiste,

c’est son travail : les danseurs et tous les peintres et tous les outil qui permet de retrouver une silhouette parfaites auraient

pu un jour noter comme Kafka : Ecrire est ma prière. »2

Toute activité accomplie par l’homme (y compris les loisirs) s’élève

au rang de la prière et donc toute sa vie est considérée comme prière :

« Notre corps qui êtes en nous, et vous notre esprit qui êtes dedans, et nous les

gens qui y sommes plusieurs, notre chair qui êtes parlée et vous notre parole

incarnée : sortez-nous de la vie ou sinon nous nous souffririons de la viviante

monotonie de la respiration reproductive de l’homme par l’homme et du monde

ici tristement sous les yeux. Faites que notre sortie, qui est à l’image de la sortie

humaine de l’homme, n’ait lieu qu’une fois par jour, et délivrez-nous une fois

pour toutes de ce monde où nous étions filles et garçons. Et vous, notre sortie,

accordez-nous de trouver une issue vers vous. Où gisions-nous déjà ? »3

Dans le texte qui suit, L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX appelle Dieu, il s’adresse à lui

directement sans intermédiaire, en jouant sur le terme « adieu » qui

normalement évoque la séparation définitive d’une personne, devient

symbole d’espoir en parlant à Dieu. Sa parole à Dieu est purement

verbale puisque son corps n’accomplit aucune prière. Parler à Dieu

l’Incomparable et l’Unique le rassure au point qu’il pourrait laisser son

corps exprimer des rituels religieux : « Adieu, lorsque je dis adieu, c’est à

Dieu que je parle ; c’est pas à vous que je dis. Lorsque je dis adieu, c’est à lui

que je dis reviens ; Je ne dansais pas pour lui ; jamais je n’ai dansé pour lui ; je

prie le dieu nu et invisible, un et indivisible, ni visible ni divisible, ni un ni nu, ni

un ni invisible, ni nu et indivisible. Je ne peux danser pour lui. Je ne peux

danser que pour lui. »4

1 L’Acte inconnu, Op.cit., p.106.

2 L’Envers de l’esprit. Op.cit., p.162.

3 La Chair de l’homme. Op.cit., p.129.

4 Je Suis. Op.cit., p.37.


Nous trouvons d’autres exemples de prière : « Mon Dieu, prie pour

moi: que je me redresse de mes os et aille boire toute vive la vie! Désenfouis-moi

de la terre- et que je m’en sorte! Voici mes cendres, buvez et mangez! »1

Dans L’Inquiétude : « Viande de Dieu, sortez-moi des têtes et mangez-

moi mon rien! Viande de deux naissez pour me remordre la viande qui est!

Viande de Dieu entrez-sortez dans mon cadavre pour voir s’il vit! Viande de

deux, mangez mes restes où vous avez assassiné mes esprits! Viande de Dieu,

laissez mes restes en don aux animaux et aux oiseaux chanson qui vole! Viande

de Dieu, réparez-moi mes trois en choix! Viande de deux, apportez enfin à la fin

d’un chien en conclusion! Viande de deux, aspirez et soufflez-nous! Viande de

Dieu, retournez-vous pour voir en nous les cendres d’Adam. »2

Dans le passage qui suit, L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX s’inspire d’une prière très

connue, qui commence par : « Notre père qui êtes aux cieux » : « Notre

corps qui êtes en nous, et vous notre esprit qui êtes dedans, et nous les gens qui

y sommes plusieurs, notre chair qui êtes parlée et vous notre parole incarnée :

sortez-nous de la vie ou sinon nous nous souffririons de la viviante monotonie de

la respiration reproductive de l’homme par l’homme et du monde ici tristement

sous les yeux. Faites que notre sortie, qui est à l’image de la sortie humaine de

l’homme, n’ait lieu qu’une fois par jour, et délivrez-nous une fois pour toutes de

ce monde où nous étions filles et garçons. Et vous, notre sortie, accordez-nous

de trouver une issue vers vous.” Où gisions-nous déjà ? » 3

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX retravaille une autre prière très connue, le « Je vous salue,

Marie » : « Je vous salue la vie pleine de risques »4

Dieu est défini selon L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX de plusieurs façons : « Dieu

est imprononçable et incompréhensible. Nous le reconnaissons cependant dans

l’autre, dans notre prochain, qui a le visage du Messie. Il y a du divin visible

dans le visage humain ».5

1 L’Acte inconnu, Op.cit., p.17.

2 L’Inquiétude, Op.cit., p.45.

3 La Chair de l’homme. Op.cit., p.129.

4 La Scène. Op.cit., p.73.

5 Le Vrai sang, P.37, Entretien avec Yan Ciret. Version revue et corrigée


Dans Pendant la matière : « Dieu est personne. Dieu est tu. Tu es la

personne de Dieu inconnu. »1

« Dieu n’est pas mais qu’il existe vraiment, et que c’est nous qui avons

mis la mort entre lui et nous. Il n’est pas advenu ni venu au travers de rien

partager notre mort, mais c’est de lui que nous parlons lorsque nous nous

parlons et lorsque nous disons notre joie. Chaque humain le prouve, chaque

corps blessé, chaque corps de joie en témoigne, chaque visage est sa preuve,

chaque acteur contient son théâtre, chaque face humaine est le miroir et

l’énigme de sa présence. Tes yeux sont comme s’ils étaient ses yeux pour moi. Il

est en nous, dans le plus profond en nous qui est le plus intérieur, le plus intime

et le plus saint – parce qu’il ne nous appartient pas. Nous sommes sa demeure :

il est à lire sur chaque visage, il est à entendre dans ta parole. Je le lis sur ta

face. Dans chaque visage, dans chaque regard humain, tu le vois au travers.

Maintenant tu dois n’avoir plus peur et accepter d’être en face : c’est-à-dire

devant sa face, qui est invisible mais qui est face à toi. C’est ton visage que

nous cherchons. Nous cherchons sans fin son visage. » 2

Dans L’envers de l’esprit, autre vision se manifeste : « Dieu venant

se nouer à la chair. La chair qui est la charnière, le pivot, le cadro, l’axe : Carne

cadro salutatis. “ La chair, charnière du salut ” »3

« Dieu est ici en vide et il te répond par image en négatif : il te laisse

l’empreinte manquante de son corps ; il vide la figure humaine et il te laisse la

place ; il vient faire personne parmi nous. Il vient détruire le fétiche de l’homme

forgé de nos mains et fait par nous_ et il apparaît ; il déreprésente. Il vient

délivrer l’homme de l’idole humaine mécanique partout dressée. Il appelle notre

souffle et nous nous recroisons à lui ; nous lui donnons le souffle que nous

avons reçu de lui, dans un échange de vie, par la croix du souffle, par la prière

et par l’offrande et la restitution et le renouveau et la traversée de la

respiration. »4

Paru initialement dans Cripure n°9, Paris, juillet 1993.

1 Pendant la matière. Op.cit., p.45.

2 La Chair de l’homme. Op.cit., p.463.

3 L’Envers de l’esprit. Op.cit., p.144.

4 Ibid., p.169-170.


Dieu ne se présente pas sous une forme propre, ne peut

s’incarner dans un corps concret. Luc Richir l’explique ainsi : « Si Dieu ne

peut être un corps, ce n’est pas seulement parce que tout corps se limite à une

partie déterminé de l’étendue et se partage l’espace avec d’autres corps, c’est

aussi parce qu’un corps, du moins un corps vivant, une chair animale, présente

certaines caractéristiques contradictoires avec la nature divie telle que l’on

définie les trois monothéismes (Judaîsme, Christianisme, Islam). »1

Chez L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, la plus importante des définitions reste la

suivante : « Valère L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX avance que “Dieu est la quatrième personne du

singulier”. »2

Ce n’est ni moi, ni toi, ni lui, c’est une quatrième personne qui

rassemble les trois. Il est unique et impersonnel.

Revenons à ce que Richir décrit : « Dieu est donc le hors-lieu, ce

qu’aucune figure ne saurait circonscrire »3

Accepter la parole divine et s’abaisser comme décrit Lydie

Parisse en analysant l’oeuvre féminin: «A la kénose de Dieu réponde celle

de l’humain, voué à habiter au corps et un espace temps, et à revivre à sa

manière la “passion” (au sens de souffrance) divine. »4

On croit que le rien est le vide sont souvent mis en avant, comme

dans cette approche : « Dieu a créé le Tout à partir de rien. Mais le rien perce.

Le seau est trouvé. »5

« Lumières du corps » titre très parlant pour notre travail dont

l’axe est le corps. Lumières du corps, est un texte, n’est pas oeuvre de

1 RICHIR, Luc. Dieu, le corps, le volume. Bruxelle: Edition la Part de l’Oeil, 2003,

p.201.

2 La Chair de l’homme, p.395.

3 RICHIR, Luc. Dieu, le corps, le volume. Op.cit, p.92

4 Lydie Parisse, La « parole trouée » Beckett, Tardieu, L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, lettres Modernes minard

CAEN, 2008, p.151.

5 Dictionnaire des littératures de langue française, ouvrage publié avec le concours du

centre national des lettres, Jean-Pierre de Beaumarchais, Daniel Couty et Alain Rey.

Paris: Bordas, 1995, c1984, p.2729.


théâtre mais recueil de notes, de réflexion rassemblées en huit parties.

Le “S” de lumières renvoie peut-être au cinq sens.

Cette oeuvre est peut-être un haro féminin, un signal

pour ranimer les consciences et rappeler à l’humain qu’il est

majestueux et porteur d’une lumière qui témoigne de l’existence

du divin en lui. Puisque Dieu a créé l’homme à son image et lui a

attribué un souffle, ce souffle divin surgit comme lumière de

l’intérieur, mais c’est l’homme maintenant qui dompte l’émission

de cette lumière, c’est sa matière qui la diffuse: « La lumière vient

d’une descente dans la matière, non de quelque chose de projeté dessus. » 1

Pourquoi “Lumière”? Est-ce que le corps humain a vraiment une

lumière? A la page 105 de cette oeuvre, L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX essaie de nous éclaircir

sur l’origine de cette lumière, lorsqu’il écrit: « Le plus mystérieux de ce qui

arrive au spectateur, c’est cette intelligence par la matière. Cette venue par la

chair. Une lumière non pas projetée mais venant de dedans. Un souffle ouvrant-

une lumière-sortant du fond de la matière elle-même. »2

Cette lumière qui vient de l’intérieur est peut-être résumée par la

phrase : «Je suis est un néon » et « Le pauvre néon “ je suis ” maintenant est

éteint »3 « Et il n’y a plus aucune lumière à l’intérieure de la lampe du corps. »4

« Nous allons faire maintenant semblant d’être en esprit mentaux et en verbe

terreux et en tube lumineux. »5

Ce néon présente la vie humaine, il reste allumé tant que l’homme

respire, cette idée ressemble à ce passage dans le dictionnaire de La

Bible : « La lumière est appelée “lumière des vivants”, parce qu’elle éclaire les

hommes qui vivent sur le terre. Et quand cette lumière disparaît, c’est la mort. La

lumière est très souvent prise comme symbole de la prospérité. Elle est aussi le

1 Lumières du corps, Op.cit., p.144.

2 Ibid., p.105.

3 Je Suis. Op.cit., p.174.

4 Ibid., p.87.

5 Le Jardin de reconnaissance. p.66.


symbole de la gloire. La sainte Ecriture compare donc à la lumière la sagesse, le

justice, la charité. »1

Il s’agit pour l’homme de retrouver un état originel, de retrouver

l’époque ancienne où Adam était dans la lumière divine, en accord avec

Dieu, c’est-à-dire être en accord avec tout(le corps, la matière et même

les éléments de la terre : « Au tout début des temps, l’être était pur esprit,

c’est-à-dire, lumière. Il a voulu et décidé de vivre l’expérience d’être Dieu dans la

matière. Pour ce faire, il a dû se créer un corps mental, un corps émotionnel et

un corps physique qui constituent les trois dimensions du monde ou du plan

matériel. L’être est ainsi devenu de plus en plus humain afin de vivre toutes

sortes d’expérience sur la planète Terre. »2

Dans son oeuvre L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX rejoint un peu ce que nous avons déjà

cité.

En remontant vers les définitions de la lumière dans les

dictionnaires, nous trouvons que ce terme fait référence à différents

symboles surtout au sens religieux, et conforme à La Bible:

« Dieu s’est réservé le secret de la production et de la distribution de la

lumière. Il fait lever sa lumière sur tous. La lumière est douce aux yeux de

l’homme, c’est grâce à elle qu’il peut diriger sûrement ses pas sur la terre. C’est

l’apparition de la lumière qui constitue le jour. La lumière est appelée (Lumière

des vivants), parce qu’elle éclaire les hommes qui vivent sur la terre. Et quand

cette lumière disparaît, c’est la mort. La lumière est très souvent prise comme

symbole de la prospérité. Elle est aussi le symbole de la gloire, La Sainte

Ecriture compare donc à la lumière la sagesse, la justice, la charité »3

La lumière figure généralement la spiritualité (Thora et Evangile

sont considérés comme un afflux de lumière) et l’Islam en particulier, la

lumière se résume à la Foi qui illumine le coeur du croyant:

1 Dictionnaire de la Bible publié par VIGOUROUX et al, Tome 4ème. Paris : Letouzey et

Ané éditeurs, 1908, p.415.

2 BOURBEAU, Lise. Ecoute ton corps encore !, tome 2. Québec : Éditions E.T.C.Inc,

1994, p.15.

3 Dictionnaire de la Bible, Publié par F.VIGOUROUX. Op.cit., p.415.


« Dans le soufisme, La Niche de la lumière symboliserait le fond de

l’homme universel »1

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX parle de la première lumière qui est le souffle de Dieu ou

son esprit en nous. C’est grâce à cette lumière qu’on peut voir les

choses dans ses propres vérités « Dédié à la criante lumière des choses. La

lumière est le temps. La lumière est criée. C’est la première lumière créée qui

dure toujours et qui nous donne la vue. On en voit que parce qu’il y a encore ici

de la lumière criée. La lumière est le cri du premier instant qui dure toujours. »2

On constate donc chez les religieux une omniprésence de Dieu

comme émetteur de lumière, ce qui incite Saint Augustin à considérer

ainsi toute sorte de lumière jaillie de Dieu: « Dieu est la lumière intelligible

dans laquelle, à partir de laquelle et à travers laquelle s’éclaire tout intelligible »3

Même idée que l’on peut trouver dans le verset du Coran que

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX a cité dans La Chair de l’homme à la page 384 : « On lit dans la

sourate 24 du Coran : “Dieu est la lumière des cieux et de la terre. Sa terre

ressemble à un foyer où se trouve une lampe. La lampe est dans un récipient de

verre. Celui-ci ferait penser à un astre étincelant. Elle est allumée grâce à un

arbre béni, un olivier, ni oriental ni occidental, dont l’huile éclairerait même si

nul feu ne la touchait. Lumière sur lumière.” »4

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX développe : « La lumière est un corps subtil, prompt et délié

qui cause la clarté, qui éclaire, et donne la couleur à toutes choses, qui rend les

objets visibles. La lumière passe sur la matière, ainsi. Matière est le mélange de

petites parcelles dont la liaison forme tous les corps. Terre est un globe

sublunaire créé pour l’habitation et la nourriture de nous et de nos animaux.

Terre se dit aussi de la substance, de la matière dont ce globe est composé,

dehors comme dedans. Air est un élément liquide et léger qui environne. »1

1 Dictionnaire des symboles musulmans, Malek Chebel.Op.cit., p.249.

2 Pendant la matière. Op.cit., p.103.

3 Encyclopédie philosophique universelle (les notions philosophiques), Dictionnaire I,

Volume dirigé par Sylvain AUROUX, PUF, Paris, 3e édition 2002, p.1513.

4 La Chair de l’homme, Op.cit., p.384.

1 Le Jardin de reconnaissance, Op.cit., p.77.


Et dans Lumières du corps : « La lumière passe par-dedans la matière,

c’est là la vraie physique des amants bien accordés: Dieu est une attraction

dans l’univers aimanté : une force nue multipliante allant au un. » 1

« Nul n’a jamais vu Dieu, qui habite une lumière inaccessible (…) Dieu est

une brèche dans le moi, une faille dedans nous_ et qu’il est comme

transcendant par-dedans»2

Lise Bourbeau revient encore nous rappeler cette existence de la

lumière en nous : « Notre corps de matière n’est que l’ombrage de notre réalité

spirituelle. Quand nous saurons que nous sommes Lumière, quand nous

reconnaîtrons notre nature divine, nos corps de matière ne pourront refléter que

la lumière. »3

Cette lumière reflète la relation de l’homme avec Dieu, tant qu’il

est proche, il voit tout en lumière même lui-même, ceux qui ne la

trouvent pas en eux, ne peuvent la sentir ailleurs : « Une partie de la

matière est issue en nous d’une partie de la lumière suspendue hors de l’espace

où nous l’approfondissons »4

Puisque L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX entend par l’acteur, l’homme dans sa

généralité, il émet l’idée que le corps de l’acteur (homme) est un

diffuseur de cette lumière divine. Un messager qui porte un message et

ce message est la “ Lumière ” :

« Le corps de l’acteur est nouveau comme de la lumière non encore vue. Il

y a non matérialisation, incarnation, mais chute dans quelque chose lumineux.

Dans le lumineux des sens. Le théâtre annonce: voici l’imprévisible corps. Les

acteurs resplendissent de matière imprévue. Tout ce qu’ils disent est

impensable, tout ce qu’ils font est visible. Ils brillent d’humanité négative. »1

1 Lumières du corps, Op.cit., p.185.

2 L’Envers de l’esprit. Op.cit., p.143.

3 BOURBEAU, Lise. Écoute ton corps encore !. Op.cit., p.209.

4 Le Jardin de reconnaissance, Op.cit., p.24.

1 Lumières du corps. Op.cit., p.33.


L’acteur féminin : « (…) apparaît sans la moindre ombre d’homme,

de face, dans la lumière tranchante »1

Dans la suite L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX met au clair l’idée que la lumière peut être

aussi profane, venir d’en bas, de la terre qui est la source de tout génie,

source de la lumière et émerger sous plusieurs formes. Il fait du corps

de l’acteur une lumière, il veut dire peut-être enlever le voile sur des

choses qui sont cachées ou même qui ne viennent pas à l’esprit : « La

lumière vient à l’acteur du sol, de la position juste de ses pieds avec la terre:

avec le sol, il est accordé. L’accord avec le sol est la toute première condition du

chant, de la danse, de la pensée; le corps sur scène tient dans l’espace et, où

qu’il soit, il est au centre comme un fourneau qui brûle dans l’air le langage. La

lumière vient d’une descente dans la matière, non de quelque chose de projeté

dessus. Dans l’acteur la matière est devenue si dense qu’elle respire »2

Il précise qu’ : « Il n’y a pas qu’une opacité du corps, il y a aussi une

irrigation, une lumière du corps, une luminescence de la chair, une transparence

de la chair irradiée. Une terre d’où la lumière sourd: voilà le corps humain. La

lumière transforme, scintille et émane; elle n’est pas projetée: la lumière vient

d’en bas. »3

D’après L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, la parole est aussi : «(…) la lumière du temps »4

Que veut-on dire par la matière? Bien que la matière soit une

chose tangible, sensible et visible, L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX la rend sublime et céleste.

Bachelard, lui, de son côté, voit dans la matière le moteur de notre

vitalité: « Ainsi la matière nous révèle nos forces. Elle suggère une mise en

catégorie dynamique de nos forces. Elle donne non seulement une substance

1 Ibid., p.30.

2 Ibid., p.144.

3 Valère L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, “la parole opère l’espace”, propos recueillis par Gilles Costaz. Op.cit.,

p.99.

4 Pour Louis de Funès. Op.cit., p.146.


durable à notre volonté, mais encore des schèmes temporels bien définis à notre

patience. »1

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX va un peu dans le sens de Bachelard et fait de la

lumière un dynamisme : « La lumière passe par-dedans la matière(…) »2

Il compare ainsi le spectateur à un aveugle qui est resté

longtemps dans l’obscurité et voit d’un seul coup le monde avec sa

réalité brutale. Il le compare aussi au nouveau-né qui sort aux

lumières : « Le corps n’est pas une matière aveugle, il y a aussi en lui une

lumière du corps, une luminescence de la chair, une transparence de la chair

irriguée, un rayonnement, une irradiation; il y a un lieu dans terre, au plus

profond de la terre en nous, au profond de l’humble terre du corps humain d’où

la lumière sourd - et nous sommes dedans : dans la terre du corps humain, ici

dans la croix du ici, la lumière transforme et métamorphose, elle transfigure par-

dedans: la lumière vient d’en bas. »3

2. Le corps du Christ = Don de soi et souffrance

L’alliance des chrétiens avec le Christ est illustrée par le corps :

« On ne peut comprendre le christianisme qu’en l’embrassant_ par engagement

et témoignage du corps : sa preuve (s’il y en avait une) serait une preuve

matérielle et ancrée au fond de notre chair : la preuve par la prière ouvrante, par

le signe de croix qui marque sur nous l’offrande et le don de notre corps. Par la

chair, prise à témoin. On ne peut le comprendre que par embrasement

respiratoire, chute dans la prière, renversement paradoxal, déséquilibre dressé

mouvant, enjambée de l’esprit. »4

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX se refère à la vie du Christ et à certaines de ses paroles.

Il reprend celui qui n’a jamais péché se jette la première pierre dans :

1 BACHELARD, Gaston. La Terre et les rêveries de la volonté. Paris : Corti les

Massicotés, 2004, p.28.

2 Lumières du corps. Op.cit., p. 185.

3 L’Acte inconnu, Op.cit., p.165.

4 L’Envers de l’esprit. Op.cit., p.170-17.


« La chair du Christ dissuade d’adorer les pierres, empêche de jeter les

cailloux. »1

Il s’inspire aussi de la théologie négative: « Personne. C’est ce que

vient faire le Christ (Mashia’h : le messie) ; la figure humaine, il l’apporte vide. Il

vient non seulement faire l’homme avec nous mais aussi poser le divin vide sur

notre face. C’est par ce double mouvement d’incarnation et d’évidement_ de

kénose et de matérialisation charnelle_ qu’il est en nous le principe qui renverse,

palpite, pense, respire : en négatif-positif.»2

Saint Paul explique que : « Le corps du Christ se compose de

l’ensemble des fidèles. Dans ce vaste organisme chaque chrétien occupe une

place et exerce une fonction qui lui ont été assignées par Dieu ; il est par rapport

au corps du Christ ce qu’est le membre dans le corps du Christ, prenant modèle

sur les membres du corps humain, s’occupe de la fonction qui lui a été assignée

et ne s’occupe que d’elle ; si, collaborant pacifiquement avec les autres

membres, il s’associe à leur joies et à leurs peines, tout va bien. »3

L’hostie représente le corps du Christ, cette hostie rappelle aussi

le pain que le Christ donna à ses disciples :

« Le Christ déclare que le pain est la figure de son corps. Si son corps

n’avait pas été véritable, il n’aurait pas pu le représenter par une figure. La

réalité du corps du Christ est confirmée par la mention de la coupe où il est

question d’une alliance scellée par le sang. Car si l’on objecte qu’il y a des corps

non charnels, en tout cas un corps qui a du sang est nécessairement un corps

charnel »4

L’image de l’hostie est reprise par L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX : « Je t’offre le pain de

ma chair, je suis ton hostie »5

1 Ibid., p.154.

2 Ibid., p.168-169.

3 SAINT Paul. La Première épître des corinthiens. Op.cit. p.107-108.

4 Ibid., p.85-86.

5 L’Acte inconnu. Op.cit., p.172.


La Chair de l’homme : « Messie de sang, corps du verbe, fontaine

versée, être parlant, toi le parlant : prends pitié de tes enfants ; fontaine de nos

vie, nous te mangeons comme tu l’as dit. »1

D’après lui, la parole se mange comme une hostie qui incarne la

communication et non la communication : « Le Messie (le Christ) (…) ouvre

la voie, va au-dehors, est sans défense, appelle à lui : il se communique et il se

communie. Non seulement Dieu en lui s’incarne_ mais il vient sincorporer à

nous : la Parole se mange… »2

Le don de soi que fait Jésus rappelle un peu le don que fait le

pélican en nourrissant ses petits. L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX opère ce

rapprochement dans ce passage :

« Mon Dieu j’en d’mande pas tant

J’voudrais juste goûter l’sang

D’mon créateur: c’est lui l’meilleur!

C’est un vrai pélican

Ouvrant son corps pour ses enfants,

pain blanc: prenez-en tous! »3

Dans la représentation chrétienne, Jésus est en effet rapproché

du pélican et L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX qui connaît bien cette imagerie s’en est souvenu.

L’offrande peut prendre d’autres formes : « Dans la matière d’un

christ irradiant et plus vrai, une matière illuminante, une combustion est offerte

en offrande. Non seulement la chair, mais à la fin toute la matière sera

sauvée. »4

Ce don de Jésus peut être présenté d’une manière plus violente :

« Le monde est sacrifié par nos dents, de même, lorsque nous mangions le

messie, nous mangions, offerte à nous, la parole qui vint offrir le monde à nous.

1 La Chair de l’homme. Op.cit., p.114.

2 L’Envers de l’esprit. Op.cit., p.104-105.

3 L’Opérette imaginaire. Op.cit., p.62.

4 Lumières du corps. Op.cit., p.176.


Messie de sang, corps de feu, rivière inverse, toi le vivant: prends pitié de tes

enfants; fontaine de nos vies, nous te mangeons comme tu l’as dit. »1

On parle aussi de “ la passion du Christ ”, c’est un mot qu’utilise

parfois L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX pour parler de l’acteur comme dans ce passage :

« L’acteur n’est pas quelqu’un qui s’exprime, mais un dédoublé, un séparé, un qui

assiste à lui, un spectateur de son corps, un homme qui va hors d’homme. Un

spectateur de sa passion. .”2

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX remembre l’histoire du Jésus dès sa naissance,

l’offrande de son corps, sa crucifixion et puis sa résurrection. A chaque

moment il fait le lien avec notre corps que nous sacrifions parfois à nos

buts avec la souffrance que nous vivons et puis notre crucifixion qui est

la mort.

Citons encore deux possibles allusions bibliques : dans Le Drame

de la vie, le nom, un peu comme pour “ l’Inri coiffant ” semble associé à

la croix du Christ : « j’ai tant saigné que je n’arrive plus à porter mon propre

nom » 3 (pour lui : INRI= ici)

Les mots “ croix ” et “ crucifixion ” se retrouvent d’ailleurs dans

certains passages, dans Lumières du corps par exemple : « Il est étrange

d’être dans un corps enfermé, c’est une crucifixion pour chacun. Nous en sortons

par la parole qui délivre. »4

Et dans L’Origine rouge : - « Je ne suis pas cloué aux planches : je suis

crucifié au langage. Je porte l’homme sur moi. Ecarté et dans la croix de mes

membres. En vrai, sur ce morceau de moi et en bois de moi »5

- « Il est étrange d’être un corps, enfermé; c’est une crucifixion pour

chacun. Nous en sortons par la parole qui délivre. La vraie religion est un drame.

1 Le Repas, VN., p.86.

2 Lumières du corps. Op.cit., p.20.

3 La Chair de l’homme. Op.cit., p.119.

4 Lumières du corps, Op.cit., p.16.

5 L’Origine rouge. Op.cit., p.166.


Intime et étranger nous est notre corps. On va au théâtre voir l’acteur souffrir de

son corps, de l’espace et du temps, et s’en libérer par le salut final. »1

-« A l’examen des sentiments humains, j’ai fini bon dernier; au forum des

opinions creuses, je suis venu attacher une croix animale encore plus bas que

ma croix d’homme. Il m’a fait chair pourtant! Et c’est moi qui lui parle! »2

Selon le dictionnaire du corps: « la croix est symbole du triomphe sur

la mort et célèbre la résurrection du corps du Rédempteur (…) Ces crucifixions

incarnent par excellence le sacrifice du corps et de la chair en faveur du règne

de l’esprit. La souffrance en général. »3

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX se réfère à nouveau à la Bible et au christianisme : « La

croix dit le christianisme de deux traits unis en contradiction: elle annule, efface,

condamne, dépasse et sauve, barre, nie, soulève et vainc la mort; elle concentre

et rayonne dans toutes les directions; elle fixe un point qui embrasse le

monde. »4

Chez Artaud, l’image de la croix marque que: « (…) les quatre points

cardinaux (de la croix) est l’image de l’occupation totale de l’espace et a pour

rôle de contraindre le soleil qui, lui, indique la marche du temps de la naissance

et de la mort. »5

Et chez L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, la même idée se répète : « Notre corps est le lieu

lui-même où à quatre membres nous sommes sa croix dans l’espace. »6

Encore une fois, L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX reveint au quatre : « L’espace : non le

porteur, mais le géniteur du corps. Rien sauf le tombeau du corps. L’espace en

quatre et en croix : celui par qui nous sommes croisés à la matière. Car

1 Ibid., p.16.

2 L’Origine rouge. Op.cit., p.105.

3 Dictionnaire du corps en sciences humaines et sociales, sous la direction de Bernard

Andrieu, Op.cit., p.118-119.

4 L’Envers de l’esprit. Op.cit., p.145.

5 VIDIEU-LARRERE, Francine. Lecture de l’Imaginaire des oeuvres dernières de Antonin

Artaud, la fabrique du corps-écriture. Paris-Caen : Lettres modernes minard, 2001,

p.68.

6 GAUVILLE, Hervé et L’APPAREIL DE LIPOMASSAGE (OU ÉQUIPEMENT MINCEUR) WELLBOX, Valère. Louis Soutter, Si le soleil me revenait. Paris :

A. Biro : Centre culturel suisse, 1997, p.31.


l’absence est non ce sur quoi nous serions et reposerions, mais un jeu dans la

pensée auquel nous sommes suspendus. »1

Le Christ descend pour mettre les choses en ordre. Dans un

monde d’injustices et de malheurs, les gens supplient le Christ pour

qu’il revienne les sauver, détruire les idoles tels que : l’argent, le

pouvoir, la femme (en tant qu’objet de plaisir) : ce sont peut-être “ les

déesses en bois ” dont parle La Bible :

« Messie. C’est ce que vient faire le Christ, il vide la figure humaine, il

l’apporte vide. Il vient non seulement faire l’homme mais aussi porter le divin

vide dans la figure humaine. [ ... ] C’est par ce double mouvement d’incarnation

et d’évidement - de kénose et d’ascension charnelle (d’assomption et descente

somatique) -, qu’il est en nous le principe, la porte de ce qui parle, pense,

renverse, palpite, bat et respire : en négatzfpositif Janus biface, comme l’est

l’image double, ambivalente et réversible, d’un corps x sur le suaire de Turin: «

ici dieu vide» - « Dieu ici Vide », lui qui dans notre langue répond par splendide

anagramme : il te laisse l’empreinte négative de son linceul pour renaître; il te

laisse la place; il vide la figure humaine, il vient faire l’a-homme, l’antipersonne

parmi nous. Il vient détruire le fétiche. Il vient détruire notre fétiche fait par nous.

Il enlève le fétiche de l’homme et apparaît. Il est là, en face, et il déreprésente. Il

vient abattre l’idole humaine partout dressée. »2

Lydie parisse nous explique cette problématique de la dualité

fémininne : « L’indifférence aux problématiques du salut et de la pensée

dualiste (naissance/mort, souffrance/bonheur, divin/humain,

présence/absence) trace, toutes barrières abolies, le chemin vers une

divinisation de l’humain qui passe par l’acceptation de la perte du propre, le

refus d’une morale de l’expiation et du salut, la négation de la logique

sacrificielle au profit de celle d’abandon, et l’éloge d’une relation au monde

pacifiée contenue dans la démarche paradoxale du pur amour, qui n’est autre

qu’une mise en tension, en équilibre, ainsi que le suggère le tableau. »3

1 Pendant la matière. Op.cit., p.89.

2 Lumières du corps, Op.cit., p.187-188.

3 PARISSE, Lydie. La « parole trouée » Beckett, Tardieu, L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, Op.cit., p.148.


L’histoire du Christ se récite depuis sa naissance : « Cette vierge qui

donne naissance – mains serrées et priantes, en forme de flamme écartelées

comme l’orifice de la chair ouverte livrant passage -, cette vierge à l’enfant,

montre les entrailles de l’espace s’ouvrir pour laisser passer le corps de celui qui

a fait l’espace. »1

« Le Messie est une figure du temps qui embrasse l’attente et la venue. »2

Son baptême: « Par son baptême, le Christ vient sanctifier le Jourdain: il

s’immerge dans la matière et la sauve. »3

Sa mort par crucifixion: « Une fois fixée la mort comme limite de la vie,

restent face au mur, toutes les figures humaines entassées vives et alignées. »4

Dans les extraits qui suivent, vie et mort s’entremêlent, et

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX introduit une sorte de confusion :

« Et il apparaît alors que la scène peinte ici n’est pas une nativité mais

une descente de croix. Ou plutôt qu’une descente de croix a été peinte pardessus

cette nativité. S’explique alors la présence si étrange du corps de

l’enfant : c’est un corps qui tombe, versé, descente- et cette Madone est une

pietà qui tient un mort sur ses genoux. On remarque qu’il porte encore un peu

de sang, une trace de corail rouge à son cou. C’est ici le corps qui tombe de

Jésus crucifié enfant. »5

Et enfin sa résurrection : « Notre mort n’a aucune importance puisque

nous ressusciterons. La chair ressuscitera donc, et non seulement tout la chair

ressuscitera, mais elle ressuscitera la même et tout entière. »6

3. Le corps d’Adam = la création

Le thème de la création se révèle fréquemment chez L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX

dans plusieurs textes : dans Le Monologue d’Adramélech : « je t’ai formé

1 Devant la parole. Op.cit., p.100.

2 Ibid., p.103.

3 L’Envers de l’esprit. Op.cit., p.74.

4 Ibid., p.47.

5 Devant la parole. Op.cit., pp.96-97.

6 La Chair de l’homme. Op.cit., p.322.


de limon(…) Seul, il s’ennuie(…) Je te flanque d’une soeur pour que tu piaffes

moins »1

Et dans L’Acte inconnu : « Il prit une poignée de terre et lui dit: Sois

homme! Et la terre ouvrit les yeux. Et elle ne le reconnut pas. L’homme sortit; il

se brisa: l’homme tomba défunt; il remplit, ensuite je ne sais plus … l’eau de

poissons, couvrit la terre d’animaux en glaise, remplit l’air de moucherons

vrombrissants; dans le feu, il embusqua des salamandres: et il me mit devant

toi. Et il décida que tous ceux qui sortiraient de nous se précipite:aient vers la

mort. Tous se précipitèrent pers la mort. Nous la mangeâmes sans y penser.

Quand nous eûmes de nouveau faim de lui, il avait disparu. »2

Aussi dans L’Envers de l’esprit : « L’intimité_ et la relation touchée

qu’il y a entre Dieu et nous_ est donnée dès le commencement du livre : il nous a

fait de ses mains. (…) Dieu a fait l’homme à son image et à sa ressemblance.»3

Il veut nous faire revenir à la première période de l’histoire

humaine avant que les hommes connaissent les maux, les gênes et les

souffrances. Là où Adam vit l’intuition réelle et l’accord avec Dieu.

Il a consacré à ce thème une pièce de théâtre dont le titre est

L’Origine rouge, malgré que l’auteur insinue que cette origine rouge est

le sang, mais ce que nous pouvons voir dans ses textes, c’est que

l’origine rouge est peut-être la boue.

Citons cette analyse : « Le récit le plus ancien dit récit yahviste, attire

l’attention sur le rapport entre les termes adam et adama : l’homme est tiré du

sol dont dépend sa vie ; il doit le rendre productif. Adam est à la fois un nom

générique (l’homme en tant qu’espèce et non en tant que sexe) et un nom propre,

le nom propre du premier créé. Adam est ainsi l’éponyme du genre humain. »1

La Genèse affirme en effet qu’Adam fut créé à partir de la

poussière du sol et le Talmud affirme qu’il fut modelé à partir de boue.

1 L’APPAREIL DE LIPOMASSAGE (OU ÉQUIPEMENT MINCEUR) WELLBOX, Valère. Le Monologue d’Adramélech. Paris : P.O.L., 2009, p.11.

2 L’Acte inconnu, Op.cit., p.81.

3 L’Envers de l’esprit. Op.cit., p.109.

1 Dictionnaire des littératures de langue française. Op.cit., p.14.


Le dictionnaire de la bible nous permet de vérifier que le rouge chez

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX c’est Adam : « Adam est un nom générique qui s’applique à la femme

aussi bien qu’à l’homme parce qu’il désigne l’être humain en général, on pense

généralement que ce nom, qui signifie “rouge”, fut donné au premier homme à

cause de la terre rouge dont il avait été formé, il était ainsi pour lui une leçon

continuelle d’humilité… Le Seigneur forme donc l’homme du limon de la terre.

L’hébreu met “poussière” au lieu de “limon”. On voit par ces paroles que le corps

de l’homme a été tiré directement de la terre »1

Le Coran utilise plus d’un terme pour faire référence à la terre

utilisée pour créer Adam, et ce sont ces termes qui nous ont permis de

comprendre l’évolution de sa création, car un terme différent est utilisé

pour chaque stade de la création. La terre est appelée terre, mais Dieu

l’appelle également argile. Lorsqu’elle est mêlée à de l’eau, elle devient

de la boue; lorsqu’on la laisse reposer, une partie de son eau s’évapore

et elle devient collante, telle une boue qui commence à sécher. Si elle

est laissée ainsi, elle dégage bientôt une odeur et sa couleur devient

plus foncée, comme l’argile, c’est-à- dire plus ou moins rouge.

C’est à partir de cette substance que Dieu a modelé Adam. « Ton

Seigneur disait aux anges: « Je vais créer un homme avec de l’argile

sonnante. Quand Je l’aurai façonné et lui aurai insufflé de Mon esprit, tombez

prosternés devant lui. » 2

« Adam, premier homme et père de l’humanité, créé par Dieu à son image,

à l’aide de terre »1

Adam, avant de parler, a commencé à compter les choses de la

terre par leurs noms. C’était en fait une épreuve que Dieu voulait faire

aux anges. Bien qu’Adam ait un corps éphémère, Dieu lui a attribué le

savoir, une chose que même les anges avec leurs corps de lumière ne

1 Dictionnaire de la Bible, publié par VIGOUROUX, Tome 4ème, Op.cit., p.170

2 Le Coran. Traduit par Jean Grosjean. Paris: Éditions Philippe Lebaud, 1979, p. 266.

1 GLASSE, Cyril. Dictionnaire encyclopédique de l’Islam. Paris : Bordas, 1991, p.14.


peuvent pas avoir sans la volonté de Dieu : « On a dû commencer par

compter et chercher à entendre ce que le temps veut dire ; comme les enfants qui

veulent un jour compter jusqu’au bout ; comme Adam, le vieil animal parlé,

captif du temps, l’énumérant et commençant par l’énoncer : c’est le premier

animal du monde qui a compté avant de parler et nommé à la suite toute la

création des animaux défilant devant lui. »1

La souffrance d’Adam est expliquée : « Adam, la pauvre figure

humaine au sol, qu’il faut ramasser, recueillir; elle demande à être de plus en

plus évidée et creusée. »2

Dans ce passage, c’est la parole qui fait exister(ce qu’on appelle la

parole performative) « Si tu es chien, je ne suis pas Adam par a plus b, ni né

d’une femme jamais née d’une femme, ni apparu à la barbe d’un père, ni de la

seule parole du père de ce père duquel, mais de la seule parole de celui qui fait

seulement d’être, ni sans la chair, ni sans esprit, mais dans la terre qui vient et

va »3

Dans L’Inquiétude, Jean s’exclame : « J’ai vu Dieu : il ma mis un trou

au milieu. Par où nous savons que nous souffrons énormément quand nous

sommes là. »4

Ce trou doit peut-être être la bouche qui peut conduire l’homme à

son malheur et l’emmener jusqu’à sa fin.

La encore, la scène opère un renversement jubilatoire, parce

qu’elle offre un lieu symbolique où fuir le corps, où fuir l’espace-temps.

Et le Prophète renchérit : « Celui qui est du temps, fait de temps ou semblable

à lui, cela n’est pas, cela est contraire à lui ! »1

« Il y a au fond du monde un oeil de vrai qui veille quand on le voit pas: je

ne peux pas le voir, j’aime encore mieux prier les bêtes qui passent tout haut.

1 Pendant la matière. Op.cit., p.19.

2 Lumières du corps. Op.cit., p.77.

3 L’Animal du temps. Op.cit., p.44.

4 L’Inquiétude. Op.cit., p.46.

1 L’Espace furieux. Op.cit., p.148.


Herbes, pierres et brindilles c’est à vous que je confie de garder en pensée

l’image restée en vue de mon corps imbécile. »1

Adam habite et gère ce corps qui ne vient pas de lui, d’où son

étonnement : « D’où vient qu’on parle ? Que la viande s’exprime? »2. Les

moments où les prophètes sont habités physiquement par un souffle

divin et la transformation que cela implique (corps de lumière,

respiration, vie nouvelle) se retrouvent chez L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, souvent de façon

comique.

Le recours à l’histoire d’Adam représente aussi notre passé, notre

attachement à la première génération du monde. C’est aussi une

relation des hommes pendant des siècles. C’est pour cette raison qu’on

peut considérer le théâtre de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX comme une mémoire des

origines.

Par cette phrase, L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX nous rappelle que l’histoire de la

création de l’homme est à l’origine de tout : « Il y a toujours en nous le

souvenir d’une chute et l’étonnement comique de naître, c’est-à-dire de tomber

d’un corps dans un autre. Nous nous rappelons à chaque respiration ce

franchissement d’une limite incompréhensible. L’hébétude, la sidération de se

trouver comme à l’intérieur d’une enveloppe corporelle intérieure à l’univers.

Avoir à aspirer l’air soudain et faire retenir notre cri »3

Ainsi qu’il fait certainement allusion à l’histoire d’Eve et d’Adam

« Appelle et rappelle que le monde nous vient d’une parole sortie de la bouche

d’une femme. »1

Dans Pour Louis de Funès, L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX qui s’encourage « Eveille les

forces ! Ré-ouvre le cube adamique ! N’entre pas sans tes animaux ! Prends

toujours le théâtre pour quelque chose que tu dois ouvrir aux animaux. La

première chose que doit faire l’acteur avant de passer en scène c’est de compter

1 L’Inquiétude. Op.cit., p.24.

2 Le Drame de la vie. Op.cit., p.9.

3 Lumières du corps. Op.cit., p.65.

1 Pendant la matière. Op.cit., p.36.


les animaux des espèces, de les reconnaître et les nommer un à un. C’est ce que

fit Adam avant même qu’on l’endorme et le fende en deux pour lui ôter une

femme pendant son rêve. »1; L’auteur doit retrouver une énergie divine,

originelle, redevenir Adam.

Dans le Dictionnaire du théâtre, il dit d’ailleurs: « Le théâtre de

Valère L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX s’inscrit sans doute entre la question d’Adam qui ouvre Le

Drame de la vie : « D’où vient qu’on parle ? » et l’ultime proposition du Tractatus

logico-philosophicus de wittgenstein, telle que la renverse la personne creuse du

Repas : « ce dont on ne peut pas parler, c’est cela qu’il faut dire ». »2

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX parle aussi de l’histoire de Moïse : « Il est dit à Moïse

Délace-toi, défais-toi, approche pieds nus. (…) Si Dieu répons à Moïse_ qui lui

demande qui il est_ “Dis leur que je m’appelle Je suis ”, ce n’est pas pour

signifier qu’il est l’Être, “ le Grand Être, l’Être Suprême ”, c’est pour prendre

aussi son nom de Moïse et le nom de chacun d’entre nous ; il veut porter notre

nom à chacun_ à nous tous : nous sommes tous des Je suis(…) »3

Le passage qui suit « Nos corps ne sont plus montrables qu’aux morts.

Si j’avais vu Dieu, j’aurais plus mes yeux. »4, Nous rappelle un verset Dans

le Coran : « Moïse vint à notre rencontre et son Seigneur lui parla. Moïse dit

alors : Seigneur, montre-toi à moi, que je puisse te regarder. Il lui fut répondu :

Tu ne peux pas me voir. Regarde la montagne. Si elle reste en place, tu me

verras. Or dès que Seigneur se montra, la montagne fut réduire en poudre et

Moïse tomba foudroyé. » 1

Le liquide corporel comme le sang est présent aussi chez L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX

et rappelle certaine histoire biblique. Le rouge du sang peut renvoie à la

Mer rouge de La Bible, celle que Moïse traversée : « L’ouverture de la mer

1 Pour Louis de Funès. Op.cit., p.130.

2 Encyclopaedia universalis, dictionnaire du théâtre. Paris : Albin Michel, 1998, p.584.

3 L’Envers de l’esprit. Op.cit., p.120.

4 Vous qui habitez le temps. Op.cit., p.61.

1 Le Coran. Traduit par Jean Grosjean. Op.cit., p.103.


Rouge est au fond de notre sang, pas les globules. (L’origine rouge, c’est la mer

de mêmes noms) »1

Encore des extraits : « Voici deux récipients. Vides. J’y inscris, ou non

plutôt j’y verse de l’eau. Ou du sang. Ce liquide représente: le contenu de

l’histoire. »2

Dans L’Origine rouge : « La parole venue de la personne qui nous a

appelé, nous nous abouchons à elle et à lui comme à un sang en ruban entre

elle et nous: venue de rien, elle se transforme en rien et fait apparaître bien des

choses; elle est comme du sang maintenant qui s’écoule entre nos dents en

écoulement indifféremment momentané et perpétuel. »3

Le corps du prophète subit la traversée de la parole divine.

L’homme n’est pour rien dans ce qu’il dit. Ce n’est pas lui qui parle,

mais c’est par sa bouche que Dieu s’exprime : «L’Homme Nu: ils ne sont

pas du tout en bois! La main divine les plasmas: ils sont nés chair et souffle. Ils

sont nés dans la chair d’amour. C’est parce qu’ils sont nés dans la chair qu’ils

connaîtront la gloire. C’est parce qu’ils sont nés de la chair mortelle et des noms

qu’ils ressusciteront. »4

L’homme nu, c’est Adam qui est un /nu. La nudité d’Adam

renvoie à une certaine fragilité.

Il eut y avoir un refus du corps par Adam : « Mon corps est en trop

abbé, j’ai trop tort d’être dedans. Et mes yeux deux toujours au visage trouant

qui sont là. Trois trous toujours abominablement mis dans la figure. J’ai une

seule bouche au milieu : c’est elle qui me noue tout autour pour parler.(…) Abbé,

même si nous étions deux seulement en un seul, ou même si nous étions à

l’intérieur seulement des chiens, ou si nous étions seulement des ombres en

1 Enveloppé de langues comme d’un vêtement de joie, “Valère L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, poète comique”

entretien de Valère L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX avec Hadrien Laroche, in Java, n°8, été 1992, p.65.

2 Ibid. p.83.

3 L’Origine rouge. Op.cit., p.72.

4 L’Acte inconnu. Op.cit., p.163.


nombre à l’intérieur des chiens, nous aurions des têtes en pierre pour ne souffrir

plus d’aucun froid. »1

On retrouve Adam même dans Falstafe: « Falstafe_ Harry, en un

temps d’innocence, si Adam a fauté c’est parce qu’il était de chair. »2

4. Louis de Funès : l’acteur prophète

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX associe la figure d’un prophète à celle d’un acteur

comique. Cette approche iconoclaste peut choquer les croyants.

Dans la conception fémininne Louis de Funès est un saint.

Cette sainteté du comique, L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX la saisit dans l’image de l’acteur.

Louis de Funès fait revivre chez L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX le souvenir d’un enfant qui

allait voir “Gugusse” à la “Loterie Pierrot”.

La description de Louis de Funès est assez surréaliste: « Nous

habitons une multitude de corps, l’acteur comique le sait : il se divise à l’infini.

Louis de Funès se séparait en animaux, en mille effigies soudaines à l’intérieur

d’un corps, comme un totem multiplié, comme face aux six cent soixante- six

visages. »3

Assez hallusinante, délirante comme quand Artaud parle de Van

Gogh4

D’après L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, Louis de Funès est un oiseau, citons: « Le “ Pour

Louis de Funès ” de Valère L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX(…) se veut le manifeste d’une nouvelle

poétique de l’acteur “ cet oiseau pas d’ici qui dit « adieu » aux hommes ”. Comme

l’écrit L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX »1

Le prophète c’est celui qui révèle les choses anciennees, il les

réalise. De son côté, l’acteur revivifie le texte, lui donne une actualité

1 Vous qui habitez le temps. Op.cit., p.24.

2 L’APPAREIL DE LIPOMASSAGE (OU ÉQUIPEMENT MINCEUR) WELLBOX, Valère. Falstafe, in Théâtre. Op.cit., p.536.

3 Pour Louis de Funès. Op.cit., p.142.

4 ARTAUD, Antonin. “Van Gogh, le suicide de la société”, in Oeuvres comlètes XIII.

Paris: Gallimard, 1974, pp.9-104.

1 Le théâtre du port de la lune (1986-2003), textes de Dominique Paquet et Philippe

Rouyer. Bordeau : éditions confluences, 2003, p.31.


brûlante : « L’acteur est prophétique. Le prophète n’est pas tant un qui annonce

mais un qui se souvient. Prophétique parmi les nations est le peuple qui se

souvient. “Par le souvenir, la rédemption.” »1

Dans “Portrait de l’acteur en personnage”, dans La bouche

théâtrale, Olivier Dubouclez voit que : « Louis de Funès est moins convoqué

pour ce qu’il a réellement dit ou fait que pour incarner une figure prophétique où

se mêlent la langue de l’outil qui permet de retrouver une silhouette parfaite et le témoignage rêvé de l’acteur(…) Voici Louis

de Funès porteur de la multiplicité des langues spirituelles, le latin, le grec,

l’hébreu(…) « Louis de Funès » n’est pas un simple nom, une pure matière

verbale : il est le point d’ancrage d’une méditation(…) »2

Christine Ramat, pour sa part, estime que : « Chez L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, la

sainteté de l’acteur est d’abord à entendre dans son sens étymologique_ saint

vient de l’hébreu quados, d’une racine qui signifie séparé. L’acteur saint est

donc celui qui accomplit un travail de séparation, qui pousse jusqu’à ses limites

extrêmes le principe de la perte et de la dépossession de soi pour se révèle dans

sa chair, cet autre corps souffle, de vibrations et de pulsations rythmiques. »3

Elle avance encore : « Louis de Funès, précise L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, « est un singe

très saint, qui rend très saintes les choses comiques et très comiques les choses

sacrées ». Le mariage paradoxal du saint et du singe rejoint ici ce qu’Agamben,

dans son analyse de l’esthétique baroque, nomme La mystique de l’incongru

qui, s’appuyant sur les principes de la théologie négative, montre que la

dissemblance offre une paradoxe pertinence par divergence. »1

Quand L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX parle de passion, c’est dans un sens un peu

différent que chez Diderot : « Un acteur qui se propose de représenter les

effets d’une passion, ne doit donc pas, s’il veut jouer avec vérité, se contenter

d’emprunter les mouvements que cette passion excite également chez tous les

1 Devant la parole. Op.cit., p.81.

2 DUBOUCLEZ, Olivier. Portrait de l’acteur en personnage, in (La bouche théâtrale),

p.57-58.

3 RAMAT, Christine. La dramaturgie spirituelle de Valère L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, Louis de Funès :

une figure de la sainteté comique, in Europe. Op.cit., p.182.

1 Ibid. p.130.


hommes. Il faut qu’elle prenne chez lui la forme particulière qui la distingue

dans le sujet dont il entreprend d’être la copie. »1

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX a une approche plus moderne : il parle de Louis de

Funès un peu comme s’il était une sorte de “pile humaine” dégageant

une forte énergie éléctrique venant de Dieu. Ce qui a marqué L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX

chez Louis de Funès, c’est l’impression d’énergie qui se dégager du jeu

de cet acteur. Cette énergie a aussi à voir avec la lumière. C’est ce qui

suggèrent ces passages : « Ça se voit à la lumière qui sort de lui, qui

n’apparaît que sur ceux qui sont bien anéantis. Une gloire qu’il porte, qui ne

vient pas des feux des projecteurs ou des éclairs photographiques(…) mais une

gloire véritable c’est-à-dire une lumière qui transparaît, sort de dedans. »2

« J’ai toujours appelé secrètement et simutanément Louis de Funès : Louis

de Funèbre et de Lumière. »

Dans le jeu De Funès, il y a aussi le côté incroyable, fabuleux qui

renvoie peut-être au mystère de Dieu.

Lydie Parisse explique par ailleurs qu’il : « transpose la pratique de

l’oraison au travail de l’acteur, envisagé comme une ascèse. La tentation

ascétique, qui consiste en des pratiques visant à purifier le corps et les sens en

vue de permettre l’illumination, n’est pas directement liée à la mystique, et

représente une donnée de l’expérience de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, qui aime dessiner, peindre,

écrire, en s’infligeant des contraintes physiques très fortes.» 1

Or: « Le culte du corps fut rapidement, lié à une activité religieuse. C’est

par lui que les hommes ressemblaient aux dieux et par eux qu’ils le protéger. »2

1 DIDEROT, René. Écrits sur le théâtre II, Les acteurs, Paradoxe sur le comédien et

Lettres à mademoiselle Jodin suivi de Rémond de Sainte-Albine, préface, notes et

dossier par Alain Ménil. Paris: Pocket, Agora les classiques, collection dirigée par

François Laurent, 1995, p.231.

2 Pour Louis de Funès. Op.cit., p.117.

1 Lydie Parisse, La « parole trouée » Beckett, Tardieu, L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX. Op.cit., p.135.

2 BRAUNSTEIN-SILVESTRE, Florence et PEPIN, Jean-François. La Place du corps

dans la culture occidentale. Op.cit., p.21.


Si Louis de Funès est mis en avant, c’est parce que c’est une

figure connue, qui fait image surtout auprès d’un public populaire. Le

corps est très présent dans le jeu de Louis de Funès.

Valère L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX semble adorer expressément Louis de Funès.

Quand ce dernier joue, il contrefait et travestit l’Ecriture. En definitive,

nous pouvons poser la question: Louis de Funès est prophète comique

ou un acteur saint?


DEUXIÈME CHAPITRE

LA CORPORALITÉ DE L’ÂME


« Ce n’est pas l’esprit qui est dans le corps, c’est l’esprit qui

contient le corps, et qui l’enveloppe tout entier. »

Paul Claudel (le soulier du Satin)


Cette appellation pose peut-être une problématique; pourquoi

corporalité étant donné l’absence de toute matérialité en l’âme?

Nous justifions Le choix de ce terme par ce que nous allons

prouver au long de ce chapitre. Pour L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX l’âme se corporalise à

travers les actions, il lui donne alors un aspect matériel.

L’âme, pour se manifester et s’affirmer a besoin d’un corps à

travers lequel elle pourrait prouver son existence. Certaines personnes,

comme Lise Bourbeau pensent que « Le corps est tout simplement le reflet

de ce qui se passe à l’intérieur de soi. »1

Pascal partage cette idée puisqu’ il explique que « (…) mon corps

sans mon âme ne ferait pas le corps d’un homme, donc mon âme unie à quelque

matière que ce soit fera mon corps. »2

L’âme est aussi objet de questions chez L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX : « Le noeud, qui

unit l’âme au corps, a-t-il été ici-bas fait vraiment assez solidement? L’âme est-

elle au corps tenue par un lien suffisant? Non non! _ A qui il est ce corps en bois

parmi moi? A genoux dans l’autopensée, je voudrais maintenant m’en aller. »3

Comme dans cette phrase qui approuve le lien intime entre les

deux ainsi que leur égalité: « On ne peut considérer l’âme comme l’espace

vide qui nous séparre de notre “propre corps” et qui nous relie aussi à lui assez

intimemen pour que nous sachions que ce corps, c’est le nôtre(…) le corps est

donc exactement comme l’âme. Et d’ailleurs, ils vont toujours ensemble »4

Il doute réellement d’une relation fusionnelle entre le corps et

l’âme, tout au moins ici-bas. Il se pose des questions sur le corps que

1 Lise BOURBEAU, Ton coeur dit: Aime-toi!, Québec, Canada, Les Éditions E.T.C.Inc,

1997, p.15.

2 Pascal, Pensées, p.794/ 623.

3 L’Opérette imaginaire. Op.cit., p.44.

4 DUMOULIE, Camille. Le Timbre intraduisible du corps (Artaud, Merleau Ponty,

Lacan), in Le corps et ses traductions. Paris: Éditions Desjonquères, 2008, p,32.


son Moi engendre : « Les Stoïciens soutiennent qu’“il n’existe pas autre chose

que des corps et que Dieu lui-même et les âmes sont des corps”. »1

Une autre notion est à considérer, celle de l’esprit : « Silence!.. A

l’âme et au corps et au baiser de l’esprit qui est entre eux! »2

Le rôle de l’esprit est d’unir en douceur l’âme au corps. Ce que

rejette L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX en leur demandant le silence, étant donné qu’il ressent

son esprit « (…) comme un corps qui n’obéit pas.”3, au point que ce corps laisse

l’esprit s’échapper « (…) il danse si fort et si longtemps qu’il laisse son tronc

dans la danse et que l’esprit poursuit tout seul. »4

L’esprit devient concrèt et se trouve au même pied d’égalité que

n’importe quel corps au sens large du terme : « J’ai l’esprit qui touche, tout

ce qui existe dans le monde a un corps. Il n’y a rien dans l’univers qui soit

mécanique ; rien n’est matière morte. Il faut entendre l’esprit sortir soufflé du

corps. Ce qui est spirituel n’est pas hors de la matière, c’est de la matière

chantée. »5

Cette opposition entre le corps et l’esprit se trouve dans le

passage qui suit : « Le corps doit vérifier tout ce que lui dit l’esprit. Il a son mot

à dire. C’est pourquoi ce qui est écrit, il est bon de l’éprouver toujours par la

bouche du théâtre, remâcher, repasser tout au corps révélateur. »6

Le corps passe de la phase d’irresponsabilité à la phase

d’expression et d’affirmation du soi.

Le corps est un moyen de diriger le monde en même temps qu’il

soutient l’âme de la personne :

1 La Chair de l’homme. Op.cit., p.290.

2 Le Repas. Op.cit., p.67.

3 Vous qui habitez le temps. Op.cit., p.15.

4 Le Drame de la vie. Op.cit., p.294.

5 Devant la parole. Op.cit., p.62.

6 Pour Louis de Funès. Op.cit., p.138.


«Je n’use jamais seulement de mon corps comme d’un outil, puisque là

même où je me sers de lui je suis encore porté par lui, aussi bien pour agir et

manipuler que pour recevoir et rencontrer les choses. »1

Ce corps que L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX considère comme une cage, une prison

dans laquelle sont enfermés nos rêves, nos désirs et nos chagrins, se

rapproche de l’idée de Platon qui considère le corps comme tombeau “Le

corps est la prison de l’âme”. Il s’en explique: « Le corps est un obstacle

interne qui interpose sa manière propre de connaître entre la vérité des êtres et

la pensée. C’est ce double sens qu’il est “chose mauvaise”, et en ce double sens

seulement »2

Mais Gontier contredit cette idée de Platon en expliquant: « Si l’âme

est produite par le souffle de Dieu, il faut préciser que Dieu ne projette pas dans

ce souffle quelque chose de lui-même ou de sa nature. Cette distance entre

l’âme et Dieu conduit à réévaluer ce qui sépare l’âme du corps : le corps est une

oeuvre de Dieu, et non de démons inférieurs comme le soutiennent Porphyre et

les platoniciens ; il ne peut, à ce titre, être considéré comme une nuisance ou une

prison. »3

Dans d’autres traditions le corps n’est pas présenté de manière

aussi positive. Platon voit dans le corps une chose matérielle et

éphémère à l’opposé de l’âme précisant que : « l’âme du philosophe méprise

profondément le corps »4

Il affirme que le corps est une substance concrète attachée au

monde terrestre, alors que l’âme est un élément noble de l’au-delà « Le

corps n’est qu’une entrave, portion de ce monde de l’ici-bas, alors que la sagesse

pure ne peut se rencontrer que dans le monde du “Là-bas”. »5

1 François CHIRPAZ, Le corps, Op.cit., p.96.

2 Platon, Phédon (traduction de Monique Dixsaut), GF Flammarion, Paris, 1991, p.81.

3 GONTIER, Thierry. De l’homme à l’animal, Paradoxe sur la nature des animaux

Montaigne et Descartes. Op.cit., p.31.

4 Platon, Phédon, Op.cit., p.65.

5 Ibid, p.68.


L’âme comme nous l’avions expliqué est un élément noble, à celà

vient se greffer son immortalité et son imperméabilité à toute influence

exterieure. Cependant le plaisir du corps reside dans la recherche de la

violation de cette réalité « Le corps ne peut jouir que des coups qu’il porte à

l’âme; et l’âme n’est pas seulement immortelle, elle est littéralement increvable.

Toujours la pensée ressuscite ce fantôme dont la colère du corps a besoin. »1

Et si l’être humain se sent prisonnier, c’est parce qu’il est

toujours assoiffé de liberté. Il a le sentiment d’être crucifié comme le dit

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, et reste à la recherche del’issue d’une fatalité pénible.

Pour L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX la liberté ne réside pas dans le fait d’accomplir ce

que l’on veut quand on le veut mais la liberté est de pouvoir exprimer

ce que l’on veut quand on peut en accordant au corps la possibilité

d’être vu et entendu pleinement. Il faut libérer l’âme de ce qui la

perturbe à travers le corps et la parole. La parole est libératrice : « dans

toute parole, on entend ce déchainement qui est notre enchainement et notre

délivrance par les mots….. Notre pensée se capture dans les mots qu’elle

libère »2

Le verbe “ libérer ” est aussi utilisé dans le texte suivant: « Toutes

les choses, nous les parlons pour libérer la matière de sa présence morte »3

Aristote a une idée un peu divergente de celle de Platon, mais

assez proche de celle de Novarian, pour lui le corps c’est une maison

sans laquelle l’âme ne trouve jamais son lieu pour s’épanouir et

s’illustrer : « En effet, l’âme n’est pas un corps, mais quelque chose du corps,

et, pour cette raison, elle se trouve dans un corps, et un corps de telle nature »4

Et il ajoute:

1 ROULIN Jean-Marie, Corps, littérature, société (1798-1900), Op.cit., p.242.

2 Ibid, p.24.

3 Pendant la matière. Op.cit., p.23.

4 Aristote. Anthropologie (textes choisis). Paris : PUF, 1976, p.20.


« Il semble bien, de fait, que toutes les affections de l’âme soient liées au

corps, qu’il s’agisse du courage, de la douceur de caractère, de la crainte, de la

pitié, de l’audace, de la joie également, ou du fait d’aimer et de haïr;

simultanément avec ces affections, en effet, le corps éprouve quelque chose »1

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, plus loin se contredit et contredit Aristote en affirmant

que « C’est l’esprit qui est la maison du corps, non le contraire comme on

l’apprend. »2

Cette maison du corps peut être la « demeure fragile » qui est un

titre d’un texte de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX (dans Devant la parole).

Le symbolisme de la maison se révèle même « (dans) les livres Grecs

de l’Ancien Testament : le corps est l’habitation de l’âme. »3

Et aussi « Chez les Ikhwan as-Safa, mouvement politico-religieux du Xe

siècle, le corps est une demeure “bien meublée”: l’âme étant son maître de

maison, avec sa famille et ses serviteurs (les facultés). La tête représente une

chambre haute, le cou une arcade, la gorge un vestibule; les dents sont une

balustrade; les poumons symbolisent la chambre d’été et le coeur, grâce à

l’énérgie qui le traverse, symbolise la chambre d’hiver. L’abdomen est comparé à

un gynécée; les intestins sont ses lieux d’aisance, quand à l’anus et à l’urètre, ce

sont les conduites d’égouts (Marquet, PIS, P.347). chaque partie du corps a ainsi

une fonction architecturale, sociale, protocolaire, militaire et géomantique. »4

Cette image de maison de famille surgit aussi chez L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX :

« L’acteur n’habite pas son corps comme une maison de famille mais comme une

caverne de hasard et passage obligé. »5

Chez L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX le corps et l’âme sont indissociables, à chaque

moment l’un peut présenter l’autre comme dans l’esprit bouddhiste:

1 Ibid, p.21.

2 Pendant la matière. Op.cit., p.81.

3 Dictionnaire de la Bible, Tome 2ème. Op.cit., p.1020.

4 CHEBEL, Malek. Dictionnaire des symboles musulmans. Op.cit., p.118.

5 Théâtre des paroles. Op.cit., p.120.


« Funi est une abréviation de mini-funi (deux mais non deux) et funi-mini

(non deux mais deux). Cela veut dire que le matériel (corps) et le spirituel (âme)

sont deux catégorie distinctes sur le plan des phénomènes, mais qu’ils sont

inséparables et un par essance. »1

C’est une idée que nous pouvons retrouver chez Descartes qui fait

du corps le miroir du monde et de l’âme reflétant à chaque période de la

vie l’existence des pensées.

« Je suppose que le corps n’est autre chose qu’une statue ou machine de

terre, que Dieu forme tout exprès, pour la rendre la plus semblable à nous qu’il

est possible; en sorte que, non seulement il lui donne au dehors la couleur et la

figure de tous nos membres, mais aussi qu’il met au-dedans toutes les pièces

qui sont requises pour faire qu’elle marche, qu’elle mange, qu’elle respire, et

enfin qu’elle imite toutes celles de nos fonctions qui peuvent être imaginées

procéder de la matière, et ne dépendre que de la disposition des organes »2

Plus tard dans le deuxième tome de la même oeuvre, Descartes

nous explique sa conception du corps : « Je me considérais, premièrement,

comme ayant un visage, des mains, des bras, et toute cette machine composée

d’os et de chair, telle qu’elle paraît en un cadavre, laquelle je désignais par le

nom de corps »3

Quant à Spinoza, il considère le corps comme un véhicule qui

nous permet d’accéder à des états de conscience. Le corps tel qu’il

l’aperçoit définit bien un certain type de mécanisme, une composition

ou un assemblage de pièces dont la relation est à l’origine un rapport de

mouvement qui peut légitimement être comparé à un dispositif matériel

1 BERVAL, René. Dictionnaire du Boudhisme : termes et concepts. Monaco: 2ditions du

Rocher, 1991, p.346.

2 Descartes, OEuvres Philosophiques I (1618-1637), Paris, Éditions Garnier, 1988,

P.379.

3 Descartes, OEuvres Philosophiques II (1630-1642), Paris, Éditions Garnier, 1987,

P.417.


inanimé dont les pièces transmettent les unes aux autres leurs

mouvements selon une loi déterminée. 1

« La misère de l’homme, c’est la faiblesse de son corps; sa grandeur, c’est

la puissance de son esprit. »2

Spinoza en parle en l’attachant fermement à l’âme et s’accorde à

tous les philosophes qui prouvent « l’inséparation » de l’âme et du corps:

« L’objet de notre âme c’est le corps, le corps comme existant en acte, et ne rien

de plus »3

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX peut voir un côté négatif du corps, comme dans presque

toutes les traditions. Le corps symbolise le péché, l’âme est en haut de

toute chose profane. Saint Paul proclame :

« Marchez par l’esprit et vous n’accomplirez pas les désirs de la chair.

Car la chair convoite contre l’esprit et l’esprit contre la chair. Ce sont choses en

antagonisme en sorte que vous ne faites pas ce que vous voulez. Mais si vous

êtes conduits par l’esprit, vous n’êtes pas sous la loi. Or les oeuvres de la chair

sont manifestes. Ce sont le libertinage, l’impureté, la débauche, l’idolâtrie, les

sortilèges, les inimitiés, la discorde, la jalousie, les emportements, les querelles

(..). Mais le fruit de l’esprit c’est l’amour, la joie, la paix, la résignation, la

bonté… »4

Artaud, pour sa part, affirme que tant que le corps ne cherche

que la satisfaction de ses exigences et désirs, il reste terrestre et ne

pourrait certainement pas atteindre l’âme dans sa sublimité : « l’esprit

n’est plus qu’une mémoire adventice, plus un corps est un corps, plus il est loin

de l’esprit et de sa conscience. »5

1 Voir: Pascale Gillot, Corps et individualité dans la philosophie de Spinoza, dans

“Méthode (savoir et textes) 3/2003 figures de irrationnel.

2 GONTIER, Thierry. De l’homme à l’animal, Paradoxe sur la nature des animaux

Montaigne et Descartes. p.94.

3 SPINOZ. Ethique. Op.cit., p.51.

4 Saint Paul, La seconde épître aux corithiens. Op.cit., p.201.

5 Artaud Antonin, Suppôts et Suppliciations, Paris, Poésie/Gallimard, 2006, p.207.


Selon La Bible, le corps ; suivant son attitude et ses

comportements peut soit sauvegarder l’âme soit la surcharger et

l’alourdir auquel cas il se transforme en élément complétement négatif

et dans les deux cas il est voué à mourir « (mais) cette habitation peut être

sans souillure, c’est-à-dire sans penchants trop mauvais, ou sous l’empire du

péché et des passions perverses. Dans ce second cas, il est un fardeau pour

l’âme. Un jour il ne sera que cendre. En attendant, il est condamné à l’affliction,

à la souffrance, châtiment pour les méchants, source de mérite pour les bons. Il

est destiné à mourir et à devenir un cadavre »1

L’outil qui permet de retrouver une silhouette parfaite souligne l’existence d’une relation étroite entre l’esprit

et le corps au point que ce dernier engendre la spiritualité et la délivre

par la pensée puis par l’écrit grâce à la main : « Il y a du spirituel dans les

mains. Enfouie dans la matière, la pensée vient nous délivrer. L’esprit n’est pas

le contraire du corps mais quelque chose qui sort de lui, volatil : il y a un lien

invisible, un passage non vu entre les choses. J’aime prendre les pensées dans

les mains. Je suis un outil qui permet de retrouver une silhouette parfaite pratiquant. »2

Selon Montaigne et dans ses Essais, on peut conclure que le

corps guide l’esprit pour le ramener toujours à la nature. L’âme qui est

enracinée dans le corps se trouve obligé de se résigner et d’obéir aux

exigences de ce dernier.

C’est une problématique réelle qui préoccupe entre autres les

philosophes. Le plus important est-ce le coprs ou l’âme? Corps/âme

dualité persistante à laquelle aucune réponse ferme n’est apportée:

« L’âme ou le corps? L’âme humilie le corps, ce plébéien tyrannique; elle

transforme la jubilation en malédiction. Le corps humilie l’âme: il dénonce

l’imposture de la doctrine spiritualiste. »3

Le corps féminin tend à revêtir un état psychologique, joue le

rôl e d’un agent de l’âme, non un matériau de son organisme.

1 Dictionnaire de la Bible, Tome 2ème, Op.cit., p.1020.

2 Devant la parole. Op.cit., p.61.

3 ROULIN Jean-Marie. Corps, littérature, société (1798-1900). Op.cit., p.251.


Patrice Pavis cite ces deux exemples du corps théâtral: « De la

même manière, l’utilisation théâtrale du corps varie entre les deux cas limites

suivantes:

a. Le corps n’est qu’un relai et un support de la création théâtrale;

laquelle se situe dans un ailleurs: dans le texte, dans la fiction représentée. Le

corps est totalement asservi à un sens psychologique, intellectuelle ou morale, il

s’effeca devant la vérité dramatique, ne jouant qu’un rôle de médiateur dans la

cérémonie théâtrale. La gestualité de ce corps est typiquement illustrative et

redondante de la parole.

b. Le corps est matériau, il ne renvoie à rien d’autre qu’à lui-même, n’est

pas l’expression d’une idée ou d’une psychologie.”1

Nous abordons dans ce chapitre deux thèmes que l’on juge les

plus importants dans ce que vit le corps pendant son existence

terrestre: l’amour et la mort, c’est—à-dire Eros (pulsion de vie) et

Thanatos (pulsion de mort). Deux éléments qui s’intéressent au corps et

à l’âme mais de façon différente et à des moments différents :

L’amour relie l’âme au corps et implique la joie de Vivre. Cela dure

dans le temps et s’arrête brusquement par l’intervention de la mort.

La mort par contre sépare le corps de l’âme subitement et

définitivement. Et comme l’explique Annick Souzenelle que les deux

termes sont attachés puisque : « L’amour pénètre jusqu’à l’origine de toute

chose. La mort partage le berceau de la naissance. L’amour qui n’accepte pas la

mort n’est pas l’amour. »2

1. L’amour

L’amour est présentée comme une énergie. L’amour émanant

évidement de l’âme perd son sens noble quand elle arrive dans notre

corps. L’amour devient donc désir physique qui répond à des pulsions

humaines basses :

1 PAVIS, Patrice. Dictionnaire du théâtre. Paris : Éditions Sociales, 1980, p.94-95.

2 SOUZENELLE, Annick de. Le Symbolisme du corps humain. Paris: Albin Michel,

2000, p.263.


« Séparante, sexuée, séminale, est l’énergie qui inverse tout ordre,

renverse et convertit: elle sème et elle pulvérise, elle appelle; elle a amené la

matière ici pour la faire voir à nos yeux : elle porte jusqu’au plus profond de notre

corps la preuve de la gravitation des astres, en creux elle l’imprime en nous; elle

nous retourne car elle connaît l’ordre profond du chaos de la matière: elle s’offre,

elle se verse, elle transfigure, elle s’est faite homme; elle est descendue parmi

nous; elle appelle, elle pulvérise et sème vivante sous nos yeux toute chair et

toute matière; elle a mis le monde bas. »1

L’amour représente tout sentiment pur et son inverse, il unit et

désunit, il donne naissance et tue…

« L’amour est simple, l’amour est voyant : les amants voient soudain d’un

seul instant l’univers aimanté. Celui qui nous agit, celui qui nous libère, celui qui

nous emprisonne, celui qui nous capture, celui qui délivre, celui qui nous ouvre,

celui qui nous fait et défait. Respirant, il renouvelle le corps, le consume, le

relève, le féconde, l’enflamme, l’achève et lui donne à nouveau naissance. Elle

féconde, elle s’enflamme, elle se renverse, elle illumine, elle vibre, elle

transfigure, elle brûle de dedans, elle éclaire, elle pulvérise de l’intérieur, elle se

répand du centre, elle inonde, elle foudroie, elle sème, elle dissémine la matière

sous son feu, elle l’éclôt et l’ouvre; elle se répand, ruisselle, s’inverse, ondoie,

éclate et s’évapore, elle pulvérise, elle fuse, la lumière de l’esprit prend le corps

de dessous et le retourne. » 2

L’amour reste toujours synonyme d’éspoir et de vie car grace à cet

amour que l’homme continue à exister. C’est cet amour qui nous aide à

oublier au moins momentanément le côté complètement negatif de

l’amour : « Nous aimons, pour le bien de la vie, faire du corps d’autrui un

récipient, en attendant notre prochaine porte de sortie. Au lieu de la mort où

nous préférons ne pas aller, nous préférons aller dans le corps où l’autre crie:

sortie. Préférons entrer au corps, dans l’instant de cet amour, non pour sortir par

le haut ni le bas, ni par lui-autrui, mais chercher ma sortie! Nous aimerons

1 Lumières du corps. Op.cit., p.183.

2 Ibid., p.185.


entrer encore en corps parmi autrui, non pour mourir avec lui mais chercher sa

sortie. »1

Quelque soit le corps que l’homme porte, il reste quelqu’un

d’intègre grâce à l’âme : « L’homme est encore nu! Sous le vêtement immonde,

il est pur comme une pierre! »2

L’amour est un don réciproque, elle est le: « Centre de tout

movement, mesure de tout rythme, il ne peut se faire connaître qu’en se voilant

et se limitant, serti dans les joyeux de toute vie manifestée qui en est la

radiation et qu’il attire à lui »3

L’amour transporte les corps vers un état sextraterrestre, qui leur

permet de jouir de la lumière spirituelle, elle est présentée avec

beaucoup de poésie: « Voici les corps ardents traversés et joueurs

transnaturels, natifs de la lumière, allant rejoindre d’un libre amour le

mouvement stellaire et y tourbillonner à la source. »4

L’amour, joie et lumière sont souvent associés par Noavrina : « La

lumière passe par-dedans la matière, c’est là la vraie physique des amants bien

accordés: Dieu est une attraction dans l’univers aimanté : une force nue

multipliante allant au un. » 5

Quand Novrian d’une joie invisible il fait peut-être allusion à l’âme

et /ou à l’amour : « Il y a une sorte de joie invisible au-dessus des corps « 6

2. La mort

C’est le détachement de l’âme du corps ; la mort sépare le corps

de l’âme. Dans l’oeuvre de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, le terme de la mort est ubiquiste,

omniprésente, il la discernait bien sans tomber dans le négatif ou le

désagréable. L’idée de la mort est équilibrée par le désir de vivre.

1 Le Repas. Op.cit., p.92.

2 CLAUDEL, Paul. Art poétique. Op.cit., p.44

3 SOUZENELLE, Annick de. Le Symbolisme du corps humain. Op.cit., p.240

4 Lumières du corps. Op.cit., p.182.

5 Ibid., p.185.

6 Pendant la matière. Op.cit., p.77.


C’est la mort qui incite le corps à vivre à profiter des plaisirs avant

qu’elle ne le surprenne : « Par quoi s’exprime le corps ?_Le corps s’exprime

par la mort. Vous vous retournerez d’ici, en nous abandonnant votre corps sans

en avoir rien fait. »1

Selon Paul Claudel : « L’homme est donc perpétuel comme la fin à qui il

est adressé. Incorruptible, dans son âme, comme dans son corps, qui en est

l’instrument nécessaire, la mort est pour lui un accident violent. »2

L’âme peut être satisfaite de sa cohabitation avec le corps et de

leur séparation définitive : «- A mon corps, je lui dis que je le félicite de

m’avoir vécu. »3

Comme elle peut ne pas l’être parce qu’elle refuse cette séparation

et la considère comme sa propre fin: « -Quant au mien, je lui dis de me

féliciter de l’avoir habité. Ici aujourd’hui, voyant ma fin et la mangeant, je redis

au corps qui va y aller, que je ne suis certain que d’une chose: que je ne me suis

jamais vue mourir moi-même. »4

L’homme reste conscient de cette dualité corps/âme même d’une

façon très humble puisqu’il sait bien que son corps est destiné à devenir

cadavre un jour : « Il y a dans mon corps un cadavre qui court toujours après

moi. »5

A cause de la dualité corps/ âme, le corps devient conscient de

son impuissance devant la mort et essaie de surmonter cette réalité

amère pour lui jusqu’au point de prendre le risque de tomber dans le

pêché. Son désir de devenir fort le conduit vers un comportement

négatif qui le détruit ; ainsi il se trouve toujours dans la position de

faiblesse et de “victimisation” :

1 L’Espace furieux. Op.cit., p.29.

2 CLAUDEL Paul, Art poétique, Op.cit., p.125.

3 Le Repas. Op.cit., p.72-73.

4 Ibid.

5 La Scène. Op.cit., p.189.


«La chair peut ainsi définir l’homme en sa réalité concrète. Le mot connote

alors une certaine fragilité de l’être humain, plus que sa faiblesse morale

proprement dite. La chair est fermeture égoïste sur soi, résidu du péché que la

Loi a fait multiplier, source de mort. »1

Dans le Dictionnaire biblique et : « Selon Paul, le corps est, comme la

chair, le siège du péché. Condamné à passer par la destruction, voué à la

mortification de ses membres. »2

Cela nous rappelle des vers Omar Khayyâm :

« O coeur, puisqu’en ce Monde, au fond tout est chimère,

Pourquoi tant de soucis devant ce long calvaire?

Obéis au destin et supporte le mal,

Car la plume ne peut revenir en arrière. »3

La mort fait toujours retour, comme les vagues de la mer : « Voyez

comme chez les noyés le corps toujours refait surface : l’esprit tout seul s’en va

au fond, la terre revient…Le corps est en matière morte. Le corps doit rester à La

surface de la mort comme nous. Je dirais de vous ce que disait de Diogène

Eléazar de Tomsk : « Si cet aveugle n’a rien vu, c’est parce qu’il n’y avait rien à

voir ! »4

Le cadavre est voué à l’oubli et à la solitude dans sa cellule

éternelle : « Ci-gît, sans pain, sans pied et sans futur, la figure noire du pauvre

Souchetron, laissé ici tout seul, à l’abandon, pendant que les beaux soleils

courants éclairent ailleurs. »5

La mort n’est pas forcément synonyme de chute définitive de

positif puisqu’un sentiment inexpliqué rassure le suvivant qui enterre le

cadavre: il sait (consciemment ou inconsciemment) que le cadavre

1 Encyclopédie philosophique universelle (les notions philosophiques), Dictionnaire I,

Volume dirigé par Sylvain AUROUX, Op.cit., p.299-300.

2 MONLOUBOU, Louis et DU BUIT François Michel. Dictionnaire biblique universel.

Op.cit., p.144.

3Omar Khayyâm, Rubaiyat, Tahrir, Iran Co. Kashani Bros, Téhéran, S.D., SP.

4 L’Espace furieux. Op.cit., p.72/73.

5 Le Monologue d’Adramélech. Op.cit., p.16.


retrouve son lieu d’origine qui est la terre : « Il y a une sorte de joie invisible

au-dessus des corps et, au-delà de nos larmes, quelque chose de presque

saintement comique dans le fait de voir l’être humain terrassé par une main et

réduit à nouveau à l’état de pierre et de terre. Je n’ai pas de la mort une idée

négative. »1

Selon les traditions religieuses, la mort n’est pas la fin de

l’homme, c’est une passerelle, comme le déclare L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX : « La mort ne le

supprime pas, elle le suspend. »2

Le “ le ” présente peut-être l’homme en général. C’est une

habitude fémininne de parler d’un personnage tandis que chacun de

nous est concerné : « A chaque moment, la pièce se réfère à un sentiment qui

concerne tout le monde. »3

La mort n’exerce finalement aucune influence ni négative ni

positive sur l’homme son unique rôle se limite à mettre fin à la scène de

la vie : « Ni destruction, ni fin, ni sortie, ni issue, ni négation, la mort ne nie rien,

ne détruit rien, n’est rien, n’ajoute rien et n’a rien à dire ; elle est juste le lieu où

jouer la fin des temps. Elle attend la scène. »4

Grâce à la capacité que l’homme a pour se détacher de ce monde,

la mort se transforme du négatif au positif, dans L’Origine rouge, la

mort devient une victoire: « Je n’ai jamais pu m’imaginer la mort autrement

que sous la forme d’un triomphe. Ou quelque chose où on assiste à une

naissance.»5

Et il ajoute : « Au-delà de nos larmes, quelque chose de presque

saintement comique dans le fait de voir l’être humain terrassé par une main et

1 Pendant la matière. Op.cit., p.77.

2 Je Suis. Op.cit. Op.cit., p.22.

3 BROOK Peter, Points de suspension. Op.cit., p.135.

4 Pendant la matière. Op.cit., p.42.

5 L’Origine rouge. Op.cit., p.57.


réduit à nouveau à l’état de pierre et de terre. Je n’ai pas de la mort une idée

négative. »1

La mort transforme l’homme d’un être animé à un être inanimé.

C’est le seul et unique pouvoir qu’elle exerce sur lui. Son pouvoir donc

est très limité. Pour cela, nous pouvons dire que l’homme malgré sa

mort, reste supérieur à cette dernière : « La mort est nulle. La mort est l’être

par excellence et le mot par excellence. N’étant qu’un mot et qu’un être - et c’est

tout, elle n’a aucune force. Elle n’a aucune force car c’est un état très stagnant,

des plus stagnants … Un état dont on ne peut rien dire, sinon que c’est un état

nul … Étant parfaitement immobile, stable, nulle et immobile, elle est le seul être

véritable. Immobile et solitaire, non-chose et sans souffle, elle n’a aucun pouvoir

… C’est donc elle qui est l’Être (ce grand mot stupide et sa majuscule). Étant

l’Être, c’est-à-dire ce qui est absolument sans partage ni mouvement, elle n’a ni

force ni pouvoir et n’a donc jamais triomphé de rien ni emporté qui que ce soit. »2

« La mort est nulle » est reprise dans L’Acte inconnu : -« Ceux qui ont

tagué « La mort est nulle » au bord du canal de l’Ourq ont bien fait. Nous ne

sommes pas fait pour. C’est un accident. »3

Dans L’Origine rouge, « Mort à la mort »4 correspond au moment où

Dominique Pinon sur scène écrase le crâne. Un cri de refus, de

rébellion contre la mort.

La même idée est reprise dans les passages suivants :

_ « Ô mort, ne pète pas si haut ta victoire ! Te voici réduite à zéro »5

_« Notre mort n’a aucune importance puisque nous ressusciterons. La

chair ressuscitera donc, et non seulement tout la chair ressuscitera, mais elle

ressuscitera la même et tout entière. »1

_« Nous sommes dans un monde dont la tombe n’est qu’apparente(…) »1

1 Pendant la matière. Op.cit., p.77.

2 Lumières du corps. Op.cit., p.178.

3 L’Acte inconnu. Op.cit., p.161.

4 L’Origine rouge. Op.cit., p. 93.

5 L’Acte inconnu. Op.cit., p.141.

1 La Chair de l’homme. Op.cit., p.322.


« Régnons sur nous-mêmes, frottons-nous les yeux à la face de moi-et

mirons-nous au miroir de la mort. Des gens partis en huit reviennent moitié en

cendres, les autres en fontaines de sang. »2

« La mort n’est pas vraie » est la dernière phrase dans Je Suis, les

didascalies indiquent que le personnage qui « est au sol » se relève à la

fin. C’est la réssurection d’un défunt

Nous avons d’autres exemples de Mort qui ressuscite, dans

plusieurs oeuvres, par exemple :

Dans Je Suis : « (…) je voyais les morts ressusciter, en vraie et en

ossement blanchis qui revivent partout, qui sortent des trous. »3

Et dans L’Acte inconnu : « Une fois fixée la mort comme limite de la vie,

restent face au mur, toutes les figures humaines entassées vives et alignées. »4

Et Le Drame de la vie : « Les morts sont bien vivants, tatoue-toi ça sur

ton serpent »5

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX la présente d’une façon poétique ou bizarre même en

insistant d’abord sur l’importance de l’oeil puis une problématique du

discours: « L’oeil est la lampe du corps, même dans la mort. Est-ce la mort qui

vous rendra vivants ? Certes, non. Vous avez trop demandé aux choses mortes.

Laissez ces objets silencieux, en vous comme en nous : ils sont nos ossements. »6

Derrida confirme ce que L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX écrit sur l’oeil : « Mais si nous

demandons dans lequel de ces organes toutes l’âme apparaît en tant qu’âme,

nous pensons aussitôt à l’oeil, car c’est dans l’oeil que l’âme se trouve concentrée,

elle ne voit pas seulement à travers l’oeil mais s’y laisse voir à son tour. De

même qu’en parlant de l’extérieur du corps humain, nous avons dit que toute sa

surface, par opposition à celle de l’animal, révèle la présence et les pulsations

1 Le Jardin de reconnaissance. Op.cit., p.22.

2 L’Acte inconnu. Op.cit., p.37.

3 Je Suis. Op.cit., p.163.

4 L’Acte inconnu. Op.cit., p.47.

5 Le Drame de la vie. Op.cit., p.265.

6 L’Espace furieux. Op.cit., p.141.


du coeur, nous dirons de l’art qu’il a pour tâche de faire en sorte qu’en tous les

points de sa surface le phénoménal devienne l’oeil, siège de l’âme et rendant

visible l’esprit. »1

C’est un monde obscur interne montrant des relations doubles et

divergentes de l’être humain, sa vie et sa mort, son cri et son silence, sa

faim et sa douleur. Il demande au spectateur de consentir à ces scènes

tragiques de la vie réelle. Le corps est satisfait que sa fin soit la mort,

d’ailleurs personne ne peut y échapper.

« Souvenez-vous du corps. Souvenez-vous du corps que vous avez eu

pendant un temps : souvenez-vous de lui pendant que vous avez le temps. »2

La mort de l’homme signe sa disparition définitive certes mais ses

paroles le font revivre : « Descendons aux figures humaines et décrivons ces

cadavres avec le respect dû à leurs restes. Que reste-t-il de l’homme une fois que

nous l’avons prononcé? Un soupir sur sa bouche. »3

Ici L’appareil de massage (ou équipement minceur) WELLBOX veut peut-être dire que l’homme est éternel, pas

corporellement mais plutôt spirituellement : « Même si les corps ont

disparu, la tombe répond toujours encore à nos questions et nous lisons encore

les pierres des noms chutés des sphères et les sons des tombés. »4

Comme dans cette analyse : « Quand un homme meurt il nous laisse

ce qu’il voit du monde. Tous les hommes qui sont morts nous ont laissé ce qu’ils

voyaient du monde. Nous voyons le monde avec tous les yeux qui ont vu le

monde. Sans les yeux qui l’ont vu, le monde ne serait pas visible. »5

La connotation de la mort doit être revue et même théâtralisée à

fin que l’on puisse la voir autrement: « La mort est une chose à renverser_

1 Jacques DERRIDA, L’Écriture et la différence, Op.cit., p.146.

2 La Chair de l’homme. Op.cit., p.381.

3 L’Acte inconnu. Op.cit., p.17.

4 L’Animal du temps. Op.cit., p.8.

5PARANT Jean-Luc. Les yeux l’Envahissement des yeux. Op.cit., p..279.


elle aussi est une idole. (…) Au théâtre, la mort est traversée plusieurs fois dans

tous les sens. Le trépas est réversible. »1

L’esprit protège le corps du dormeur qui se repose et prend ce

même corps devenu cadavre pour une autre personne : « Lorsque nous

dormons, nos corps reposent dans nos esprits; lorsque nous dormons, nous

sommes endormis. Lorsque nous dormirons, nos esprits s’imagineront que nous

sommes morts dans une autre personne. »2

L’âme va jusqu’au point de se confondre avec le corps. Elle refuse

la mort du corps dans lequel elle habite en considérant cette mort

comme sienne : « Le lendemain de ma mort, dégoûté d’avoir à vivre sans

corps, j’annonçai à la nuit sans pain, que la lumière était en nuit parmi nous.

Voyant que la lumière nuit, je lui dis : « Lumière soit ! » Mais elle n’éclaira pas,

car la lumière, était toute seule dans sa lumière, n’ayant soudain plus rien que

elle à éclairer. »3

Le théâtre de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX se tourne vers la mort. Elle est partout

présente. Les personnages de ses pièces se présentent comme des

morts-vivants. Ils portent leur corps cadavéreux sur scène. Dans Je

Suis par exemple nous trouvons des cadavres ici et là et partout dans

les autres oeuvres féminins “ici est un cadavre” 4 et que “tous les

objets sont des cadavres”5. Les personnages se dédoublent “mon âme dit

alors à son mort”6

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX imagine ainsi les comédiens : « comme des morts qui

ressuscitent, des corps nouveaux qui échappent aux lois physiques »

Dans La Chair de l’homme, deux morts se tournent vers leurs

corps fanés et les exaltent d’avoir supporté cette vie chargée :

1 L’Envers de l’esprit. Op.cit., p.84-85.

2 Le Repas. Op.cit., p.90.

3 Vous qui habitez le temps. Op.cit., p.85.

4 Je Suis. Op.cit., p.35.

5 Ibid., p.37.

6 Ibid., p.49.


« Mangeur Basculier déclare : “ à mon corps, je lui dis que je le félicite de

m’avoir vécu ” puis, l’enfant Affamé : “ quant au mien, je lui dis de me féliciter

de l’avoir habité” ».

Dans L’Acte inconnu, l’Homme nu qui représente le cadavre, lui

aussi refuse que son corps soit réduit à un simple cadavre inhabité :

« Je ne veux plus m’intituler que: Personne dans le corps humain ! »1

La mort est toujours présente dans la vie de l’homme sous

différents aspects : maladie, échec….

« La mort n’arrive jamais à personne. Personne ne meurt. Mais la mort est

en nous, de notre vivant : nous la rencontrons tous les jours, elle est à combattre

à chaque instant – et non un jour, plus tard, à l’hôpital, dans une lutte fatale

perdue d’avance… La mort n’arrive jamais plus tard : elle est ici et maintenant,

dans les parties mortes de notre vie. Je suis comme vous, je ne mourrai pas :

j’aurai passé dans la mort une partie de ma vie. »2

Le mot hopital renvoie à la maladie, à la mort : « Je mange ma boule

de main gauche de peur qu’elle se sauve, je ronge ma pogne de droite de peur

qu’elle reste là, je mange ma boule de nuit. Crâne humain, réponds-tu quand on

jette un caillou? Le corps en face de soi est comme un hôpital vivant à huit

sections, six pavillons, douze lits. »3

Artaud affirme que l’esprit aide l’homme à surmonter les

souffrances qu’il subit : « la mort quotidienne évoquant le corps et l’esprit

n’est que sortie de la tombe du corps » 4

Nous pouvons citer que : « L’esprit, c’est la force; le corps, la

résistance. L’énergie vitale, d’une part, l’obstacle, de l’autre. »5

Le corps ne signifie pas toujours le calme. Ou, du moins, il ne

l’est pas toujours. Il incarne également une guerre continue, celle de la

1 Ibid., p.123.

2 Notre parole, in Théâtre des paroles. Op.cit., p.165-166.

3 Ibid., p.111.

4 ARTAUD, Antonin. Suppôts et suppliciations. Op.cit., p.124.

5BOYER, Alain. Kant et Epicure le corps, l’âme, l’esprit. Op.cit., p.90.


raison contre ses démons, celle de la vie requise par l’existence contre la

mort auquel cette dernière l’appelle de manière parallèle : « Seigneur, toi

qui m’as fait naître de ma mère par-devant, épargne-moi d’être un déchet qui

s’en va par son derrière. Je suis venu par le trou de la vie. Non par le trou de la

mort. »1

La désignation du corps ne se limite pas dans le côté matériel

mais peut atteindre aussi le côté spirituel : « Mon cadavre n’est le reste de

mon corps mort que si je le désigne et le montre du doigt: en prononçant le mot

cadavre par exemple. »2

L’homme souhaite pouvoir accepter sa mort avec le vif espoir que

ses idées survivent et restent intactes telle une pierre précieuse même

après son enterrement : « Je voudrais décider de laisser mon corps à la terre

maintenant, mais je sais pas trop comment. J’ai confondu ma tête avec une

pierre éternelle et je vais leur dire maintenant qu’à ma place une bête est venue.

Je vais offrir ma tête à la mort. Je veux sauver des têtes humaines, et toutes les

matières d’ici leur dire qu’elles sont folles. »3

L’esprit est condamné à rester enfermé dans le corps pour le

quitter qu’avec la mort : « J’entre maintenant dedans mon corps où je suis

comme un écriteau qui pense qu’il dort pour ne plus en sortir qu’avec la mort

pendue à ma main »4

Au moment de la mort, nous pouvons assister à un dédoublement

du corps qui semble s’adresser à lui-même, mais ce second corps est

peut être l’âme, c’est en cela qu’il y a (corporalité de l’âme) :

« Soyez au contraire fier de pouvoir parler de moi à votre corps qui vous

supporte. Apportez-moi mon cadavre: que je lui crache à la figure en

1 L’Acte inconnu. Op.cit., p.137.

2 Ibid., p.61.

3 L’Espace furieux. Op.cit., p.36.

4 Le Jardin de reconnaissance. Op.cit., p.30.


réjouissance. Je suis heureux de voir mon corps mort-et de lui écrire dessus que

je suis content que ce corps de péché soit pourri et détruit.»1

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX parle des morts, ils peuvent entendre, être sensibles aux

marches des vivants : « O toi de moi, ôte-toi de moi qui marche sur mes os, ne

me regarde pas d’un trou si haut et que soient les animaux à ta place! »2

Parfois, le corps est refusé, comme un problème : « Peu fier d’avoir

un corps qui se voit, j’avais surtout grand’honte d’avoir après ma mort à vous

laisser un corps qui reste; rien que d’y penser de le voir en dépouille j’en avais

déjà honte pour lui. Ma mère disait: Donne-le à la terre ! Je pensais : Mais

pourvu qu’elle accepte! J’aspirais à être en bois bref, ou rubifan, plastique

élastifié ou en métal métalluré, et non en chair qui va nulle part. »3

Des exemples de séparation entre l’homme et le corps peuvent

rapprocher l’idée d’une séparation à cause de la mort : le corps part de

soi-même pour y arriver. Dans La Chair de l’homme, nous trouvons que

le corps s’adresse à lui-même : « Lorsque je me promène avec moi à mon

bras(…) »4

Aussi dans L’Acte inconnu : « Comme je le dis parfois à mon autrui :

tous est réel sauf moi » 5

Dans L’Origine rouge, nous lisons: « Mon corps me dit : qui m’aime me

suive » 6

Dans Je suis, un personnage ressemble parler à un autre, mais

en fait c’est à lui-même qu’il pose la question, Jean Rébus dit à un

personnage dans la scène : « Tout à l’heure, vous aviez dit Mort à la mort » 7,

alors que si nous revenons en arrière dans la page qui précède nous

découvrons que c’est lui qui l’a dit.

1 Ibid., p.33.

2 L’Animal du temps. Op.cit., p.12.

3 Ibid., p..29.

4 La Chair de l’homme. Op.cit., p.239.

5 L’Acte inconnu. Op.cit., p.163.

6 L’Origine rouge. Op.cit., p.73.

7 Je Suis. Op.cit., pp.141-142.


Finalement et comme c’est signifié dans La Mort dans les religions

d’Asie : « Il faut distinguer entre mort biologique, mort psychologique et mort

sociale. Que l’on soit fou, mystique ou simplement sans domicile fixe, on peut

être mort pour le monde bien avant de l’être physiquement. »1

1 FAURE, Bernard. La Mort dans les religions d’Asie. Paris : Flammarion, 1994, p.7.


TROISIÈME CHAPITRE

LE BUT DU CORPS


« Ai-je un corps ou suis-je un corps? »

Descartes


Le corps a commencé à refléter un langage qui n’était pas

prononcé et c’est à ce moment que le corps est devenu une langue dans

le théâtre. Ceci est un signe que le corps est l’ouverture de la personne

sur le monde, et c’est lui qui détermine nos relations avec les autres.

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX le confirme: « Au théâtre, c’est par la chair que tout se délie et se

comprend »1

Il peut en résulter une forme d’isolement et de crainte de l’autre,

en mettant en prison les désirs et les ambitions de l’individu à

l’intérieur du corps. Et c’est ainsi que le corps ne devient plus une

ouverture de la personne sur les autres mais plutôt un cimetière pour

elle, ce corps exprimant lui-même la liberté individuelle comme une

image de la personne.

1. Le corps donateur

Le corps de l’acteur est toujours une donation. Grâce à lui on

peut voir vivre le texte: « Par le corps de l’acteur, la lettre vit, par le don du

souffle, le texte ressuscite »2

Deux notions sont importantes : l’offrande et l’abandon. Dans

L’Envers de l’esprit, L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX écrit : « L’acteur sait seulement témoigner,

agir, penser avec ses mains, prêter souffle, offrir son corps en acte ; s’il témoigne

de la vérité, c’est par sa présence, l’offrande d’un instant, la présentation d’un

corps humain, le don et l’abandon d’un souffle singulier. C’est un engagé de la

chair, un pratiquant : il ne sait rien dire_ ni de la vérité, ni de l’homme, ni de

l’univers _, mais il témoigne de la chair, du temps, du souffle, du langage et de

la nature ; il s’y exerce corps et âme ; et parfois, en le désirant de toutes ses

forces mais sans jamais l’avoir voulu, il s’accorde à la création. »3

1 L’Envers de l’esprit. Op.cit., p.60.

2 Lumières du corps. Op.cit., p.107.

3 L’Envers de l’esprit. Op.cit., p.159.


Cette idée de donation est à rapprocher de l’idée d’offrande.

L’acteur en se mettant dans la peau du personnage accepte d’offrir son

corps au spectateur. Et c’est justement ce que le spectateur vient

chercher : « Au théâtre, c’est toujours la sortie du corps humain que l’on vient

voir. On vient pour l’offrande du corps: corps porté, corps offert, parole portée

devant soi. »1

L’acteur devient père génétique et le spectateur mère qui va

engendrer et enfanter une nouvelle idée qui survivra le temps qu’il

faudra pour céder la place à une autre. Au théâtre, on peut imaginer

que l’acteur et le spectateur ne font plus qu’un mais que pour un laps

de temps : « Une partie de mon corps s’écoulerait à l’intérieur du vôtre et,

s’unifiant à lui, nous donnerions naissance à un enfant clinique et chimérique

que nous appellerions Jean Tube et Jean Léon et que nous nourririons jusqu’à

son âge, puis que nous enterrerions. Et qu’est-ce qu’il a pour nom? Il a pour nom:

Jean Tueur, du nom de son père Jean le Hueur et de sa mère Séparatrice.»2

Il faut: « Traiter le spectateur comme un partenaire actif de l’image,

émotionnellement et cognitivement (et aussi, comme un organisme psychique sur

lequel l’image agit à son tour). »3

Le jeu du spectateur est vue en garde : « Notre corps travaille aussi

pour modeler le corps de l’autre, le corps du texte; il lui propose, plus qu’il lui

impose, une certaine posture. Les pièces contemporaines exigent un effort

considérable pour trouver en elles et pour leur imprimer la posture correcte; elles

sont souvent désarticulées, défigurées, et une grande partie du travail

d’approche consiste à les soumettre à une épuisante kinésithérapie. »4

Les répliques de l’acteur deviennent en réalité les paroles de la

personne qui a pris son corps : « L’acteur vivant entre hors de lui, comme un

porteur qui porte son corps devant, comme un séparateur des chairs et des

1 Lumières du corps. Op.cit., p.20.

2 Le Jardin de reconnaissance. Op.cit., p.18.

3 AUMONT, Jacques. L’image. Op.cit., p.58.

4 PAVIS Patrice. Le théâtre contemporain, analyse des textes, de Sarraute à Vinaver.

Op.cit., p.230.


esprits. Ce n’est pas un corps qui projette des mots devant lui, mais une matière

de mots portant corps, pas un porte-parole mais un chemin de paroles portant

son corps devant. »1

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX rapproche souvent les notions de la terre et du corps :

« Le corps est une terre, mon sol qui s’effondre, fin des certitudes biologiques. »2

Pour lui, la terre et le corps ont un peu les mêmes

caractéristiques. N’oublions pas qu’Adam est fait de terre comme nous

l’avons dit précédemment.

Cette générosité de la terre se retrouve dans cette explication :

« Assimilée à la mère, la terre est un symbole de fécondité et de régénération.

Elle enfante tous les êtres, les nourris, puis en reçoit à nouveau le germe fécond

(…) Pour les aztèques, la déesse Terre a deux aspects opposés: elle est la Mère

nourricière qui nous permet de vivre de sa végétation; en revanche, elle réclame

les morts dont elle se nourrit elle-même et elle est, en ce sens, destructrice”3

Au théâtre, le corps prise ses forces et ses expressions dans la

terre, dans sa relation perpétuelle avec les êtres. L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX rappelle

l’habilité de la terre à être généreuse, cette mère fertile nous prodiguant

ses biens et ses fortunes; pour ainsi dire : « Toute intelligence y vient

comme d’en bas: du corps profond de l’acteur, de la façon dont sont posés ses

pieds sur le sol, de la chair du drame, de la matérialité du langage, du tissu du

temps éprouvé ensemble. Tout est au théâtre, dans la chair vivante de l’acteur,

croisé à l’espace. Tous les mots, tous les concepts, toutes les pensées vont dans

les corps et en naissent à nouveau visiblement. »4

Mélange des éléments donnant au corps son dynamisme, c’est ce

qu’on appelle l’homme. L’homme avec sa sensibilité existentielle et son

attachement à la terre. D’ailleurs, L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX insiste sur les pieds tant

1 Pour Louis de Funès. Op.cit., p.141.

2 Impératifs, in Théâtre des paroles. Op.cit., p.92.

3 CHEVALIER, Jean et GHEERBRANT, Alain .Dictionnaire des symboles. Op.cit.,

p.941.

4 Lumières du corps, Op.cit., p.12.


qu’ils sont les parties les plus importantes du corps puisqu’ils le

soutiennent.

Remontant ici au théâtre de NÖ qui a des grands effets sur le goût

féminin, on ne peut échapper à l’impact des pieds dans ce théâtre:

« Il y a un point frappé. Le geste, l’acte fondamental du nô, c’est frapper du pied

une seul fois le sol creux ; c’est quand la personne, après danser, frappe d’un

coup léger les planches creuses (ou le sol terrestre lorsque l’on jouait à même le

sol, il est creux pareillement. (…) tout coup de pied bien ajusté et donné après

une danse exacte prouve qu’il y a en dessous de nous moins de monde qu’on

croit. »1

Il rajoute que : « Le nô est la joie du mouvement. »2

Cette écriture gymnique et corporelle ressemble à une danse. En

effet il y a toujours dans les écritures de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX ce côté rythmé, on

sent le texte danser et on voit danser les mots.

Cette donation du corps peut passer par la danse. C’est le cas

dans le théâtre de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX qui ressemble à une expression corporelle.

Cela rejoint d’anciennes traditions : « La danse, c’est ce langage qu’avaient

trouvé d’antiques tribus pour être en harmonie avec la nature. Avec le monde.

C’est une nécessité de parler. Une autre façon de parler. »3

Peut-être L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX modernise à sa manière plutôt plaisante cette

approche ancienne : « Bartaglagine. – Enfants du vif d’aluminium, vivants !

Voyez les bras joyeux de ces pantins d’Europe, ils dansent dans leurs tutus sur

leurs chapeaux pointus ! » 4

Il invente même de nouvelles danses, dans La Chair de l’homme

par exemple (« le Tango Perdition » « danse de Ceci » « la valse

L’Eloquence ») et à d’autres pages « le tango Ecriteau » « la sardane

1 Devant la parole. Op.cit. p.142.

2 Ibid., p.145.

33 Le Corps de l’acteur ou La nécessité de trouver un autre langage, six entretiens

romains. Besançon : Les solitaires intempestifs, 2004, p.49.

4 Le Babil des classes dangereuses. Op.cit., p.326.


Anxiété » etc)1. Dans d’autres pièces on trouve d’autres danses comme

La Lutte des morts : « quadrille de pompes à trou » (p. 346) « Valse à

patapons » (p. 358), « danse à Labadrap, la valse à Macabiat » (p. 462).

Dans Le Discours aux animaux : « danse arrière automatique pour

l’oreille gauche » (p. 52) « valse lourde » (p. 193) « valses à mille pattes »

(p. 83) Dans Le Babil des classes dangereuses: « ballet des andouilles »

(p. 221) et « tango de la mort » (p. 316) « Tango de la Fauvette » (cf. p.

215). Dans L’Origine rouge : « ballet à l’alsacienne » (p. 142). Et dans La

Scène : « Boléro chronique » (p. 156).

Le théâtre de L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, c’est surtout un théâtre pour le corps,

conçu comme un sport, une gymnastique*. C’est tout le paradoxe du

jeu féminin: l’acteur est un pantin mais il n’est pas raide comme un

bout de bois: il est au contraire très souple; c’est un véritable

athlète : « Athlète de la matérialisation, de l’incarnation plus bas et plus concret

que la chair et jusqu’à la matière sans parole, l’acteur doit voir tout ce qu’il

dit »2.

Il compare ainsi Louis de Funès à un athlete: « (Louis de Funès) Un

athlete de la dépense. Un maîtriseur d’énergie(…) »3

Cet acteur, Artaud voudrait qu’il soit un vrai athlète: « Il faut

admettre pour l’acteur une sorte de musculature affective qui correspond à des

localisations physiques des sentiments. Il en est de l’acteur comme d’un

véritable athlète physique, mais avec ce correctif surprenant qu’à l’organisme de

l’athlète correspond un organisme affectif analogue, et qui est parallèle à l’autre,

qui est comme le double de l’autre bien qu’il n’agisse pas sur le même plan. »4

1 La Chair de l’homme. Op.cit., p.238.

* Pour savoir plus sur l’importance de jeu de l’acteur et l’éducation corporelle qu’il faut

s’y adapter, voir :

- CHEVALY, Maurice. Le Théâtre. Gémenos : éditions Autres Temps, collection : petit

précis, 2006.

2 L’Envers de l’esprit. Op.cit., p.63.

3 Pour Louis de Funès. Op.cit., p.115.

4 ARTAUD, Antonin. Un Athlétisme affectif, in Le théâtre et son double. Paris:

Gallimard, Folio essais, 1964, p.199.


L’acteur donc doit s’exercer comme s’il était danseur pour que son

corps puisse transmettre des messages non linguistiques comme s’il

usait de la parole : « Je cherche comme un danseur et pas comme un acteur.

J’oeuvre à la maîtrise de mon corps pour que la parole devienne comme une

autre façon de danser. »1

Dans Le Corps et sa danse, Daniel Sibony rapproche le terme de

la danse de celui de l’offrande: « La danse aussi est un sacrifice éludé : on

offre son corps, tout entier, mais on n’en finit pas de l’offrir ; c’est une offrande

qui dure, dont le but est justement de sauver le corps par cette épreuve, cette

durée. »2

La danse-offrande est pour Dieu comme dans ce dialogue de Je

Suis. Elle peut être interprêtée comme prière : « Allez danser maintenant

devant Jean Dieu qui est en nous.

_ « Je ne dansais pas pour lui ; je n’ai jamais dansé pour lui (…) Je ne

peux danser pour lui. Je ne peux danser que pour lui »3

Aux dernières pages de la même pièce, la parole et la danse se

marient. La danse se manifeste en parole et en corps quand Laurence

Mayor interroge Roséliane Goldstein :

« Qu’est-ce qu’il dit ?

_Il danse(…)

_Que danse-t-il ? Est-ce qu’il danse la fin ? Qu’est-ce qu’il dit ?» 4

Étymologiquement il y a une correspondance entre “Danse et

Parole”, la parole est une expression verbale comprise par les personnes

qui partagent les mêmes codes et la danse est uen expresion non

verbale qui n’exige pas le partage des mêmes codes. Elle est donc

dessinée en public plus large. Cette analyse prouve que la danse est

une langue à elle-même :

1 Le Corps de l’acteur ou La nécessité de trouver un autre langage. Op.cit., p.26.

2 SIBONY, Daniel. Le Corps et sa danse. Paris: éditions du Seuil, 1995, p.45.

3 Je Suis. Op.cit., p.36-37.

4 Ibid., p.229-230.


« La danse n’est pas muette ; elle est langage dans ses « mots » ; elle en

joue à plusieurs niveaux – d’intensité, d’énonciation-, mais ce qu’elle dit, nul

autre mot dans d’autres langues ne peut le dire.”1

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, fasciné par la danse, admire l’image des Derviches

tourneurs. Les bons acteurs selon lui, ce sont ceux qui savent bien se

servir de leurs corps pour une danse scénique comme avec Le shité

(acteur principal du Nô dont le rôle essentiel est de danser)

« Le portement du corps chez les amants et les acteurs. Le corps de

l’acteur n’est pas sa possession mais son projet. C’est chez l’acteur séminal du

nô que ceci s’observe le mieux: le shité accomplit lentement une offrande devant

soi, une dispersion et une donnée, une destruction, une projection d’un trait, un

lancé, une défiguration. Pas de personnage, pas d’être pour personne, pas de

moi pour personne, mais une issue, un exit, une aventure de l’homme hors de

lui. Les amants eux aussi le savent : leur corps est devant et ils le portent en

offrande. »2

Le côté organique du corps féminin prend sa place dans son

oeuvre : « Chez L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX comme d’ailleurs chez Guyotat et Vinaver, la

renaissance du corps prend la forme d’un hymne à la vie intense et profonde du

dedans organique. »3

La danse est bien sûr liée au rythme et cette notion est également

très présente : « Selon L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX, cherche à explorer l’ordre charnière où le

corps visible communique de façon la plus immédiate avec le corps enfoui. La

voix, le rythme et le silence sont privilégiés dans cette quête. A la jonction du

corps et du langage articulé, la voix s’efforce de dire la présence au prix d’un

terrible effort syntaxique et rythmique comme si elle se souvenait du corps perdu

à travers des cris, des bruits, des émissions sonores. Prenant sa base et son

appui sur le souffle, le rythme permet aussi à la pulsion de jouer dans la langue

et de faire passer le corps à travers elle. L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX demande à l’acteur de

1 SIBONY, Daniel. Le Corps et sa danse. Op.cit., p.88.

2 Lumières du corps. Op.cit., p.182.

3 La Littérature française au présent, héritage, modernité, mutations, 2ème édition

augmentée, Dominique Viart et Bruno Vercier avec la collaboration de Franck Evrard.

Paris : Bordas, 2008, p.523.


ranimer le texte, de le réécrire avec son corps, en le mettant au travail, de

“refaire la parole mourir du corps”, non celui de l’auteur mais les postures

musculaires et respiratoires dans lesquelles le texte s’est écrit. C’est à cette

condition que derrière le texte exténué, aux mots à bout de souffle et aux lettres

presque mortes, l’acteur pourra accéder au corps véritablement vivant, une

machine à rythme et flux. »1

Louis de Funès, lui, est présenté comme une figure de danseur :

« Louis de Funès était au théâtre un acteur doué d’une force extraordinaire, un

danseur fulgurant qui semblait aller au-delà des ses forces, excéder la demande

et donner au public dix fois plus que les figures attendues, tout en restant

parfaitement économe de son effort et toujours prêt à recommencer. »2

Dans le jeu de l’acteur, les gestes devancent parfois la parole : « Le

corps est mon outil d’acteur, le mouvement précède la pensée. »3

Ainsi, pour L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX : « Toute bonne pensée se danse, toute

pensée vraie doit pouvoir se danser. Parce que le fond du monde est

rythmé. »4

Et pour Dominique Fourcade, la danse est délivrance : « Le seul

moyen de dépasser l’inhibition est de danser. Le seul moyen de ne pas poser, le

moyen de ne pas poser est de danser. »5

Cependant, l’acteur doit être capable de cibler juste pour que le

spectateur puisse se fondre dans l’action : « Savoir par avance les points du

corps qu’il faut toucher c’est jeter le spectateur dans des transes magiques. Et

c’est de cette sorte précieuse de science que la poésie au théâtre s’est depuis

longtemps déshabituée. Connaître les localisations du corps, c’est donc refaire

la chaîne magique. »6

1 EVRARD, Franck. Le théâtre français du xx siècle. Op.cit., p.60.

2 Pour Louis de Funès. Op.cit., pp.114-115.

3 Le Corps de l’acteur ou La nécessité de trouver un autre langage. Op.cit., p.50.

4 Pour Louis de Funès. Op.cit., p.138.

5 FOURCADE, Dominique. MW. Paris : P.O.L, 2001, p.50.

6 ARTAUD, Antonin. Le théâtre et son double. Op.cit., p.210.


L’acteur ne prend pas son rôle de comédien comme un simple

travail classique mais laisse son corps s’exprimer le plus justement

possible pour passer le message vrai au spectateur. L’exagération

gestuelle de son corps n’est en réalité qu’une expression fidèle du

message à passer au spectateur :

« Le corps en jeu n’est pas un corps qui exagère (ses gestes, ses

mimiques), l’auteur n’est pas un « comédien », pas un agité. Le jeu, c’est pas une

agitation en plus des muscles sous la peau, une gesticulation de surface, une

triple activité des parties visibles et expressives du corps (amplifier les grimaces,

rouler les yeux, parler plus haut et plus rythmé), jouer c’est pas émettre plus de

signaux ; jouer c’est avoir sous l’enveloppe de peau, l’pancréas, la rate, le vagin,

le foie, le rein et les boyaux, tous les circuits, tous les tuyaux, les chairs

battantes sous la peau, tout le corps anatomique, tout le corps sans nom, tout le

corps caché, tout le corps sanglant, invisible, irrigué, réclamant, qui bouge

dessous, qui s’ranime, qui parle. »1

On exige du corps d’avoir la capacité de s’adapter très rapidement

à tout texte, de s’adapter à tout rythme exigé par le texte et de trouver

la bonne interprétation : « Le corps devra répondre au quart de tour. Il faut

donc être maître de la partition et même “surapprendre” le texte comme

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX le dit. Comme un virtuose, pouvoir le dire très lentement, ou à grande

vitesse, et de trouver juste au bon tempo au moment de l’interpréter. L’acteur est

alors un funambule. Son art, comme un balancier, lui permet de tenir

l’équilibre. » 2

L’appareil de lipomassage (ou équipement minceur) WELLBOX explique que tout acteur cède la place au corps féminin

qui existe en toute personne pour jouer son rôle d’acteur. Selon lui,

c’est grâce à cette capacité qu’un acteur devient grand acteur : « C’est le

corps pas visible, c’est le corps pas nommé qui joue, c’est le corps d’Intérieur,

c’est le corps à organe. C’est le corps féminin. Tous les grands acteurs sont des

femmes. »


  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »